. Fire Force – tomes 1 à 4 de Atsushi Ohkubo | Fant'asie
Kameyoko 31/10/2018 1
  • Scénario
  • Graphisme

Fire Force - tome 1

Fire Force – tomes 1 à 4 de Atsushi Ohkubo

Pompiers d’élite

Informations générales sur Fire Force :
Date de sortie : Dès le 19 mai 2017
Scénariste : Atsushi Ohkubo
Dessinateur : Atsushi Ohkubo
Type : Shônen
Éditeur : Kana
Résumé de l’éditeur :

L’humanité est terrifiée par le phénomène de combustion humaine. Des brigades spéciales Fire Force ont donc été mises en place avec pour mission de trouver la cause de ce mystérieux phénomène !
Le jeune Shinra, nouvelle recrue surnommée le Démon, rêve de devenir un héros. Mais le chemin sera long et il devra, avec ses camarades, apprendre à affronter quotidiennement des Torches humaines !!

Percer le mystère des torches humaines

Après l’énorme succès de Soul Eater, Atsushi Ohkubo nous revient avec un nouveau shônen. Personnellement, j’avais beaucoup aimé Soul Eater. J’avais donc assez hâte de découvrir sa prochaine oeuvre. Et c’est non pas Kurokawa qui se charge de la sortie en France mais Kana. Ce dernier a d’ailleurs fait les choses en grand en invitant son auteur lors de la dernière Japan Expo.

Fire Force est un shônen, un pur nekketsu mettant en scène des pompiers. Des pompiers oui, mais un peu spéciaux puisque c’est en sorte l’élite qui n’interviennent que pour mettre fin aux torches humaines, des humains victimes de combustion spontanée. On y suivra les pas de Shinra nouvelle recrue parmi la 8ème Brigade. Ce dernier rêve de devenir un héros, de percer le mystère des torches humaines et faire la lumière sur l’incendie de sa jeunesse, qui coûta la vie à sa famille. Il intégrera une brigade haute en couleur et va apprendre à devenir un héros, tout en étant sur la menace d’une mystérieuse organisation.

Fort de son succès avec son shônen Soul Eater, Atsushi Ohkubo était attendu au tournant. Surtout que ce dernier a changé de magasine de prépublication, passant du Shônen Gangan à Shônen Magazine. En France, Kurokawa a cédé sa place à Kana. Mais rassurez-vous, nous restons bien dans un titre 100% shônen, 100% nekketsu.

Ces 4 premiers tomes ont pour enjeu de planter le décor, le contexte et les personnages. Et tout cela se fait de manière limpide, même si, peut-être, un peu trop classique, voir balisé. Ainsi notre héros va intégrer sa nouvelle brigade, découvrir son capitain et et ses nouveaux coéquipiers. Il fera d’ailleurs la connaissance d’Arthur, qui se prend pour un chevalier, et avec qui il va souvent se disputer et en faire le fameux rival digne de tout bon nekketsu.

On comprend rapidement le monde dans lequel se déroule l’action, même si plein de points sont encore volontairement flous. On y apprend donc l’existence des torches humaines, des pompiers, des types de pouvoirs… Tous les éléments permettant de planter le background sont distillés intelligemment, à petite dose, pour permettre aux lecteurs de bien les assimiler. De fait la lecture est simple et sans prise de tête. C’est limpide, à défaut d’être révolutionnaire.

Ohkubo exploite parfaitement les ressorts classiques du shônen nekketsu. On prend ainsi plaisir à découvrir les personnages composant la 8ème brigade, voir les pouvoirs de chacun, les interactions entre eux… Le mangaka utilise aussi la technique, ici, des brigades, mais qui pourraient être appelées clan, division, unités… Cela permet de suite de susciter l’intérêt en donnant envie au lecteur de découvrir les autres brigades, surtout que ces dernières sont hierachisés, avec un responsable surpuissant et un ou des lieutenants qui n’ont pas à rougir. En cela, c’est très semblable au principe du seireitei de Bleach. Surtout que les brigades ont aussi des « fonctions/ missions » différentes.

Mais pour être intéressant, un shônen de ce type se doit de posséder une menace. Ici c’est le grand prédicateur et sa petite bande qui tiennent ce rôle. On ne sait rien de ce dernier, de ses objectifs, mais on sait que Shinra en sera son ennemi.

La force de Fire Force vient aussi de ses personnages. D’abord on s’attachera à ceux de la 8ème brigade, où les profils sont différents, avec des personnages forts et sympathiques. Les premières relations et interactions se nouent, et il se crée une dynamique de groupe. Et puis le cercle des personnages va s’élargir et on va découvrir d’autres personnes, d’autres brigades. De plus Ohkubo a quand même cette faculté à créer des personnages sympathiques. Cela vient essentiellement de son humour, parfois un peu gras et sexualisé comme Tamaki qui se fait tripoter toujours accidentellement, mais aussi de certains traits de caractères exacerbés qui en deviennent ridiculement drôles.

Fire Force part donc sur de très bonnes bases, même si Ohkubo suit un peu trop le chemin tracé par ses prédécesseurs. Néanmoins, il le fait bien et avec efficacité. La lecture est très plaisante et c’est un véritable « page turner ». Tout est fait pour rendre la lecture fluide, voir addictive.

 

Surtout qu’Atsushi Ohkubo a toujours un coup de crayon de qualité et très personnel. Tout d’abord ses designs sont superbes, que ce soit dans les bâtiments, les véhicules, les objets… Il arrive à donner une tonalité particulière sur son oeuvre rien qu’avec ça. Comme ce qu’il avait pu faire sur Soul Eater. Son charadesign est réussi, avec quelques personnages qui jouissent d’un charisme inné. Malheureusement, tous les personnages ne bénéficient pas de cette classe. De plus, le mangaka utilise, à mon goût, trop de personnages proches de ceux de son précédent manga.

Ses extérieurs et décors sont également superbes. Certaines planches sont remplies de détails et rendent immersives la lecture. La mise en scène, certains choix d’angle apporte un surplus de dynamysme appréciable.

 

Pour conclure, Fire Force – tomes 1 à 4 de Atsushi Ohkubo sont assurément une excellente introduction à un shônen qui a tout pour être un hit. Il réunit la plupart des ingrédients : de bons personnages, des pouvoirs, de l’humour, de l’action, un véritable univers, différents factions avec des « gradés » puissants… Bien qu’utilisant un schéma narratif déjà-vu, la lecture est fluide et prenante. Ohkubo n’a rien perdu de son style caractéristique et plaira toujours à ses fans, mais également à ceux n’ayant jamais lu Soul Eater.

Tout est réuni pour avoir un shônen de très bonne facture, grand public mais de qualité.

 

Un commentaire »

  1. Loriane Saumon 02/11/2018 at 15:35 -

    mes enfants aiment regarder Fire-Force

Laisser un commentaire »