. Front Mission, Dog Life and Dog Style – tomes 2 et 3 | Fant'asie
Kameyoko 15/06/2012 2
Front Mission, Dog Life and Dog Style – tomes 2 et 3
  • Scénario
  • Graphisme

front-mission - tome 2

Front Mission, Dog Life and Dog Style – tomes 2 et 3

Un seinen toujours percutant

Front Mission, Dog Life and Dog Style – tome 1 avait été une excellente surprise. Son ton résolument adulte, dur, n’hésitant pas à montrer les sales aspects d’une guerre, notamment sur les civils, était diablement efficace. Le tout magnifié par un dessin réaliste de qualité.

J’étais impatient de lire la suite de ce manga. Surtout que Front Mission, c’est aussi des méchas. Et j’adore les méchas type Gundam, Votoms

Cette suite est-elle du même acabit ?
Front Mission, Dog Life and Dog Style – tomes 2 et 3 sont édités par Ki-oon et disponibles à la vente depuis, respectivement, les 8 mars 2012 et 10 mai 2012.

Résumé de Front Mission – Dog Life and Dog Style 2 et 3 chez Ki-oon

Résumé du tome 2 par l’éditeur :

Quelques jours à peine après son arrivée sur l’île d’Huffman, Akira Matsuda se retrouve plongé en pleine guerre. Autour de lui, chaos et désolation font rage tandis que les USN et l’OCU s’affrontent à coups de missiles ou de wanzers. Le journaliste n’a plus qu’une idée en tête : fuir cet enfer.
Prise avec lui dans une fusillade sur le chemin de l’aéroport, sa collègue Leona est touchée par une balle perdue et meurt sur le coup tandis qu’Akira parvient à quitter l’île in extremis. Mais Kenichi, leur assistant, décide de rester sur place pour couvrir le conflit…

Résumé du tome 3 :

Contraintes d’abandonner Freedom, les troupes de l’OCU mettent sur pied un grand plan d’évacuation. Le capitaine Ren Akagi, pilote de wanzer, est blessé au cours de l’opération. Il sombre dans l’inconscience tandis que le convoi quitte la ville, le laissant seul en territoire ennemi… À son réveil, le vétéran ne peut compter que sur ses réflexes, ses qualités d’éclaireur et son équipement de pointe pour s’en sortir.
Mais lorsqu’il découvre une jeune fille violentée par des soldats USN, il ne peut s’empêcher d’intervenir. Commence alors une terrible course contre la montre : les deux rescapés, poursuivis par une équipe de nettoyeurs qui massacrent tout le monde sur leur passage, n’ont plus que quelques heures pour atteindre le point de ralliement avant le départ du dernier avion allié…

Une guerre technologique

Le premier tome de Front Mission Dog Life and Dog Style avait été une introduction efficace pour ce seinen. On rentrait de plein pied dans une guerre et ses causes, et ce de façon très immersive. Il nous montrait, ce qu’on ne voit finalement pas tant que ça, c’est à dire l’impact sur les civils et le coté “sale” d’une guerre.

Ces deux volumes continuent nous présenter les horreurs de la guerre. Sauf que cette fois-ci on abandonne le point de vue des civils pour se concentrer un peu plus sur le soldat ou une une unité d’infanterie. Même si c’est un cheminement logique, on peut regretter ce changement d’orientation, qui revient vers un manga de guerre plus classique, et plus axé action.
Donc on perd un peu en humanité et en discours dénonciateur envers les dommages collatéraux sur la population civile. On adopte un point de vue plus classique, plus militaire, que je trouve un peu dommageable. Mais rassurez-vous ce Front Mission reste un seinen de qualité.

Au cours de ces deux volets, on suit principalement 2 groupes d’individus. Dans la première moitié du tome 2 on évoluera  au coté d’un groupe d’infanterie, chargé d’éliminer les Wanzers ennemis, ces gros robots puissamment armés. Les membres de ce dernier sont redoutables de par leur discipline et leur stratégie bien rôdée. Ce passage n’apporte pas forcément grand chose, malgré une lecture plaisante. On notera juste la narration autour des règles de guerre énoncées par le gradé. Ce passage est plaisant, même si la fin se finit abruptement.
Cette partie ne fait pas avancer l’histoire. Peut-être que Yasuo Otagaki cherche à nous présenter de manière plus détournée les Wanzer, qui deviendront plus importants, notamment dans le troisème opus.

La seconde moitié du deuxième volet se concentre sur le vétéran Ren Akagi qui se retrouve esseulé en plein territoire ennemi. Il va chercher à regagner son camp pour échapper aux équipes chargées de « nettoyer » la zone.
Au cours de sa fuite, il va venir en aide à une jeune femme, Kino, entrain de se faire violer par un groupe de militaires de l’armée adverse.
Cette partie est déjà plus agréable de par les personnages, même si elle s’avère dérangeante. Le portrait de Ren est plaisant avec cet habitué des champs de batailles, marqué par les guerres, et améliorer électroniquement avec des implants. Sous ses airs de gaillard, se cache un coeur tendre qui se prend d’affection pour la jeune fille. Quant à Kino elle est étrange. Malgré sa plastique de rêve, et son viol, elle a un comportement très enfantin. Elle est pleine de mystère. Leur relation évolue et ressemble à une relation de père-fille. Mais de façon assez inconvenante, elle est perturbée par une scène de sexe, qui dérange, du fait de l’impression d’une relation père-fille. De plus, elle parait déplacée dans le contexte.

Mais cette histoire ne se finit pas dans le tome 2, pour se poursuivre entièrement dans le volume 3.
Cet opus est clairement plus axé sur l’action, la technologie et les combats de méchas. On se retrouve vraiment dans un récit plus classique, soulignant bien l’importance de la technologie. On en apprend plus aussi sur le personnage de Kino, qui devient dès lors plus complexe et intéressante que ce que l’on pouvait croire
Mais on pouvait attendre autre chose de cette suite ce Front Mission – Dog Life and Dog Style. J’espérais y retrouver des civils et leur point de vue ou quelque chose de moins centré sur le conflit en tant que tel.
Or après le premier tome on y croyait. Mais malheureusement cette direction artistique ne semble pas être conservée.
Néanmoins,ce ton dur et sans concession est gardé. On voit bien les horreurs de la guerre. Rien ne nous est épargné entre des viols, des exécutions sommaires, des morts et des blessés. C’est violent, cru et parfois dérangeant.
On retrouve également notre journaliste de terrain Kenichi Inuzuka, qui sert un peu de liant aux différentes histoires. Sauf qu’ici il intervient directement en aidant Ren. Il ne se place plus comme un simple spectateur avide d’images fortes.
D’ailleurs, plus on le croise, plus il devient inquiétant. Sa soif de photos et de scoops est assez malsaine et est bien retranscrite graphiquement mais aussi aun niveau des dialogues.

Concernant l’action, on est servi. La technologie est bien utilisée, les affrontements sont légions. L’occasion de voir encore un peu mieux ces Wanzers et les voir s’affronter. Les amateurs de méchas seront servis. Cette partie est bien maîtrisée et plaisante à lire.

A noter une brève scène de sexe, aussi mal amenée qu’évitable.

Graphiquement, le style de C.H Line est toujours aussi percutant et saisissant. Son trait réaliste permet de bien souligner toutes les horreurs de la guerre. Son découpage et sa mise en scène se montrent plus nerveux que ce que l’on a vu. Mais c’est assez logique vu que ces tomes sont clairement plus axés sur l’action. A titre personnel, j’adore le design des méchas que je trouve très réussi.
Du fait de planches détaillées et fournies, l’immersion est renforcée, et on se sent presque à coté des personnages.
Un graphisme très intéressant et très plaisant.

Pour conclure ces tomes 2 et 3 de Front Mission, Dog Life and Dog Style sont de qualité. L’action est bien présente, les différentes phases plaisantes. Le tout est très immersif et on ressent bien les horreurs de la guerre et tout ce qu’elle induit.
Mais à titre personnel, je regrette ce virage trop orienté action. Je préfrais le point de vue adopté dans le premier tome, qui était plus fin et plus original. On sent que l’ambiance change. Or même si elle est efficace, elle se révèle moins enthousiasmante car plus classique.
Mais Front Mission, Dog Life and Dog Style demeure un très bon manga de mécha. A suivre !

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Regrettez-vous aussi ce changement d’orientation scénaristique ?

2 commentaires »

  1. Lilou Hubert 21/04/2021 at 13:06 -

    Depuis le tome 1, j’apprends beaucoup de chose sur la politique, la technologie, l’armée et la guerre avec ce manga. J’espère que celui-là va être encore meilleur que ce dernier. Merci pour ce partage.

Laisser un commentaire »