. Hinomaru Sumo – tomes 2 et 3 de KAWADA | Fant'asie
Kameyoko 23/11/2016 2
  • Scénario
  • Graphisme

Hinomau Sumo - tome 2

Hinomaru Sumo – tomes 2 et 3 de KAWADA

Premières compétitions pour le lycée Ôdachi

Un manga sur le sumo, c’est vraiment pas quelque chose de courant. Mais quand, en plus, le premier tome est plus que convaincant, il n’y aucune raison de pas lire la suite. Surtout que des nouveaux personnages sont introduits et le passé de notre héros commence à se dévoiler.

Hinomaru Sumo poursuit-il sa bonne impression ? Est-ce qu’il suit encore à la lettre les code du shônen sportif ?

Hinomaru Sumo – tomes 2 et 3 de KAWADA sont édités par Glénat et sont disponibles depuis, respectivement, les 06 juillet et 05 octobre 2016.

Résumé de Hinomaru Sumo 2 et 3 chez Glénat

Résumé du tome 2 :

Le lycée Ôdachi affronte le redoutable lycée Ishigami en phase finale du tournoi par équipe comptant pour les qualifications du grand championnat national. Pire, les deux premiers lutteurs à s’affronter ne sont autres que Hinomaru et Sada, les deux trésors nationaux ! Le dur entraînement suivi par Hinomaru va-t-il porter ses fruits face à l’ancien yokozuna des collèges qui se dresse devant lui ?!

Résumé du tome 3 :

Maintenant qu’il a échappé à la dissolution, le club de sumo du lycée Ôdachi peut pleinement se concentrer sur sa prochaine participation au “tournoi des nouveaux” de la région de Tokyo. Mais cette compétition individuelle sera surtout l’occasion pour Hinomaru de tester son niveau face à celui qui était sa véritable bête noire à l’époque du collège : Rinpei Shimoyama. “Onimaru” parviendra-t-il à se surpasser et à redevenir le trésor national qu’il était autrefois ?!

Premiers rivaux pour Hinomaru

Après un tome 1 réussi, magnifiant le sumo et réussissant l’exploit de passionner avec ce sport méconnu et très bref, nous retrouvons Hinomaru sur le dohyô. L’occasion pour KAWADA de présenter les partenaires du petit mais puissant sumo, ainsi que de probables adversaires récurrents et surtout redoutables.

On débute ainsi avec la suite du tournoi de quartier où il affronte un autre trésor national : Sada. On sent la volonté d’en faire un adversaire récurrent, comme tout nekketsu propose. Et ce combat bien que rapide, s’avère intense et comme à son habitude intéressant. Il pose Sada comme un adversaire à suivre et qui n’a pas usurpé son titre de trésor national.

hinomau-sumo-tome-3Ensuite, le club d’Odachi devra assurer sa survie en recrutant de nouveaux membres au risque de devoir se fermer. Heureusement, la fête de l’école arrive et représente la dernière opportunité. Cette phase de recherche de nouveaux membres est souvent un poncif du shônen sportif. Là, on n’y échappe pas non plus. On a peu de doutes sur le fait qu’il ne trouve pas, mais on a hâte de voir le profil des prochains coéquipiers. Et c’est là que le petit nouveau Kunisaki fait son apparition. Ce personnage a un double intérêt. Tout d’abord dans sa façon d’être recruté. En effet, c’est via un tournoi inter-art martiaux qu’Hinomaru l’affronte, lui le spécialise de MMA (Mixed Martial Art). Une occasion de mettre en valeur le Sumo et ses qualités. Ensuite, ce passage est assez intéressant car le sumo est souvent sous-estimé et surtout très méconnu en France. Même si on reste dans un shônen exagéré, c’est intéressant de remettre à plat certaines choses. Certains a priori sont déconstruits pour mettre en avant ses spécificités.

Après quelques séances d’entrainement, les nouveaux d’Odachi participent à un nouveau tournoi. L’occasion de les voir à l’oeuvre. Le mangaka développe ainsi donc les membres de ce club de Sumo en leur donnant des caractéristiques propres. Mais ce tournoi est aussi l’occasion de faire connaissance avec deux redoutables adversaires venant garnir les rivaux de notre héros. Et comme à son habitude, il parvient à leur donner un style, une personnalité et une aura qui donne envie de le voir combattre sur le dohyo.
Ainsi le club va affronter de redoutables adversaires mais aussi commencer à se faire sérieusement un nom.

Mais ce tournoi va aussi un peu nous éclairer sur le passé de collégien d’Hinomaru, le confrontant ainsi à ses « traumatismes ». Il va ainsi affronter le sumotori qui l’a défait et l’a ainsi poussé à quitter ce milieu durant cette période.

Hinomaru Sumo continue de se développer en axant beaucoup sur les personnages (amis ou ennemis) et se dote d’un vrai background qui commence à prendre forme. Après KAWADA utilise un peu touss les grands principes du shônen nekketsu. On ne sera pas trop dépaysé. Mais c’est également ce qu’on peut lui reprocher. Car au final il suit presque un cahier des charges. Mais la prise de risque se situe au niveau du choix du sumo. Car ce sport comporte plusieurs gros freins pour un shônen sportif, que l’auteur parvient à bien amoindrir.

Déjà c’est assez technique et très codifié. Ensuite, il n’y a pas de catégorie de poids, donc ça peut être difficile de rendre crédible des combats si disproportionnés. Et enfin, le fait qu’un combat dure rarement plus que quelques dizaines de secondes. Ça joue fatalement sur le rythme et la narration.

Mais le mangaka s’en sort brillamment. Tous les combats sont intenses, même si fatalement courts, passionnants et terriblement bien réalisés. Surtout que de façon limpide et assez didactique, il parvient à expliquer toutes les spécificités et subtilités du sumo. J’avoue être complètement perdu dans le nom des différentes techniques. Mais ce n’est pas très grave puisque Glénat nous les traduit et nous les explique brièvement.
Même si je ne sais pas dans quelle mesure ce manga reflète la réalité des compétitions, cela semble assez crédible et extrêmement documenté. J’apprécie la façon de doter chaque combattant d’un style, d’une spécialité, d’une caractéristique, différenciant chaque type de sumotori.

Pour le moment, le mangaka suit, avec maîtrise, le chemin balisé du shônen sportif, sans fausse note, et même avec talent. Surtout que son dessin est de qualité avec beaucoup de dynamisme. Les combats sont spectaculaires, avec une sensation de puissance qui s’en dégage. Mais il est vrai qu’il exagère parfois avec la musculature du héros et dans l’abus de cicatrices.

Une lecture donc plaisante, dynamique et qui nous apprend à découvrir ce sport, voir même cette culture. Efficace et solide. Voici deux adjectifs qui caractérise bien Hinomaru Sumo !

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Arrivez-vous à vous passionnez pour ce sport en manga ?

2 commentaires »

  1. Stéphane 25/12/2016 at 17:27 -

    Génial ! Mais ils devraient aussi s’intéresser aux combats arabes avec épées et petits fusils, ça rajouterai du piquant !

  2. Felix 02/05/2017 at 12:17 -

    Ces 2 tomes sont vraiment excellents.
    Super résumé

Laisser un commentaire »