. Jaco – The Galactic Patrolman d'Akira Toriyama | Fant'asie
Kameyoko 13/11/2015 1
  • Scénario
  • Graphisme

Jaco the Galactic Patrolman

Jaco – The galactic Patrolman d’Akira Toriyama

Histoire complète dans le monde de Dragon Ball

Après Katsuraakira, Glénat nous propose une nouvelle oeuvre où le nom d’Akira Toriyama apparaît sur la couverture. Il s’agit d’un manga qu’il a scénarisé et dessiné : Jaco the Galactic Patrolman.
Ce titre a été réalisé à l’occasion des 45 ans du Weekly Shônen Jump. Mensuel de prépublication dans lequel Toriyama a connu ses heures de gloire.

Mais ce retour est-il gagnant ? La magie fonctionne-t-elle encore ?

Jaco – The galactic Patrolman d’Akira Toriyama est édité par Glénat et est disponible à la vente depuis le 15 juillet 2015.

Résumé de Jaco, the Galactic Patrolman

Résumé de l’éditeur :

Jaco est un Galactic Patrolman, un officier de police galactique, qui revient sur Terre pour la protéger d’une invasion d’aliens. Mais son vaisseau s’écrase sur l’île d’Omori, un vieux scientifique travaillant sur le déplacement temporel. Les deux étranges compères vont s’aider mutuellement afin de contrer un destin a priori funeste, mais dont on connaît l’issue, sujet donc de… Dragon Ball.

Le retour d’Akira Toriyama

Voir Akira Toriyama revenir sur le devant de la scène est toujours un événement. L’auteur, entre autres, de Dragon Ball, reprend ses crayons avec ce Jaco, the Galactic Patrolman qui fera forcément vibrer la corde nostalgiquee des lecteurs. Surtout qu’on nous vend ce titre comme présentant les origines de Dragon Ball. Mais autant tuer le suspense, ce n’est pas tout à fait vrai. Ce manga partage donc le même univers que Dragon Ball (avec quelques libertés), mais la connexion avec Dragon Ball se fait essentiellement au cours des derniers chapitres, dont un où on nous présente la mère de Goku et les raisons de l’envoi du fils sur Terre.
Il y a bien un lien entre Jaco et Dragon Ball mais c’est plus pour le clin d’œil que réellement impactant. En fait, c’est presque anodin comme révélation pour Jaco ou pour Son Goku. De ce point de vue là, c’est une déception, même si on apprécie de voir ces deux oeuvres liées.

Mais revenons-en à ce Jaco, the Galactic Patrolman, en oubliant un peu Dragon Ball.
On suit les aventures de Jaco, un Patrouilleur Galactique servant une organisation veillant à la paix dans l’univers. Ce dernier vient sur Terre pour lutter contre un envahisseur envoyé sur Terre issu d’un peuple de puissants guerriers.
Mais Jaco s’est crashé sur une île quasiment déserte après avoir percuté la Lune. Il se retrouve sur l’île du scientifique Omori, qui vit à l’écart. Le vieil homme se voit donc obligé d’aider Jaco et de réparer son vaisseau.

Ce shônen se place comme une sorte de gag manga qui nous renvoie un peu aux débuts de l’auteur. Et on l’y retrouve avec plaisir tant ce style lui sied bien et tant il en maîtrise les codes. Le mangaka joue la carte du décalage de culture entre l’extra-terrestre Jaco et le vieil homme Omori, le tout avec beaucoup d’absurde. Il se fait un plaisir de créer des situations loufoques et décalées via ce différentiel de culture. Classique mais efficace, surtout que certaines répliques sont savoureuses. Au-delà de l’humour situationnel, il s’appuie aussi beaucoup sur ses personnages attachants et drôles. Entre un Jaco gaffeur, déconnecté des us et coutumes terriennes, un Omori un peu bougon mais gentil, nous avons aussi la pétillante Tights. Cette dernière confirme que Toriyama aime beaucoup les personnages féminins. Sa fraîcheur, sa bonhomie apportent beaucoup à ce titre et contribue à donner un capital sympathie à ce manga. En plus cette dernière réserve quelques surprises quant à son identité. Et là encore, on appréciera le clin d’œil.

Akira Toriyama a vrai un don pour raconter des histoires simples, universelles mais efficaces. Bien que anodine, l’histoire n’en demeure pas moins plaisante et bon enfant, sans prise de tête. On peut reprocher ce manque d’ambition et le côté trop simple de l’intrigue( surtout si c’est dans l’univers de Dragon Ball), mais le lecteur passera un bon moment. D’autant plus qu’il y a quand même une histoire, un minimum d’intrigue, qui évolue au fil de l’histoire.

Graphiquement, on reconnait la patte de l’artiste, que ce soit dans les charadesigns, les véhicules ou mêmes les décors. La paternité de Dragon Ball est indéniable avec ce mélange d’apparente simplicité mais avec une précision certaine. C’est avec plaisir qu’on plonge dans cet univers qui nous fait revenir quelques années en arrière. Mais malgré tout, on sent le poids des années qui passent. On le ressent surtout sur les personnages où le trait est plus approximatif, moins affirmé presque plus hésitant. On remarque surtout ça sur le chapitre avec Bardack et Goku. C’est du Toriyama, il y a aucun doute là-dessus, mais il y a des différences qui dénotent et ne font pas retrouver totalement le style de Dragon Ball. Mais rassurez-vous c’est mineur, mais quand même perceptible quand on a été bercé par Dragon Ball.

Pour conclure, Jaco, the Galactic Patrolman est une bonne madeleine de Proust. Le lecteur replongera avec plaisir dans l’univers et l’imaginaire d’Akira Toriyama. Ce dernier propose une histoire simple, bourrée d’humour, plaisante à lire mais qui n’est finalement qu’anecdotique. On pourra reprocher un manque d’action et d’ambition, mais on s’attache aux personnages et on prend plaisir à assister aux déboires des héros. Ce shônen assume son côté divertissant et amusant. Par contre, il est clair que la volonté de rattacher le tout à Dragon Ball est assez maladroite. Car, tout fan attend quelque chose d’énorme, pour finalement ne pas avoir grand chose (à part voir la mère de Goku). On sent qu’il a constamment le cul entre deux chaises : proposer une histoire qui se suffit à elle-même mais quand même rechercher à se rattacher à l’univers de Dragon Ball. On appréciera les clins d’oeil, mais il y avait sûrement matière à mieux faire.

Et vous qu’avez-vous pensé de ce titre ? Avez-vous été déçu par la dimension « Dragon Ball » ?

Un commentaire »

Laisser un commentaire »