. Hanada, le garnement – tome 1 de Makoto Isshiki | Fant'asie
Kameyoko 04/01/2018 0
  • Scénario
  • Graphisme

Hanada le garnement - tome 1

Hanada, le garnement – tome 1 de Makoto Isshiki

Un garnement qui voit les morts !

Informations générales sur Hanada, le garnement 1 :
Date de sortie : 24 août 2017
Scénariste : Makoto Isshiki
Dessinateur : Makoto Isshiki
Type : Seinen
Editeur : Ki-oon
Résumé :

Ichiro est le pire garnement du village. Turbulent mais pas méchant, il fait tourner en bourrique ses parents, sa sœur, son grand-père et tous ses voisins ! Qu’on découvre un chien couvert de graffiti ou une grenouille morte coincée dans la machine à repasser le linge, on peut être sûr qu’Ichiro n’est pas loin… Il ne craint rien ni personne, sauf une chose : les fantômes, dont il a peur au point de ne pas oser aller aux toilettes au fond du jardin la nuit !
Le jeune garçon vit dans l’insouciance la plus totale, jusqu’au jour où, poursuivi par sa mère en furie, il est renversé par un camion ! Par miracle, il s’en sort… mais avec un pouvoir dont il se serait bien passé : en revenant d’entre les morts, il est devenu capable de voir les esprits ! Et ils sont bien contents de pouvoir enfin demander de l’aide à un vivant pour accomplir leurs dernières volontés avant de rejoindre définitivement l’autre monde. Bien malgré lui, Ichiro devient le messager de ces âmes errantes : de gaffes en bêtises, saura-t-il remplir sa nouvelle mission ?!

Que de bêtises !

Pour sa collection Kizuna, Ki-oon nous surprend une fois encore en éditant un titre que l’on n’attendait pas. Outre l’aspect « tranche-de-vie » qui peut freiner certains éditeurs, ce Hanada, le garnement est surtout un titre un peu daté, puisque initialement paru en 1993. Mais vu la thématique et le cadre spatio-temporel ce n’est finalement pas important.
L’histoire se déroule dans un Japon rural où l’on suit les pas d’Ichiro, un jeune garçon plein de vie, espiègle, sale gosse sur les bords mais finalement gentil. Il enchaîne bêtises et farces, au grand dam de sa mère et est connu comme le loup blanc dans le voisinage.
Mais un jour, la bêtise de trop va changer sa vie. En effet, il va se faire percuter par une voiture et se retrouver entre la vie et la mort. A son réveil, outre le crâne rasé et des points de suture, il va surtout avoir la capacité de voir les fantômes.
Sauf que cette faculté ne lui plait pas du tout. Surtout que des défunts vont venir l’importuner pour quérir son aide.

Makoto Isshiki présente un peu rapidement son personnage central. A sa décharge, il est facile à introduire, ses frasques parlant d’eux-mêmes. Surtout qu’Ichiro, dans les premières pages,s’adresse directement au lecteur créant d’emblée une proximité. Puis le mangaka va plus se pencher sur son cadre familial. On y devine une famille peu fortunée avec des personnages haut en couleur. Les personnages secondaires sont assez nombreux et ne manquent pas de saveur. Entre Hisae, une mère autoritaire, toujours derrière lui, un père porté sur la boisson et complètement laxiste, un meilleur ami trouillard, une grande sœur qu’il surnomme la groche (contraction de grosse et moche),…, il y a de quoi faire

Après son accident, Ichiro aidera, bon gré mal gré, les fantômes venus lui demander de l’aide et souvent très insistant, le surprenant même dans des moments intimes (aux toilettes par exemple). Et ces petites aventures pour satisfaire les revenants offrent quelques passages sympathiques ou touchants, comme ce vieux monsieur lubrique se baladant nu, ou une chienne cherchant à sauver son chiot. Les situations et personnalités des esprits sont variées. Le ton joue beaucoup la carte de la positive attitude avec un héros agité, chenapan mais attachant, mais également celle de l’émotion avec des passages jouant plus tristes. Fatalement, le sujet aborde le sujet de la mort de manière plus ou moins frontale. Le tout avec un humour toujours présent, bon enfant, à base de gens tout nu, de caca ou autre blagues enfantines et des touches fantastiques.
Hanada, le garnement s’avère donc être un lecture finalement plaisante, pleine de vie, amusante et attachante.

Graphiquement, le style de Makoto Isshiki est assez « old school ». Les personnage sont ronds, expressif avec des charadesigns marqués et reconnaissables mais avec un côté rétro. Le travail sur les décors et arrière-plan est assez intéressant et donne plus de vie à ce côté campagnard. Son style est très ancré dans un stéréotype de manga d’humour mais ça fonctionne. Même l’aspect old school va finalement bien à l’ambiance.

Hanada, le garnement – tome 1 de Makoto Isshiki est un manga qui fait du bien, positif, avec de l’humour et un personnage attachant. Les personnages ont tous une folie, un caractère qui facilitent la lecture. Un bon petit titre, sans prétention, pas forcément inoubliable mais attachant. On attend de voir comment le petit Ichiro va évoluer suite à ses aventures avec les revenants.

Laisser un commentaire »