. Guin Saga – tome 3 de Hajime Sawada | Fant'asie
Kameyoko 27/05/2010 2

Guin Saga – tome 3 d’Hajime Sawada

Fuite de la forteresse de Vanon

Guin Saga est l’adaptation manga d’une série de romans d’héroic-fantasy japonais composée de plus de 125 tomes et écrit par Kaoru Kurimoto.

C’est une œuvre fondatrice qui a inspiré de nombreux artistes nippons dont Kentaro Miura, l’auteur de Berserk.

Le tome 2 s’était beaucoup concentré sur les capacités exceptionnelles de Guin, l’homme-léopard. Dans ce troisième volet, on va suivre le groupe de personnages fuir la forteresse du Comte Vanon et rejoindre la terre des démons.

Guin Saga – tome 3 est édité chez Kazé Manga et est disponible à la vente depuis le 11 février 2010.

Résumé de Guin Saga 3 de Kazé Manga

La forteresse est toujours en cours d’invasion par les Sems. Guin et les jumeaux de Paroh fuient par des passages secrets.

Mais ils se retrouvent face au Comte Vanon, qui les menace d’enlever son masque pour qu’ils soient contaminés par la peste noire.
Mais Guin ne semble pas croire à la menace et se rapproche du Comte Noir. Pour lui, ce n’est pas vraiment le Comte. Il se saisit de l’épée de son adversaire et le tranche en deux. A la surprise des jumeaux l’armure est vide et il s’en échappe une créature étrange : une goule.

Ensemble ils prennent la fuite mais font face à cul de sac. Là ils tomberont sur le fantôme de Vanon qui leur indiquera une sortie secrète.

Ils l’empruntent mais se retrouvent pris au piège par les Sems. Ils n’ont pas d’autre choix que de sauter dans le fleuve infesté de terribles créatures.

Plus tard ils se retrouveront en compagnie d‘Isht Van, le « mercenaire rouge ».

En route vers Nociphère

Quel plaisir de retrouver Guin dans ce volume 3. C’est vraiment le genre de manga que j’aime bien, c’est à dire réunissant mes deux passions le manga et la fantasy.

Ici, on est dans de la Dark fantasy peuplée de monstres divers. Même si pour l’instant le scénario est assez classique, on sent quand même une certaine profondeur du background. On sent qu’il y a plein d’intrigues derrière la trame principale, plein de peuples, de pays et un bestiaire important.

Ce tome me conforte encore plus dans cette idée. Les Mongauls bougent et sont prêts à envahir Nociphère. Ils veulent également mettre la main sur les jumeaux, même si on ne sait pas trop pourquoi. Les choses bougent et laissent penser que de grandes choses vont se passer avec un développement de ce monde. Le général Amnélys prend de l’ampleur et se montre bien mystérieux. Il se cache quelque chose derrière sa mission, mais quoi?

Un autre personnage prend une nouvelle dimension : Isht Van. On avait perdu de vue ce personnage dès le premier tome. Il revient dans le troisième opus et va faire un bout de chemin avec notre trio, pour de motivations qui lui sont propres et avec des intentions pas totalement pures.
Il est mystérieux et il y a fort à parier qu’il va devenir un personnage central et accompagner les jumeaux et l’homme-léopard très longtemps. Mais on ne sait quand même pas grand chose de lui.

Pour Guin, on a encore l’occasion de voir ses capacités guerrières hors-normes. Les scènes où il intervient sont énormes que se soit contre des « guerriers » ou des monstres.

On le voit toujours se battre mais le mangaka semble vouloir le développer très légèrement en le faisant plus interagir avec les autres personnages.

Au niveau du rythme, Hajime Sawada a eu l’intelligence de baisser de rythme en alternant phases de combats et phases plus calmes. Ce qui permet de reposer le lecteur, de lui laisser le temps de voir les éléments commencer à s’imbriquer et d’apprécier les moments de calme avant la tempête.

Le tome se termine sur des terres hostiles que devront traverser notre petit groupe. Le prochain tome s’annonce intense et riche.

Même si ça commence à prendre forme petit à petit, on peut reprocher justement cette lenteur. Au bout de trois tomes, on a du mal à saisir la trame globale et où veut nous amener le récit. La part belle est donnée à l’action, mais un petit développement de scénario plus conséquent ne serait pas de refus.

Néanmoins, il faut reconnaitre, que le tome se dévore et se lit avec plaisir. Par contre, je le trouve peu volumineux. J’ai l’impression que le nombre de pages est assez faible. Surtout que l’épaisseur du tome est trompeur, parce qu’il y a beaucoup de pages d’autopromo. Procédé, que je trouve d’ailleurs, un peu limite. Si la volonté est d’épaissir le volume, autant mettre des bonus comme pour le premier opus.

En revanche, je trouve que la couverture est d’une laideur sans nom. Ce qui est dommage parce que ça ne reflète pas du tout le titre. J’imagine que Kazé Manga n’a pas eu trop le choix.

Un petit mot sur le graphisme qui est superbe. J’adore le trait de Sawada, qui est précis, avec pas mal de détails et avec des décors soignés. On peut apprécier la qualité du travail sur des pleines pages du plus bel effet.

Le découpage et la mise en case ne sont pas révolutionnaires mais de bonne facture et surtout diablement efficace.

Pour tout amateur de fantasy, de film à la Conan ou de jeux de rôle, Guin Saga pourrait bien vous plaire. Moi c’est le cas. Ce n’est pas le seinen de l’année, mais c’est une lecture que je ne regrette pas.

Et vous qu’en pensez-vous? Trouvez-vous que le scénario avance?

2 commentaires »

  1. remedy 27/05/2010 at 16:08 -

    Je suis aussi d’accord que l’histoire avance lentement mais le tout est cohérent et on sent un approfondissement et des révélations qui ne demandent qu’à venir sur le réel pouvoir des jumeaux.

    Même remarque négative sur les très nombreuses pages de promo alors que dans les tomes 1 et 2 il y avait des bonus.

    Lien vers ma critique de ce tome 3:
    http://maine-coon-and-friends.over-blog.com/article-guin-saga-tome-3-47256731.html

  2. Kameyoko 27/05/2010 at 21:39 -

    @Remedy : C’est vrai que le poids des 125 volumes du roman se ressent un peu. J’ai vraiment l’impression de n’avoir que la partie émergé de l’iceberg.

    Mais le coup des promos est assez frustrant, surtout que c’est petit et me choque venant de Kaze qui fait du bon boulot.

Laisser un commentaire »