. Human Target – tome 1 de Peter Mulligan, Edvin Biuković et Javier Pulido | Fant'asie
Kameyoko 11/11/2014 1
Human Target – tome 1 de Peter Mulligan, Edvin Biuković et Javier Pulido
  • Scénario
  • Graphisme

Human Target - tome 1

Human Target – tome 1 de Peter Mulligan, Edvin Biukovic et Javier Pulido

Christopher Chance et ses multiples personnalités

Human Target est à la base un personnage secondaire de l’univers DC. Il a eu le droit à une nouvelle jeunesse, avec notamment le personnage de Christopher Chance (deuxième incarnation de Human Target).
D’ailleurs dans ce recueil, nous avons le droit à la première histoire de Christopher Chance, parue dans le Action Comics #419 datant de 1972. Les autres numéros de ce tome sont plus récents datant de 1999 et 2002.

Human Target – tome 1 de Peter Mulligan, Edvin Biukovic et Javier Pulido est édité par Urban Comics et est disponible à la vente depuis le 29 août 2014

Résumé de Human Target 1 chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur :

Human Target est, avec 100 Bullets, l’un des meilleurs thrillers psychologiques publiés par Vertigo. Véritable chirurgien de l’âme, Peter MILLIGAN (Hellblazer) signe ici l’un de ses meilleurs travaux et la redécouverte d’un ancien personnage de DC.

Capable de reproduire jusque dans les moindres détails le physique mais aussi la personnalité de ses clients, pour peu qu’ils y mettent la somme, Christopher Chance est une cible vivante professionnelle, payé pour protéger et remplacer des personnes menacées de mort. Seulement, combien de personnalités un homme peut-il emprunter avant de perdre la sienne à jamais ?

Human Target vol.1 #1-4, Human Target : Final Cut, Human Target vol.2 #1-5 + Best of DC #30

Troubles de la personnalité

Human Target repose sur une principe très intéressant à savoir un « héros » capable de prendre l’apparence d’une autre personne menacée et donc d’être une cible humaine. Sauf que ce personnage n’est pas qu’un expert en déguisement et mimétisme. C’est surtout une personne capable de se plonger corps et âme dans cette nouvelle identité, de tout comprendre de la vie de cette personne et donc d’avoir du mal à distinguer sa vie de celle de ses clients. Mais en plus, il se révèle très bon pour échapper aux assassinats et mettre hors d’état de nuire ses assaillants.
Et là, où c’est génial, outre les missions en elles-même, c’est toutes les questions que cela soulève sur la notion de personnalité, d’individualité et du rapport aux autres. Et ce thème est central dans ce Human Target.

Les premières pages de cet opus nous mettent dans le bain directement avec une mission consistant à prendre la place d’un pasteur noir, luttant contre les gangs locaux. Sauf que dans un premier temps, ce n’est pas Christopher Chance qui fait cette mission mais son assistant Tom McFadden. Ce dernier sombre de plus en plus, et a du mal à simplement vivre sa vie et retrouver sa vraie identité, au point que cela menace sa vie familiale. D’emblée, Peter Mulligan joue la carte des troubles de la personnalité avec Tom. Ce leitmotiv sera continu tout au long du volume. Le scénariste axe tout son récit sur ces problèmes identitaires passionnant, frôlant la folie, avec beaucoup de talent et de justesse.
Cette problématique sera ensuite appliquée à Christopher Chance. Le lecteur plonge dans cette difficulté à dissocier ce qui tient des sentiments de son client, de ses traits de personnalité, des siens. Les scènes fortes et poignantes sont légions, jouant avec cette ambiguïté. C’est d’ailleurs l’un des ressorts scénaristiques principaux de Human Target. Mulligan s’amuse beaucoup à jeter le doute sur l’identité du personnage. Est-ce le vrai, est-ce Chance ?
Et pourtant malgré cette apparente difficulté, le lecteur n’est pas trop perdu. Le sujet est complexe, mais le scénariste n’égare pas trop son lecteur, même s’il aime jouer sur les ambiguïtés et les doutes sur l’identité de la personne. Il joue vraiment la carte de la psychologie, avec notamment des introspections terriblement bien menées.
Du coup, ce comic se révèle être profond, intelligent et intrigant. Si le personnage principal est très travaillé, paradoxalement, on ne sait pas grand chose de Chance, tant ses questionnements, ses troubles sont nombreux, lui causant quelques petits soucis.

Au-delà de cette quête perpétuelle d’identité, l’écossais glisse d’autres thèmes, sous-intrigues, eux aussi maîtrisés. Je pense notamment à Emerald, la tueuse chargée d’éliminer la cible humaine, ou encore l’épisode mettant en scène le 11 septembre.

Human Target a aussi l’immense avantage d’être très axé sur les personnages. En effet, pour se glisser dans la peau de son client, Christopher Chance doit tout connaitre de lui. Ce qui fait que, derrière, Peter Mulligan créé toute une histoire à chaque mission. Chaque client est développé, avec une vraie caractérisation du personnage et de son entourage (enfin surtout les femmes). Cela lui permet aussi de nous plonger dans différent milieu : l’Eglise, le Base-ball, le Cinéma…

De plus, le titre n’est pas avare en action. En effet, Christopher Chance n’est pas du genre à faire dans la dentelle quand on s’en prend à lui. Cela permet, entre autres, de donner pas mal de rythme au récit, et donne un petit côté film noir.

Ce Human Target fonctionne par épisode, assez indépendant les uns des autres, même si certains développements se retrouvent d’un épisode à l’autre et même s’il y a une évolution constante du personnage principal. Ce découpage par épisode a plein d’avantage : multiplication des intrigues et des personnages, rythme. Néanmoins, il présente le défaut d’être parfois inégal. Fatalement, toutes les missions sont différentes, et leur intérêt varie d’une histoire à l’autre.

Graphiquement, c’est Edvin Biuković et Javier Pulido qui se charge du dessin. Les deux imposent un style à cette série, avec leur trait épuré et très rétro. Même si on différencie les deux artistes, on voit une certaine continuité dans le style, par cnotre j’aime un peu moins Javier Pulido. Malheureusement ce style fait que les détails sont parfois un peu absents, et les visages parfois figés. En revanche, j’ai trouvé Edvin Biuković avait un style plus incisif que l’espagnol et parvenait mieux à donner une ambiance graphique.

Pour conclure, malgré les années passées, ce Human Target est une très bon titre à découvrir. Ce personnage et sa capacité à prendre la place d’autrui sont très bien travaillés, avec un vrai angle scénaristique, intelligemment mené. Avec en filigranne la perpétuelle quête d’identité, la limite entre sa vie et celle de ses clients, Christopher Chance et son personnage de Human Target sont troubles, complexes mais passionnants à suivre. La dimension psychologique apporte une grosse profondeur à ce comic. Ce thriller noir psychologique a de nombreux arguments à faire valoir, malgré son graphisme particulier, et son style rétro, voir un peu daté. Car au-delà de l’aspect psychologique, il y a de l’action, des rebondissements qui font mouche et des personnages fouillés.
J’ai hâte de lire la suite, et voir Chance effectuer de nouvelles missions. Une bien belle surprise.

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Connaissiez-vous ce Human Target ?

Un commentaire »

Laisser un commentaire »