. Golden Kamui – tomes 4 et 5 de Satoru Noda | Fant'asie
Kameyoko 09/06/2017 1
  • Scénario
  • Graphisme

golden-kamui-3-ki-oon

Golden Kamui – tomes 4 et 5 de Satoru Noda

Toujours à la recherche de l’or des Aïnous

Golden Kamui est une récente nouveauté de Ki-oon pleine de potentiel et d’intérêt. Après des tomes maîtrisés et passionnants, j’avais hâte de lire la suite et voir comment aller se finir la confrontation avec le redoutable chasseur Nihei.
Golden Kamui – tomes 4 et 5 de Satoru Noda sont distribués par Ki-oon, et disponibles à la vente respectivement depuis les 09 Février et 13 Avril 2017.

Résumé de Golden Kamui 4 et 5 che Ki-oon

Résumé du tome 4 :

Pendant que Toshizo Hijikata continue ses manigances, espérant bien obtenir l’indépendance d’Hokkaido grâce à l’or des Aïnous, un nouveau danger guette Sugimoto et ses compagnons, car le matagi attaqué par Retar n’est pas mort !
Sauvé par Tetsuzo Nihei, un redoutable tueur d’ours, il ne parvient pas à oublier le magnifique loup blanc, dernier représentant de son espèce. Les deux chasseurs comptent bien s’en faire un trophée ! Mais Tetsuzo est également un des fugitifs tatoués : pour Sugimoto, c’est une occasion à ne pas rater et, cette fois, nos prédateurs pourraient bien se transformer en proies…

Résumé du tome 5 :

Sauvé d’une mort certaine, Tanigaki fournit à Sugimoto et à ses compagnons de précieux renseignements… Shiraishi décide alors d’aller à la pêche aux informations en ville. Manque de chance, il tombe sur Toshizo Hijikata et sa clique, qui viennent de braquer une banque au nez et à la barbe du lieutenant Tsurumi !
Le roi de l’évasion réussit néanmoins à rentrer au village avec des nouvelles fraîches : un mystérieux tueur en série sévit dans les pêcheries du coin. Insaisissable, l’homme serait un des fameux tatoués… Quoi de mieux qu’une chasse à la baleine avec les Aïnous pour enquêter discrètement sur le terrain ?

De redoutables tatoués

Au cours de ces deux opus, notre duo, qui est maintenant un trio, va avoir fort à faire avec des ennemis dangereux et assez charismatiques.
Le 4ème opus voit la fin de l’affrontement avec Tanigaki et surtout Tetsuzo Nihei. Le redoutable chasseur a toujours en ligne de mire le dernier loup blanc d’Hokkaido : Retar. Malheureusement, la conclusion de cet épisode est un poil décevante. L’ultime scène d’action n’offre pas le baroud d’honneur que Nihei mérite. J’avais apprécié ce méchant et je trouve que sa fin est marquée par des rebondissements honnêtes mais pas renversants. En revanche, le personnage de Tanigaki réserve son lot de bonnes surprises et pourrait faire de ce personnage plus qu’un simple adversaire (ce qui sera confirmé par la suite). C’est via son personnage qu’on en apprendra plus sur les véritables desseins du lieutenant Tsurumi et d’autres hauts-gradés du Shinsengumi comme Hijikita.
golden-kamui-4-ki-oonComme à son habitude Satoru Noda aime parsemer son récit de moments plus axés sur la survie, avec les précieuses connaissances d’Ashirpa et plus généralement des Aînous. Et c’est toujours passionnant, offrant du répit dans l’intrigue gloable. Cela permet également de toujours approfondir les connaissances sur ce peuple, notamment ses liens avec la nature, et d’offrir quelques moments de complicité entre nos héros. D’ailleurs, il est à noter que Shiraishi prend de plus en plus d’importance et commence vraiment à faire basculer notre duo de héros vers un trio. S’il reste l’élément comique de Golden Kamui, il se diversifie et apporte de nouveaux axes de développement et contribue à faire évoluer l’intrigue et la recherche de tatoués.
Ce tome offre donc pas mal de petits information et densifie l’univers, en dotant les ennemis de motivations. Et il se termine sur un inquiétant personnage qu’on retrouvera dans le 5ème volet.

Ainsi ce tome 5 s’ouvre sur la traque d’un redoutable tatoué : un impitoyable tueur en série. Après avoir laissé Tanigaki au village Aïnous, confirmant donc ainsi la prise d’importance de ce personnage, notre trio Ashirpa, Sugimoto et Shiraishi part sur les bords de mer, traquer ce tatoué. Alors qu’on pouvait s’attendre à un passage très tendu, flirtant avec le thriller, le mangaka prend un peu le contre-pied de ça, et propose une confrontation plus « étrange ». Le tueur va vouer une certaine admiration à Sugimoto. Et dans les faits, on a le droit à un espèce d’humour de circonstance, un peu étrange et quelques passages volontairement « gros », à base de coïncidences… J’avoue avoir été dérouté par ce choix et aurait préféré une approche plus primaire avec une confrontation plus directe avec un serial killer. Surtout que le charadesign de ce tueur est étrange et ne lui rend pas hommage.
Le traitement de ce Kazuo Henmi (le tatoué) est également assez étrange. Ses motivations pour commettre tous ces meurtres sont expliquées mais ne convainquent pas. Tout remonte à son passé et à la mort de son frère dévoré par une bête sauvage. Ce traumatisme l’a façonné, sauf que ça justifie mal son but et sa fascination pour Sugimoto. Car parmi ses objectifs, il veut être assassiné par « l’immortel » et l’aura qu’il dégage. Sauf que cette espèce de masochisme n’est pas crédible et bien exploité. Surtout que Satoru Noda, s’en sert comme source de gags, avec un Kazuo qui salive en voyant Sugimoto manier des instruments potentiellement mortels. Ça dénote avec le ton de la série.

La suite se focalise sur Tanagaki qui devient vraiment intéressant. Le matagi est en train d’être soigné au village d’Ashirpa. Sauf que d’anciens insurgés retrouvent sa trace, dont un redoutable tireur d’élite. Et cette chasse à l’homme va s’avérer passionnante car le matagi va devoir user de toutes ses connaissances et ruses pour échapper à ses poursuivants.

Ce volume se conclue sur une énorme révélation qui pourrait bien tout chambouler, notamment pour Ashirpa. Ce qui relance d’autant plus l’intérêt de la lecture.

Pour conclure, Golden Kamui – tomes 4 et 5 de Satoru Noda marquent la fin de deux tatoués. Mais leurs histoires et leurs confrontations déçoivent un peu, notamment celle avec le tueur en série. Le mangaka semble être un peu plus en roue libre et maîtrise moins sa narration. Mais Satoru Noda a ce talent pour nous convaincre quand même, grâce à cette utilisation de la culture des Aïnous et par quelques développements intéressants. Notamment, il travaille bien autour des personnages de Tanagi et Shiraishi, qui prennent de l’importance et deviennent plus qu’intéressant.
Et puis la révélation de fin du tome 5 relance l’intérêt. Golden Kamui parvient toujours à intéresser grâce à ce mélange d’éléments réels comme des faits historiques (guerre russo-japonaise, situation à Hokkaido…), les détails sur la culture Aïnous, et des éléments fictifs très intéressants. Surtout que les ennemis gagnent en consistance avec des informations sur leur but final. On espérera juste que le traitement des tatoués sera meilleur par la suite car les confrontations avec Nihei et Henmi sont un poil décevantes tant il y a avait du potentiel.
Mais Golden Kamui demeure toujours une excellente lecture et riche en informations.

Et vous qu’avez-vous pensé de ces deux tomes et des tatoués rencontrés ?

Un commentaire »

  1. James 04/07/2017 at 16:34 -

    Golden Kamui est un manga que je suis depuis quelques mois maintenant et dont l’histoire me passionne beaucoup. J’espère simplement que les tomes suivants sortiront plus vite.

Laisser un commentaire »