. Irrécupérable – tome 2 de Mark Waid et Peter Krause | Fant'asie
Kameyoko 26/04/2011 1

Irrécupérable - tome 2 - Trahison de Mark Waid et Peter Krause

Irrécupérable – tome 2 : Trahison de M. Waid et P. Krause

Pourquoi ce changement du Plutonien?

Le premier tome d’Irrécupérable (Irredeemable en VO) avait été une véritable surprise. Déjà le synopsis était génial, mais derrière le scénariste ne s’est pas reposé pas sur ses lauriers.

Il a concocté un récit extrêmement bien ficelé alternant présent et passé permettant de mieux cerner comment le plus grand super héros de la terre est devenu son plus grand danger.

Je suis donc très heureux de pouvoir lire la suite avec ce Irrécupérable – tome 2 intitulé Trahison.

On repart là où on s’était arrêté donc directement dans le vif de l’action. On retrouve dans cet opus tout ce qui m’avait fait aimer cette série, tout en approfondissant le tout.
Un volume riche en rebondissements et révélations.

Irrécupérable – tome 2 : Trahison de Mark Waid et Peter Krause est édité par Delcourt et est disponible à la vente depuis février 2011.

Résumé de Irrécupérable 2 chez Delcourt

Le Plutonien est toujours une menace pour la Terre. Les membres du Paradigme cherchent toujours un moyen de l’arrêter. Pour cela ils vont tenter de s’infiltrer dans sa citadelle au cœur d’un volcan en éruption. Ils espèrent bien trouver des indices et des réponses.

Pour cela l’un d’eux doit attirer le Plutonien loin de sa base. Ayant perdu son frère et ses pouvoirs, Charybde se porte volontaire. Il doit leur faire gagner du temps.

Malheureusement dans la citadelle, les membres du Paradigme ne trouvent pas les indices qu’ils cherchaient. Ils vont néanmoins tomber sur une de leurs ennemis : Encanta, devenue esclave du Plutonien. Cette dernière est habillée comme Bette.

De son coté Charybde arrive mieux que prévu à résister au Plutonien en lui disant qu’il a découvert ses secrets, mais aussi et surtout avec une surprise de taille qui risque de changer la donne.

Le plutonien un héros torturé mais crédible.

Ce tome 2 enchaine directement après les événements du précédent opus. Vu que le volume 1 date de mai 2010, je vous conseille fortement de relire avant le 1 pour bien tout saisir. Et ce d’autant plus que Delcourt se contente du stricte minimum avec 3 lignes pour rappeler l’histoire. Rien sur les intrigues, les persos …

On replonge, la tête la première, dans la folie destructrice du Plutonien et de son paradoxe. Qu’est-ce qui a pu faire basculer ce Superman-like qui multipliait les actes d’héroïsme en ce super-vilain sociopathe aux tendances génocidaires ?

Dans le premier opus, le scénariste Mark Waid laissait entrevoir des raisons à ce pétage de plomb en distillant des évènements pouvant le justifier. Ici, il poursuit son incursion dans le passé du Plutonien complexifiant ainsi la justification de ce revirement.
C’est là qu’on voit tout le talent de Waid pour le scénario.

Il alterne habillement entre présent et flashback afin de mieux nous faire comprendre comment Tony, alias le Plutonien en est arrivé là.
Il nous dévoile un passé douloureux qui a façonné l’être qu’il est actuellement. On se rend alors compte, que contrairement à ce que l’on pouvait penser initialement, les blessures sont plus anciennes et plus profondes que les secrets des membres du Paradigme ou que le manque de reconnaissance des gens à son égard.

Au travers de flashbacks, mais aussi d’actes présents renvoyant au passé, le scénariste distille pistes et indices permettant de mieux cerner ce personnage. Et bizarrement, il n’en ressort que plus humains et touchant.

Cette vision d’un super-héros presque invincible me parait autrement plus crédible qu’un Clark Kent alias Superman, bon samaritain, élevé dans la joie et l’amour. Je trouve le passé du Plutonien et forcément sa construction émotionnelle et psychologique derrière plus logiques.

Si une telle personne devait exister dans notre monde, je pense qu’elle tournerait plus comme le Plutonien que comme Superman.

Mark Waid, tente de faire comprendre à son lecteur que le pétage de plomb du Plutonien était presque inévitable. Difficile de grandir et d’être aimé quand on vous craint, quand vous risquez de blesser ceux que vous aimez.

Ainsi, on voit un peu le pendant plus sombre du clinquant et idéalisé super-héros. Cela contribue à désacraliser l’encapé.

Au-delà de cette sorte de psychanalyse super-héroique, le tome 2 d’Irrécupérable met à jour les secrets enfouis des membres du Paradigme. Eux aussi, petit à petit, perdent leur aura d’êtres idéalisés pour laisser apparaitre des failles moins reluisantes.

On verra aussi l’apparition d’un méchant attendu et qu’il laisse encore plein de possibilités pour la suite.

Dans ce deuxième opus, l’accent est mis sur les personnages et en particulier le Plutonien qui gagne encore un intérêt. Il apparait comme un personnage trouble, torturé, mais aussi sensible avec un profond besoin d’être aimé. Chose qu’on ne lui a jamais donné.

Il est d’une profondeur insoupçonnée et en même temps assez réaliste. On voit bien le cheminement de pensée du personnage, qui a mené à ce qu’il fait maintenant.

Les autres membres du Paradigme sont aussi développés et se révèlent eux aussi plus complexes que ce que l’on pouvait penser initialement.

L’action est elle aussi bien présente et est bien alterné avec les phases plus intimistes ou les flashbacks. Le scénariste maitrise parfaitement le rythme du récit pour le rendre addictif.

J’ai beaucoup aimé le traitement de Charybde qui évolue drastiquement mais de façon cohérente avec son nouveau statut. Il permet de bien mettre en évidence un lien vieux comme le monde entre puissance et arrogance.

Graphiquement, le trait de Peter Krause est agréable à l’œil. Il manque parfois de punch et d’un peu de personnalité, mais le travail est sérieux. Il met en scène efficacement les idées de Waid.

A noter qu’au niveau de l’édition, Delcourt a rajouté un chapitre d’une série se déroulant dans le même univers : Incorruptible de Howard Chaykin, mettant en scène le personnage de Max Damage. Petite initiative sympathique même s’il est difficile de juger de la qualité de cette série.

Pour conclure, ce tome 2 est peut-être encore mieux que le tome 1 car il va plus loin dans la psychologie du Plutonien. Le travail sur ce personnage et sur la démystification du super-héros est impressionnant. Le scénario est superbe alternant travail psychologique des différents personnages, action, révélations et flashbacks.
Le tout est servi par un Peter Krause, certes classique, mais sans fausse note.

Irrécupérable est vraiment une lecture que j’ai adoré, passionnante, rondement menée et qui surfe sur la vague du coté sombre des super-héros. Pour moi, le Plutonien est peut-être la version la plus vraisemblable d’un super-héros (sauf quand il pète les plombs où il va loin).
Un comic à lire de toute urgence ! et qui change un peu des lectures ordinaires.

Irrécupérable – tome 2 : Trahison confirme donc l’excellente impression du premier. Je suis devenu accroc. Vivement la suite !

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Le traitement et le cheminement psychologique du Plutonien est-il réaliste selon vous ?

Un commentaire »

Laisser un commentaire »