. Green Arrow – tome 2 de Jeff Lemire et Andrea Sorrentino | Fant'asie
Kameyoko 06/01/2015 0
  • Scénario
  • Graphisme

Green Arrow - tome 2

Green Arrow – tome 2 : la guerre des Outsiders de Jeff Lemire et Andrea Sorrentino

L’épée, le poing, la flèche, la lance, le bouclier et la hache en guerre

Ce tome 2 de Green Arrow marque la fin du run de Jeff Lemire sur les Outsiders, entamé dans le premier volume. Le scénariste canadien va donc essayer de poursuivre sur la bonne voie tracée précédemment. J’avais beaucoup aimé ce qu’il a fait sur le personnage d’Oliver Queen. J’ai donc hâte de voir comment il va mettre fin à ce run et voir l’utilisation qu’il va faire des Outsiders.

Green Arrow – tome 2 : la guerre des Outsiders de Jeff Lemire et Andrea Sorrentino est édité par Urban Comics et est disponible à la vente depuis le 31 octobre 2014.

Résumé de Green Arrow 2 chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur :

Oliver Queen est désormais au courant du passé de son père et de la destinée qui lui incombe. Pris dans une guerre entre les différents clans d’Outsiders, il va devoir surmonter sa plus grande crainte : retourner sur l’île qui a tout changé à son existence. (contient :Green Arrow #25-31)

Oliver Queen embrasse sa destinée

Première précision, ce tome 2 est la suite directe des aventures du premier opus. Il est donc conseillé de l’avoir lu avant, s’agissant du même arc.

Ce volume commence avec l’épisode « Zero year » qui voit Oliver revenir de son île. Ce dernier apprend que sa mère est coincé à Gotham pendant le grand blackout. Ce passage court est intéressant car il permet de voir la première rencontre entre Batman et Green Arrow mais aussi et surtout car est introduit Diggle (transfuge de la série Arrow). Episode certes pas indispensable mais pas inutile pour autant.

Ensuite, on enchaîne après les événements avec le Comte Vertigo et les manigances des Outsiders. Oliver et toute sa clique est partaagé entre deux objectifs : trouver Richard Dragon qui fait main basse sur la ville et la quête du totem de la flèche afin de contrecarrer Komodo et récupérer la fille de Shado : Emiko. Jeff Lemire va plutôt nous orienter vers la seconde option, sans pour  autant délaisser totalement l’intrigue autour de Dragon. Le scénariste nous propose un vrai pageturner bourré d’adrénaline et qui se boit comme du petit lait.

L’intrigue éclate en même temps qu’un conflit énorme qui se prépare. Les sous-intrigues sont nombreuses et passionnantes. Que ce soit la recherche du totem du clan de la flèche, la relation EmikoKomodoShado, les alliances entre les clans des Outsiders et tout simplement le grand affrontement, tout est rudement bien mené et passionnant !

Les révélations sont aussi nombreuses, bien amenées et font mouche. On en apprend ainsi plus sur « l’héritage » d’Oliver Queen, sur les différents membres et chefs des clans appartenant aux Outsiders… Tous les points d’interrogations soulevés au cours des deux derniers tomes trouvent une réponses, et ce de manière fluide. Il n’y a pas cette impression que le scénariste cherche à tout prix à caser tels ou tels évènements au risque de casser son rythme et sa narration.
Par exemple, la première partie se déroulant sur l’île est assez intéressante et permet de modifier un peu la perception que l’on pouvait avoir de l’histoire de Green Arrow.

La fin est un immense affrontement, concluant de façon spectaculaire et addictive cet arc. Les Outsiders, et les différents clans affiliés passent à l’action et se combattent. On voit également toutes les manipulations et alliances entre les différents clans et entre leur chef.
Cette organisation des Outsiders est une superbe idée, probablement très impactante pour la suite et que j’adore personnellement. Je suis friand de cette idée de clans, maîtrisant une arme spécifique et avec leur chef redoutable. D’autant plus qu’ici, on voit un peu tous les clans en action pour des affrontements violents. Surtout qu’il y a quelques surprises sur ses membres et leurs alliances.

Mais au-delà de ça, il y a aussi un superbe travail sur les personnages, qu’ils soient secondaires ou plus centraux. Ils sont attachants ou, à défaut pour les méchants, travaillés, et possèdent une vraie personnalité et un vrai charisme. Que se soit Magus, Butcher, Emiko, Shado, Komodo ou même encore les chefs des clans de l’épée ou du poing, tous ont un intérêt et se voit un minimum caractérisé, même si, fatalement, de manière inégale. Mais bien sûr Jeff Lemire n’en oublie pas son Green Arrow. Au travers de ces épreuves, on le voit petit à petit embrasser sa destinée, et devenir le héros qu’il est censé être, même s’il a du mal avec cette idée. Pour autant, je trouve que le scénariste arrive à le faire sortir un tout petit peu du « moule » superhéroique. J’ai vraiment hâte de voir la suite, comment Oliver Queen va évoluer, que deviendront des Outsiders et les impacts des quelques révélations faites.

Graphiquement, Andrea Sorrentino offre des planches magnifiques, notamment lors des affrontements. Son style convient parfaitement à l’ambiance et s’accorde bien avec le style Jeff Lemire. Son trait et son découpage moderne, jouant beaucoup sur les ombres, donnent beaucoup de personnalité à ce Green Arrow. Il y a un côté résolumment moderne, réaliste mais sombre et dur. C’est un vrai régal à lire.

Pour conclure, Green Arrow – tome 2 : la guerre des Outsiders de Jeff Lemire et Andrea Sorrentino continue à surfer sur les événements du premier opus et à garder, voir même encore améliorer la qualité de celui-ci. C’est un excellent comic qui se lit tout seul. Il propose à la fois un scénario riche, rythmé et plein de rebondissements, mais également avec beaucoup d’action et de développement de personnages. L’affrontement final des Outsiders est passionnant et dantesque. Mais il parvient surtout à conclure réellement cet arc, tout en ouvrant de superbes possibilités pour la suite. Et ce d’autant plus que, pour un super-héros solo, ce Green Arrow sait bien s’entourer avec des seconds rôles profonds et travaillés.
Et pour ne rien gâcher, le tout est sublimé par un Andrea Sorrentino très en forme et qui se fond dans le style Green Arrow.
Cet arc des Komodo/ Outsiders a vraiment été de très bonne facture et fait de Green Arrow, un titre à suivre de très près.

Et vous qu’avez-vous pensé de cette conclusion ? L’idée des Outsiders vous a-t-elle plu ?

Laisser un commentaire »