. Isao Takahata, compère de Miyazaki | Fant'asie
Kameyoko 22/08/2008 2

Isao Takahata : tombeau des lucioles, Pompoko

Isao Takahata l’autre grand nom du Studio Ghibli

Takahata et Miyazaki : toute une histoire!

Suite à mon dernier article sur Hayao Miyazaki, je ne pouvais pas, ne pas en faire aussi sur Isao Takahata. Miyazaki et Takahata sont souvent indissociables. Quand on mentionne l’un, on pense immédiatement à l’autre.

Ce billet sera articulé comme le précédent sur Miyazaki.

Sa biographie

Là aussi je vais faire un vulgaire copier coller de sa biographie Allociné. Je préfère la mettre mot pour mot plutôt que de m’en inspiré très fortement et laisser croire que j’en suis à l’origine.

Dernier né d’une famille de sept enfants, Isao Takahata étudie à l’Université de Tokyo où il obtient un diplôme en littérature française. Il entre directement dans la société Tôei Dôga où il apprend la mise en scène avec des séries télévisées, dont un épisode de Ken, l’enfant loup en 1964. Il a la chance d’entrer dans cette maison de production au moment où l’industrie commence à créer les premiers longs métrages d’animation.

Il réalise son premier film pour le cinéma en 1968, Horus, prince du soleil. Ce film est la première réalisation « indépendante » de l’histoire de l’animation japonaise. Takahata en assure la mise en scène, car il ne dessine pas lui-même, au contraire de Hayao Miyazaki. Il se contente d’esquisser le story-board. Suivent Kié la petite peste en 1981 et Goshu le violoncelliste en 1982. Ces deux films évoquent un sujet cher à Takahata et qui est récurrent dans toute son oeuvre : l’abandon, l’enfance orpheline.

Le Tombeau des lucioles, en 1988, lui apporte la reconnaissance internationale, et marque une véritable avancée dans la qualité des longs métrages d’animation. En 1991, il réalise un film intimiste et naturaliste Les Souvenirs ne s’oublient jamais, puis vient Pompoko (1994). En 1999 Mes voisins les Yamada connaît un beau succès à travers le monde. En 2003, il est le metteur en scène des Aventures de Petit Panda, sorti en Europe en juillet 2004.

Filmographie en tant que réalisateur

Only yesterday : « Omoide Poroporo »
Pompoko : « Heisei tanuki gassen pompoko »
Kié la petite peste : « Jarinko Chie »
Horus, prince du soleil : « Taiyo no oji : Horusu no daiboken »
Goshu le violoncelliste : « Serohiki no Goshu »
Mes voisins les Yamada : « My Neighbours the Yamadas »
Le Tombeau des lucioles
Souvenirs goutte à goutte
Panda Kopanda, le cirque sous la pluie
Les Aventures de Petit Panda

Pour aller plus loin

La première chose à signaler c’est que contrairement à Miyazaki, Takahata ne dessine pas lui-même. Il n’est « simplement » qu’un réalisateur. Il a donc un coté moins « génial » que son compère. Mais cette particularité lui permet de pas être associé à un type de film ou un type de dessin. En effet, mes voisins les Yamada ne ressemble ni au Tombeau des Lucioles ni à Pompoko.

D’ailleurs les thématiques abordées sont aussi très différentes. Pour reprendre les deux derniers films cités. Le « tombeau » est un drame de guerre réaliste et poignant. Alors que « Pompoko » est plus fantaisiste avec des tanukis capable de se transformer.

J’aime beaucoup Takahata (même si j’ai pas tout vu non plus). Je préfère quand même Miyazaki qui a plus de talent, et plus de poésie. Il n’en demeure pas moins que ces oeuvres sont souvent sublime.

Par exemple le Tombeau des Lucioles est magnifiquement réalisé, c’est une pure beauté. Je défie qiconque possédant un coeur de ne pas verser une petite larmichette. Pompoko est très sympathique et se rapproche un peu plus des oeuvres de Miyazaki.

Bref ce réalisateur est à découvrir également. D’ailleurs, il paraitrait que Takahata ne ferait plus produire ces films par Ghibli.

Que pensez de ce réalisateur? Ou va votre préférence entre lui et Miyazaki?

2 commentaires »

Laisser un commentaire »