. Immortal Rain – tomes 3, 4 et 5 par Kaori Ozaki | Fant'asie
Bagooor 07/03/2012 0
  • Scénario
  • Graphisme

Immortal Rain tomes 3, 4 et 5 par Kaori Ozaki

Un shojo d’aventure

Annoncé comme un shojo, Immortal Rain est un titre vraiment plus orienté action dans un univers steampunk, où une chasseuse de prime va s’attacher à sa première cible.

La série est prévu sur 11 volumes, ce qui permet à la lecture de savoir jusqu’où l’histoire va pouvoir être développée. C’est une bonne chose pour Doki-Doki de savoir où ils vont et de pouvoir communiquer dessus auprès des lecteurs : il est souvent plus facile de débuter une série en sachant qu’elle aura une fin.

Les 2 premiers volumes m’ont parus être très proche de la série Trigun, sans pour autant miser sur l’action.
Les similitudes avec Trigun vont-elles continuer ?

Je tente de rattraper mon retard sur la série avec la lecture de 3 tomes à la suite, dont voici mon avis.

Résumé des tomes

Après avoir chutés de la prison volante, Rain et Machika seront pris en charge par un professeur de Machika, qui les hébergera au chaud dans un laboratoire souterrain.

Mais ce laboratoire rappelle de douloureux souvenirs à Rain, car c’est à cet endroit là qu’il est devenu immortel. L’occasion pour Machika d’en apprendre plus sur l’homme le plus recherché de la planète.

Le jour de la réincarnation de l’ennemi de Rain est arrivé et celui-ci trouvera très facilement Rain. L’affrontement était inévitable et donnera lieu à une rencontre attendue des 2 adversaires !
Mais en sortiront-ils indemnes ?

Une impression confirmée


Immortal Rain est un shojo s’orientant vers l’action.
La référence à Trigun dans les premiers volumes était évidente et cela ne va pas s’arranger avec la suite. Je suis un grand fan de ce titre, car il s’agit d’un des premiers titres mangas que j’ai découvert grâce à l’anime (à l’époque où Game One le diffusait le dimanche matin).

Vous allez penser que je radote un peu, mais au fur et à mesure de ma lecture, mon impression de ressemblance avec l’oeuvre de Yasuhiro Nightow continue d’être présente.

Le volume 3 est complètement consacré à l’origine de Rain et je trouve qu’elles sont vraiment proches encore une fois de celles de Trigun. Nous avons ainsi Rain, Yuca et Freya, 3 jeunes travaillant dans un orphelinat. Alors que la guerre fait rage, Yuca se met à douter de Dieu et en tant que brillant scientifique, revend les enfants à des fins de recherche. Ceux-ci sont transformés en Anges, créatures mi-humaines mi-bêtes, pour intervenir dans la guerre qui fait rage.
La mort de Freya va définitivement diviser Rain et Yuca, qui lui donnera rendez-vous 600 ans plus tard pour vérifier si son amour pour la race humaine est toujours intacte.

Je gâche un peu la surprise du tome 3, mais les ressemblances avec les personnages et les convictions de ceux-ci dans Trigun est flagrant. Rain et Vash, Yuca et Knives, Freya et Rem… beaucoup trop de ressemblances pour que ce soit une coïncidence.

Quoi qu’il en soit, le volume 4 se termine d’une façon bien surprenante ! Je dois dire que je ne m’y attendais pas du tout et il est très rare de voir ce genre de dénouement intervenir si vite dans une série.
Je garde la surprise pour les personnes qui n’ont pas lu ce tome, mais ce fut une sacrée surprise. Et cela a au moins permis au titre de s’éloigner de Trigun, qui restait pour moi en toile de fond.

D’ailleurs, le volume 5 débute après un saut dans le temps d’un an. Peu de choses ont changé, mais l’auteur pourra peut être profiter de ce saut pour revenir par la suite sur les évolutions potentielles du personnage de Machika.

J’en arrive presque à la moitié de la série, mais pour le moment il est encore impossible de dire comment pourrait se terminer la série, bien que j’ai une idée de la direction que prend celle-ci.

Concernant le dessin, j’ai l’impression que celui-ci fait un petit peu vieillot, avec des décors parfois simplistes et un trait unique. Mais cela donne tout de même un certain charme à l’oeuvre, à l’heure où les styles graphiques commencent à tous se ressembler.

Globalement, l’histoire d’Immortal Rain se développe petit à petit et à finie par s’éloigner de Trigun, qui semblait être une base à cette histoire. Malgré une histoire qui se laisse lire, je conserve tout de même un avis un peu mitigé, car je n’arrive pas vraiment à savoir si j’aime ou non ce titre.
Je vais donc continuer à lire Immortal Rain, en espérant que la conclusion ne viendra pas me décevoir comme pour Le Fruit de l’Eternité.

Lisez-vous ce titre ? Que pensez-vous de la comparaison avec Trigun ?

Laisser un commentaire »