. Hero Tales – tome 2 d'Hiromu Arakawa | Fant'asie
Kameyoko 17/03/2011 0

Hero Tales – tome 2 d’Hiromu Arakawa

Une suite plus sombre

Hero Tales est le nouveau titre de la mangaka Hiromu Arakawa, connue pour être l’auteur de Fullmetal Alchemist. Le premier tome m’avait un peu déçu. Loin d’être mauvais, il était surtout très (trop?) classique. Du classique, certes bien fait, mais ça manquait singulièrement de prise de risque et d’originalité.

Pourtant le potentiel est là. Bizarrement, j’ai confiance pour la suite.

Ce deuxième volume va nous permettre de mieux voir où l’histoire va nous mener et voir si le titre se démarque de la flopée de shônens proposés par les éditeurs.

Hero Tales – tome 2 de Hiromu Arakawa est édité par Kurokawa et disponible à la vente depuis le 10 février 2010.

Résumé de Hero Tales 2 chez Kurokawa

Taitô a fait un cauchemar la nuit. Il a rêvé de lui plus jeune, abandonné par ses parents qui l’ont confié à un inconnu.
Cet épisode le rend d’autant plus grognon le lendemain sur la route. Ce qui instaure une mauvaise ambiance dans le groupe.
Ils vont rencontrer une groupe d’hommes armés, appartenant aux Loups d’ébène, venu l’arrêter lui et Ryûko. Taitô les démolit et en profite pour essayer de leur soutirer des informations sur Shimei.

Se sachant recherché, le groupe décide de se rendre chez le maître de Hôsei, qui n’habite pas très loin d’ici, afin de connaitre un chemin plus sûr vers la capitale.

Ils vont rencontrer maître Koei Kuju, qui va leur apprendre beaucoup de choses sur Hagun. Taitô va aussi subir un entrainement auprès de lui pour mieux maîtriser le flux de pouvoir.

Un tome plus sombre

Le premier volume d’Hero Tales, m’avait pas mal plu, même si j’ai été un poil déçu. En effet, quand on s’appelle Hiromu Arakawa, on s’attend toujours à avoir un manga aussi brillant que Fullmetal Alchemist. Mais Hero Tales n’a pour l’instant pas toute la créativité que peut avoir son prédécesseur. C’est en quoi j’ai été déçu.

Ce premier opus même si maitrisé, manquait de prise de risque. On se retrouvait avec un manga un peu trop classique, bien que prometteur et plaisant.

Cette impression se confirme avec ce deuxième volet, tout en rassurant et en nuançant cela. Je l’ai trouvé meilleur et un petit peu plus singulier.

Malheureusement, on n’échappe par pour autant à certains poncifs du genre comme l’entrainement compliqué que le héros fait en deux temps trois mouvements, ou encore une enfance difficile, des secrets sur sa filiation et sur la famille du héros, un maître qui est quelqu’un d’important…

Comme pour le premier opus, même si ces phases sont classiques pour du shônen, elles sont bien maitrisées. De plus certains éléments sont introduits, mais pour l’instant nous n’avons pas tous les tenants et les aboutissants.

Par exemple, on sait que Taitô va nous réserver des surprises, mais lesquelles? Une me vient spontanément en tête, j’espère juste avoir tort. Parce que là ça serait vraiment trop simpliste pour une mangaka comme Hiromu Arakawa.

Ce classicisme toujours présent est contrebalancé par une tournure un peu plus sombre et violente d’Hero Tales. On n’en bascule pas pour autant dans le seinen, mais on sent qu’on a grimpé un échelon.

Tout d’abord, en ce qui concerne l’action. On assiste à quelques scènes où le sang coule et où on voit des têtes volées (chose que je ne pensais pas voir initialement).
Le maître d’Hosei, qui est en réalité une femme, apprend plusieurs choses à notre héros dont certaines sont loin d’être joyeuses. Elle semble en connaitre long sur les étoiles septentrionales.

Dans ce tome nous allons aussi assister à la mort d’un personnage, de laquelle va découler certains évènements. Ce passage là est assez inattendu et rajoute un peu de tension au titre. On ne la voit pas venir. Elle confirme donc que le titre est plus adulte que ce que je pensais.

Le personnage de Taitô, même s’il garde ce coté nekketsu, parfois énervant, gagne en complexité. Il est confronté à certains choix difficiles. On en apprend également plus sur sa filiation, son enfance et sur qui il est réellement. Ce qui donne une touche mystérieuse à ce personnage, qui est loin d’avoir tout révélé.

J’ai également bien aimé le rajout d’une certaine dimension politique au titre. Au gré de leur pérégrinations, notre groupe de héros est confronté à la misère d’une frange de la population. L’empereur semble être responsable de cette situation. Mais on verra que ce dernier n’est pas celui qu’on imaginait et qu’il est dans une position délicate. Reste à voir comment la mangaka va utiliser ce nouvel aspect. mais il peut être prometteur.

Pas mal de petites choses qui rendent la lecture aisée et captivante. On ne s’ennuie pas et le plaisir de lecture est bien là.

Graphiquement, le trait de la mangaka est toujours aussi agréable et fin. Le seul défaut majeur c’est la trop grande ressemblance de certains personnages.

Pour conclure, ce Hero Tales 2 garde son coté shônen classique avec certains passages qui sont communs à énormément de titre. Pourtant, même si le manque d’originalité est présent, elle le maitrise bien.

Ce titre me semble meilleur que le premier tome. On gagne en profondeur, et en noirceur. Le récit devient plus sombre, plus complexe et plus violent.

Le rythme de lecture est rapide et la lecture est passionnante. On alterne bien entre révélations, développement de l’intrigue, nouveaux mystères, actions et humour.
Bref, ce titre se développe et gagne en singularité sans pour autant arriver à s’affranchir des codes du shônen.

Néanmoins, je continuerai avec plaisir la lecture de ce manga.

Et vous qu’avez-vous pensé de ce tome? Meilleur que le premier? Avez-vous une théorie sur les origine de Taitô?

Laisser un commentaire »