. [Jeu Vidéo] ARK : Survival Evolved sur PS4 | Fant'asie
Kameyoko 16/10/2017 1
  • Scénario
  • Graphisme
  • Gameplay

Ark Survival Evolved

[Jeu Vidéo] ARK : Survival Evolved sur PS4

Survivre parmi les dinosaures

Ark : Survival Evolved, après quelques mois en early access est sorti sur PS4. L’occasion de se pencher sur ce jeu qu’on qualifiera de « Sandbox », c’est à dire un immense terrain de jeu où on peut faire ou construire tout et n’importe quoi en totale liberté. Le jeu offre tellement de possibilités que mon test, bien qu’ayant des jours de jeu au compteur, sera fortement partiel.

ARK : Survival Evolved est développé par le studio Wild Card et est disponible à la vente depuis le 29 août 2017

Domptez des dinosaures !

De par son concept, à savoir un survivant lâché sur une île peuplée de dinosaures (et autres créatures préhistoriques) plus ou moins aggressives, ARK offre une infinité de possibilités et de types de jeu. Chaque joueur va pouvoir prendre son pied à jouer comme il l’entend : construire une immense base, domptez tous les dinosaures, se battre contre d’autres joueurs, créer et interagir dans une tribu, faire de l’exploration, essayer de débloquer de nouveaux items, battre les boss du jeu… Les possibilités et la durée de vie sont infinies.

Déjà, le joueur peut choisir de jouer en solo en configurant sa partie ou en multi. Je ne vous cache pas que l’intérêt réside dans le multi. Ensuite, il y a plusieurs cartes disponibles dont certaines immenses et magnifiques. Chaque carte a quelques spécificités : des dinosaures, des aléas du terrain, des engrammes dédiés… Un engramme est une compétence qu’on débloque permettant de construire de nouvelles choses. Ces choses peuvent être des structures, des armes, armures, biens d’équipement (four, frigo, armoire…) ou encore des selles pour chevaucher vos créatures.

Le joueur choisit également s’il souhaite évoluer en PvP ou PvE. Le PvP permet de combattre tout le monde, de faire des raids et de tuer les autres joueurs et donc de devoir se défendre. Le PvE est plus collaboratif. On ne peut pas ainsi se tuer, c’est plus « pacifique ».

Dans mon cas, je n’ai testé que le PvE, car le PvP ne m’attire pas. J’ai plus de plaisir à construire une belle base, collaborer avec les autres sans devoir se tirer dans les pattes. Je n’ai également tester que la carte The Island et dans une moindre mesure Ragnarok.

Ark 2Rentrons un peu dans le vif du sujet avec un des principaux défauts de ce titre : son histoire. Soyons clair, il n’y en a pas ! on est parachuté sur une carte sans explication. On se rend vite compte qu’on évolue dans un monde préhistorique, mais avec quelques vestiges d’une civilisation passée et surtout quelques éléments de technologies avancées comme les beacons ou obélisques. Sauf que le jeu n’explique rien du background, ce qui est dommageable vu le potentiel. Il a bien quelques notes cachées dans la map, donnant des bonus, mais personne ne les lit.
De plus, le jeu n’a aucune finalité si ce n’est celle que vous vous fixez. Il y a bien des boss à affronter (et ils sont vraiment difficiles) mais rien ne vous oblige à vous les coltiner. Ca ne bloque pas votre progression dans le jeu et surtout ça ne se justifie pas au niveau du scénario.

Ô mon dino, mon précieux allié !

Chevauchez un T-rex, un tigre à dent de sabre ou un Megalodon a quelque chose de terriblement jouissif. C’est presque un rêve d’enfant qui s’accomplit. Mais surtout, c’est une question de survie. Parcourir à pied la carte est le meilleur moyen de mourir ou bout de 2 min. Je ne compte pas mes morts pitoyables, tué par ces saletés de Troodon ou encore des titanboas.

Il y a une multitude de dinosaures, animaux préhistoriques chevauchables. Et certains ont des aptitudes indispensables pour évoluer. Ainsi, le Doedicurus permet de récolter en masse de la pierre, le Mammouth du bois, le T-Rex de la viande, le Brontosaure des baies… Dès le début, l’apprivoisement des dinosaures est une nécessité. On commence d’abord avec un petit Parasaure pour servir de mule, puis des Raptors pour se défendre et parcourir la carte et on attaque les Pteranodons qui vont permettre vraiment d’explorer la carte. Le jeu prend tout son essence quand on utilise les dinosaures apprivoisés après un séance de taming (au lieu de dire apprivoiser, on parle de tamer une créature). Certaines bêtes deviennent vite indispensables comme ceux cités plus haut, auxquelles on peut rajouter le Quetzal, l’Ankylosaure, le Therizinosaure ou le complet Argentavis.

Pour tamer une créature, il y a le taming passive et l’actif. Le passif consiste à donner à la main certains aliments, à fréquence régulière. Le taming « normal » suppose d’endormir la créature (généralement, il faut l’immobiliser avant ou la bloquer dans un piège). Une fois couchée, il faudra surveiller sa barre de torpeur pour ne pas qu’elle se réveille et donc lui donner des narcotiques pour l’augmenter. Il faudra, passer un certains temps (qui peut être très très long), la nourrir avec des aliments spécifiques : croquettes (à base d’oeufs de dinosaures), viandes crues, baies ou autres. Le tout en faisant attention à ce qu’aucun prédateur vienne tuer la créature. Cette étape peut s’avérer très longue et fastidieuse selon les dinosaures. Certains demandent beaucoup de temps, d’autres ont une torpeur qui fond à vue d’œil.

ark6Il est d’ailleurs indispensable de se munir de son application Dododex qui répertorie toutes ces informations. Sinon c’est quasiment impossible d’y arriver sans.

C’est d’ailleurs un des défauts principaux de ce jeu. C’est qu’il suppose de beaucoup se renseigner avant et pendant sur les créatures, les mécanismes de taming, les endroits pour farmer, les utilités des engrammes… J’ai jamais regardé autant de vidéos Youtube pour comprendre et bien prendre en main le jeu qu’avec Ark.

Farming, taming, crafting

Ark n’est pas seulement un jeu où il faut tamer. Il se résume aussi beaucoup au craft et farm. Le joueur passe beaucoup de temps à récolter des ressources pour construire des structures, armes, selles, armures ou autres objets. Très souvent, il faut partir, avec ses dinosaures, récolter de la pierre, du silex, du bois, de la peau, du fer, du cristal, des perles de silices, de l’obsidienne… Et malheureusement cette phase est très, trop, présente. Surtout que les ressources s’épuisent vite. Certaines constructions ou objets sont très gourmands.

Sans compter qu’il faut régulièrement se réapprovisionner en pétrole, baies, nourriture pour que notre base fonctionne normalement. Si on occulte cette phase de farming, le craft est assez sympa. Il faut aussi une certaine expérience car tous les objets ne se fabriquent pas au même endroit : atelier, centre d’usinage ou directement dans l’inventaire du joueur.

Un des gros plaisir de ce jeu c’est la phase de construction. Les possibilités offertes sont assez énormes pour faire de superbes constructions. Les plus rationnels opteront pour des bâtiments où prône l’efficacité avec du pur fonctionnel, d’autres choisiront des constructions plus travaillées et plus belles. Et Ark permet de faire les deux. Même si là encore, il faut de la pratique pour y arriver. Certaines subtilités ne sont pas intuitives. Sur le serveur où je joue j’ai croisé de véritables chefs d’oeuvre. Certains sont très bons pour imaginer des bâtiments

Beaucoup de possibilités donc gameplay confus ?

ark4Le jeu offre de nombreuses interactions, possibilités… Notamment les interactions avec les dinosaures apprivoisés. Outre les chevaucher et accéder à leur inventaire, certains ont des capacités particulières. On peut également paramétrer un certains nombre de choses : leur niveau d’agressivité, le nom, les mettre en balade… Et pour gérer ça Wild card a choisi une interface en camembert franchement horrible. Si sur PC, cela a un sens et peut, probablement, s’avérer pertinent, sur console c’est une purge. Et à l’usage c’est assez horrible tant sélectionner une action dedans est approximatif. Et en situation de stress, ça donne pas toujours le résultat escompté.
Ensuite, il y a un barre de sélection d’objet pratique mais toujours évidente utiliser. Et puis il y a plein de petits trucs pas toujours bien pensés et extrêmement agaçants. Et là aussi, il manque un didacticiel. Plein d’options et de possibilités sont un peu cachées. On en revient au problème de bien se renseigner !

Addictif mais plombé par les bugs

Ark : Survival Evolved a des défauts plus ou moins gros et énervants. Pourtant, je suis réellement accroc. J’adore construire, apprivoiser, développer ma base, interagir avec les autres… Je trouve que le jeu est bourré de qualité, notamment dans les possibilités de gameplay et sa durée de vie illimitée. Surtout que de nouvelles cartes viennent renouveler l’intérêt (même si beaucoup sont des DLC). Mais le jeu est plombé par des bugs insupportables liés à des serveurs mauvais.

Je ne compte plus les morts dû à une déconnection impromptue ou parce que je suis coincé dans un endroit ou dans un dinosaure. J’ai encore en mémoire mon Argentavis niveau 280 bloqué dans un Carnotaurus Alpha, entouré de 4 raptors, que je n’ai pas réussi à sauver. Les serveurs ne se montrent pas à la hauteur et j’ai même l’impression que c’est de pire en pire. En multi, ça laggue comme ce n’est pas permis dès qu’on est proche d’une grosse base. Les rollbacks sont légions et parfois nous font revenir en arrière de plusieurs heures. Avec donc cette immense frustration d’avoir perdu son temps. Les erreurs qui te font fermer le jeu sont aussi légion. Je peux vous dire que cela m’a frustré plus d’une fois ! J’ai perdu pas mal de temps de jeu avec ces bugs horripilants.

ark5Ensuite, il y a d’autres bugs assez grossiers mais qui sont plus à notre avantage, comme des dinosaures qui restent bloqués par un éléments du décors, ou les dinosaures qui dépassent des rochers, enclos… Les créatures qui peuplent ce jeu ont également des comportements très bizarres.

Je ne compte pas aussi le nombre de fois où je me suis retrouvé coincé par une structure, dinos ou autres. Bref, beaucoup d’erreurs, on est dans de l’abus, même si tous ne sont pas dérangeants. Le problème c’est que ceux qui le sont, le sont mais VRAIMENT ! Au point de vouloir jeter sa manette sur la télé.

 

Pour conclure, ARK : Survival Evolved est un jeu avec un potentiel incroyable, une durée de vie illimitée et des possibilités de jeu infinies. Je prend un plaisir de fou à évoluer dans ce monde, à chevaucher et apprivoiser des dinos, à faire des constructions plus ou moins énormes, à jouer en tribu et à plusieurs. Le plaisir de chevaucher un Rex, de tamer un Quetzal ou de réussir à faire des bébés Rex est indescriptible. Clairement je suis devenu accro. Mais c’est au prix de trop nombreuses concessions. En premier lieu le jeu est très difficile d’accès pour un néophyte. Il est presque indispensable de se renseigner avant, de regarder des vidéos Youtube ou de télécharger l’application Dododex. Ensuite, le jeu, pensé pour PC, ne réussit pas trop son passage sur console en terme de gameplay. Le menu des interactions en forme de camembert est horrible. Et enfin le jeu est plombé par des bugs, au mieux insupportables au pire juste inacceptables.

 

Et pourtant malgré tout ça, je me suis pris au jeu avec ma tribu et j’aime beaucoup ce jeu, qui j’espère, corrigera ses bugs et deviendra encore plus addictif. Et il semble y parvenir avec ses nouvelles cartes comme Ragnarok et la future Aberration.

 

Et vous, y jouez-vous ? Qu’en pensez-vous ?

Un commentaire »

  1. Kevin 26/02/2018 at 11:01 -

    Dès que je reçois ma chaise gaming, je le commande et j’y passe une journée entière

Laisser un commentaire »