. Immortal Rain – tomes 9 à 11 par Kaori Ozaki | Fant'asie
Bagooor 09/08/2013 0
  • Scénario
  • Graphisme

Immortal Rain tomes 9 à 11 par Kaori Ozaki

Après des débuts plutôt difficiles, Immortal Rain a su se bonifier au fil des volumes, jusqu’à devenir intéressant.

Pourtant, dès les premiers volumes, l’ambiance et le déroulement de l’histoire laissaient beaucoup penser à un récit proche de ce qui avait été fait sur Trigun, dans un monde dévasté, où 2 êtres légendaires s’affrontent depuis des siècles.

Bien que cette trame soit restée présente, l’évolution de l’intrigue a réussi à devenir originale et à captiver le lecteur.

Il est maintenant l’heure de faire le bilan de ce titre, qui trouve ici sa conclusion avec le volume 11.

Immortal Rain a été complètement publié par Doki-Doki.

Résumé des tomes

Dora Fork s’est emparé de la croix fixée sur la poitrine de Rain. Machika est partie à ses trousses à bord d’un hélicoptère en compagnie de Yuca, mais après avoir atterri, ce dernier décide de le poursuivre seul. Pendant ce temps, Fork a fait préparer un bloc opératoire pour se faire greffer la croix sur son propre cœur. Machika et Yuca réussiront-ils à la lui reprendre ? Tout les oppose et leurs motivations sont différentes, mais ils ont un seul et même objectif : sauver Rain à tout prix. Yuca va donc utiliser son intelligence et Machika sa force, dans un combat sans merci contre leur ennemi commun.

Résumé de l’éditeur pour le volume 9

Yuca est de retour au siège de Calvaria où il organise la destruction de tous les anges, y compris l’effroyable Templinion. Pendant ce temps, Sharem s’apprête à quitter la compagnie, emmenant avec elle les orphelins qu’elle avait pris sous son aile.
Rain et Machika, qui peuvent enfin goûter à la paix et à tranquillité, ne peuvent se résoudre à oublier Yuca, et décident de partir à sa recherche. Mais leur plus terrible ennemi ressurgit à l’entrée du siège de Calvaria, ivre de vengeance…

Résumé de l’éditeur pour le volume 10

Rain et Machika s’introduisent dans la tour du siège de la compagnie Calvaria, et y retrouvent Yuca.

Sharem s’est sacrifiée pour tenter d’en finir avec Fork mais ce dernier a survécu. Rassemblant ses dernières forces, il a débranché le système qui maintenait Templinion à – 80 degrés, réveillant du même coup le terrible « mangeur d’anges ».

Rain, qui ignore toujours qu’il n’est plus immortel, est décidé à tout faire pour le mettre hors d’état de nuire. Mais réussira-t-il à vaincre seul un tel monstre ?

Résumé de l’éditeur pour le volume 11

La fin d’une aventure

J’aurais mis un peu de temps à aller au bout de cette série, mais c’est maintenant chose faite !

Les débuts d’Immortal Rain ont été assez difficiles, avec de nombreuses comparaisons avec un titre que j’apprécie beaucoup : Trigun.

Au fil des volumes, cette comparaison s’est accentuée, jusqu’à réussir à s’en éloigner pour proposer quelque chose d’originale et d’intéressant.

Néanmoins, après une hausse d’intérêts dans les précédents volumes, les derniers tomes d’Immortal Rain ont perdu un peu de leur qualité.

Alors que la tournure des événements avait pris une direction intéressante, le soufflet est un petit peu retombé, avec une prolongation artificielle de la série.

En effet, le volume 9 apporte une certaine conclusion au titre, qu’il aurait été possible de conserver pour apporter une fin acceptable. Mais l’auteure semble avoir voulu apporter une conclusion heureuse à son oeuvre, où tous les gentils y trouvent leurs comptes, tandis que les adversaires périssent comme ils le méritaient.

Même si je trouve la série rallongée, celle permet tout de même à Kaori Ozaki de conclure les intrigues des personnages secondaires. Car si l’histoire de Rain et de Machika aurait pu se terminer au volume 9, les 2 derniers tomes apportent des réponses pour les autres personnages de la série. Ces tomes supplémentaires ne sont donc pas sans intérêts.

Cela n’empêche pas que certains personnages secondaires n’ont pas du tout été utilisés, ce qui rend leurs présences plus qu’anecdotiques.

Il semble que l’auteure souhaitait peut être approfondir un petit peu plus son histoire, mais qu’elle ait dû rester sur sa première idée.

Par contre, le dernier tome voit intervenir un adversaire complètement hors sujet, puisqu’il s’agit d’un ange géant, maintenu jusque-là en sommeil. Cela donne l’impression de faire intervenir un ‘boss de fin’ des plus impressionnants pour montrer toute la puissance des héros.

Ce n’est donc pas la meilleure idée de l’auteure, mais pourquoi pas. La surenchère est bien utilisée par tout le monde, même les meilleurs (Mark Millar ne fait plus que ça depuis quelques années…), donc pourquoi pas.

Du côté de la partie graphique, le style est resté à peu près constant durant toute la série, bien que l’on constate une certaine amélioration entre les premiers tomes et la seconde moitié de la série.

Le style se veut plus aéré, plus précis.

Cependant, j’ai constaté quelques pages un peu plus faibles sur les derniers tomes. Quelques traits sont ainsi laissés de manière brouillonne, avec quelques décors qui paraissent bien vides. Il y a sans doute eu un peu de précipitation sur les derniers chapitres, mais ceux-ci ont tout de même le mérite d’être volumineux.

Sur l’ensemble de la série, Immortal Rain est passée par des phases à la qualité variable. Le début a eu un peu de mal à lancer l’histoire et à rendre le tout original, mais c’est clairement la partie centrale de la série qui m’a le plus enthousiasmé. Le récit avançait bien, tout en proposant de l’action et de l’originalité.

La conclusion m’a ainsi paru être un peu longue à venir, mais ne se termine pas non plus n’importe comment (quoi que cette histoire de monstre géant dénote un peu avec le reste du titre).

Je relirais très certainement cette série dans son intégralité dans les mois (ou années) à venir, mais malgré un manga plus que correct, je trouve que celui-ci ne m’a pas laissé un souvenir impérissable. J’ai terminé la série depuis 1 petit mois environ et mes souvenirs sur la série s’estompent assez rapidement. Ce n’est généralement pas très bon signe.

Immortal Rain est donc une série qui aura su me surprendre. Je n’en attendais pas grand-chose et les premiers volumes ne m’avaient pas convaincu, mais finalement sur la durée elle a su mettre en place une histoire intéressante et agréable à suivre.

Ce ne sera malheureusement pas la série de l’année, mais elle a néanmoins réussi à se démarquer d’autres lectures.

Êtes-vous allé au bout de la série ? Qu’avez-vous pensé d’Immortal Rain ?

Laisser un commentaire »