. Gokinjo, une vie de quartier – tome 1 par Ai Yazawa | Fant'asie
Bagooor 09/02/2015 1
  • Scénario
  • Graphisme

Gokinjo, une vie de quartier tome 1 par Ai Yazawa

Retour à l’origine

Initialement publiée en 7 tomes, les éditions Delcourt proposent depuis fin 2013 de redécouvrir dans une édition en 5 volumes de l’ensemble de la série Gokinjo, une vie de quartier, par l’auteur de Nana.

A mes débuts sur le blog, j’avais suivi les conseils de certains lecteurs et j’avais été surpris d’accrocher à Paradise Kiss d’Ai Yazawa.

La réédition de Gokinjo, dont l’histoire se passe avant Paradise Kiss, a été l’occasion de vérifier si j’accrochais toujours autant aux récits de l’auteure.

Résumé du tome 1

Résumé de l’éditeur :

Mikako et Tsutomu sont amis depuis toujours, ils habitent le même immeuble, fréquentent le même lycée d’art. Quand un soir Tsutomu rentre chez lui accompagné d’une fille, le coeur de Mikako vacille…

Quand amour et amitié se confondent, (re)découvrez Gokinjo, un manga pétillant, drôle et haut en couleur par l’auteur culte de Nana en édition luxe.

 

Shojo pur souche

La lecture de Paradise Kiss d’Ai Yazawa a été une vraie bonne surprise pour ma part.

Cela remonte maintenant à quelques années et il s’agissait d’une de mes toutes premières lectures shojos.

Profitant de la réédition de Gokinjo chez Delcourt, j’ai de nouveau voulu lire une oeuvre de l’auteure de Nana, sans me lancer dans une série longue.

Sans me souvenir de toute l’histoire, je garde en mémoire une très bonne impression de ma précédente lecture de l’auteure, ce qui m’a poussé à tenter Gokinjo, qui se déroule avant Paradise Kiss.

Cependant, peut-être qu’il s’agit de l’oeuvre ou bien tout simplement de mes goûts (qui sont maintenant plus orientés seinen), mais je n’ai pas vraiment réussi à accrocher à cette nouvelle histoire.

D’un côté, il y a maintenant mes goûts qui sont clairement orientés shonen et de plus en plus seinen. Là où Paradise Kiss était une de mes premières lectures shojo, j’ai depuis pu lire d’autres titres, plus ou moins réussis.

Du coup, pour une oeuvre qui se veut un peu tranche de vie, j’ai déjà eu l’occasion de lire des titres qui ont su m’intéresser plus rapidement et me tenir en haleine.

Ici, la lecture de ce 1er volume de Gokinjo n’a pas été mauvaise, mais seulement classique. Les personnages et leurs caractérisations sont corrects, mais déjà j’ai eu l’impression de certaines redondances (je t’aime, je ne t’aime plus…) et des situations qui tournent en ronds.

Pour tenir sur la durée, je ne doute pas que l’histoire a du se développer pour captiver les lecteurs, mais en refermant ce premier volume, je n’ai pas réussi à rentrer dans l’histoire ou à me prendre d’intérêt pour les personnages.

La faute peut être à des personnages que j’ai déjà rencontrés auparavant, dans des circonstances et des situations plus intéressantes.

Néanmoins, malgré quelques redondances de situations, j’ai trouvé certains aspects ou réactions des personnages très intéressants, car très bien restitués.

Je retrouvais déjà ce côté positif sur Paradise Kiss. Ai Yazawa a donc un vrai talent pour donner vie à ses personnages et à leur construire des caractères intéressants.

Ainsi, au fil de la lecture, on arrive à s’attacher aux personnages et à vouloir les voir évoluer. Mais comme dit plus haut, certaines situations deviennent rapidement redondantes et l’on se retrouve à voir les personnages multiplier les erreurs inutilement.

C’est dommage, car si les erreurs et les quiproquos ne se suivaient pas si rapidement, l’avancé du récit aurait pu être intéressante et me convenir.

Du côté des dessins, on sent bien qu’il s’agit d’une oeuvre antérieure de l’auteure. Le trait est moins précis et certains décors ne sont pas complètement réussis.

Cela n’empêche cependant pas d’identifier au premier coup d’oeil la pâte de l’auteure.

Son style particulier convient parfaitement à l’ambiance qu’elle donne à son titre.

Les quelques erreurs de représentations ne sont pas gênantes du tout et participent même un peu à la nostalgie du titre.

Mais cela ne fait malheureusement pas tout.

Alors que je m’imaginais déjà relire un récit qui me marquerait autant que Paradise Kiss, j’ai été assez déçu de voir que je n’arrivais pas à entrer dans l’histoire. En effet, depuis ma première lecture de l’auteure, j’ai pu découvrir de nombreux autres titres et me forger de nouvelles préférences.

Cependant, les autres titres de l’auteure m’intriguent et il est probable que je retenterais le coup avec un récit court dans les mois à venir.

Gokinjo n’est donc pas la surprise que j’attendais, mais cela ne m’empêchera pas de tenter d’autres oeuvres et de rester sur ma très bonne impression de Paradise Kiss.

Il faudrait peut-être que je relise Paradise Kiss, pour confirmer ma première impression. Il serait dommage de ne plus adhérer à cette histoire, alors que j’avais adoré découvrir ce titre.

Les fans de l’auteure ont-ils préférés Gokinjo ou Paradise Kiss ? Pensez-vous qu’il aurait fallu que je pousse ma lecture plus loin ?

Un commentaire »

  1. Gazetodesse 25/02/2015 at 13:00 -

    moi j’ai trouve cette série sympa mais le probleme avec Ai Yazawa à mon sens c est qu’a chaque série j’ai l’impression de lire un brouillon de NANA

Laisser un commentaire »