. FF – Futurs Impossibles de Matt Fraction, Michael Allred et Lee Allred | Fant'asie
Del Poyo 20/11/2014 0
  • Scénario
  • Graphisme

FF – Futurs Impossibles de Matt Fraction, Michael Allred et Lee Allred

Marvel NOW!

Je vous propose, encore une fois, une nouveauté Marvel NOW! avec la série FF. Je me suis penché sur un format 100% Marvel, sur un titre qui a tout l’air d’un one shot, FF – Futurs impossibles. Ne vous y trompez pas, ce volume est en fait le second et dernier tome de la série. Panini aurait été bien inspiré de partager la série en tomes, plutôt que de proposer deux volumes séparés. Pour information, le premier volume s’intitule FF – Adieu et bienvenu ! Panini vend cette série comme deux volumes indépendants, ce qui sous-entend que la lecture du premier n’est pas nécessaire pour comprendre le second. Qu’en est-il réellement ? Est-on obligé de lire le premier volume avant de se jeter dans celui-ci ? Et plus simplement, la série FF vaut-elle le détour ?

FF – Futurs Impossibles de Matt Fraction, Michael Allred et Lee Allred, édité par Panini, est disponible en librairie depuis le 16 Juillet 2014.

Résumé de FF – Futurs Impossibles chez Panini

La Fondation du Futur remplace les Quatre Fantastiques le temps de leur périple spatiotemporel. Après s’être déjà confrontés à quelques difficultés, les membres de l’équipe, menée par Ant-Man, doivent maintenant affronter le redoutable Fatalis. Leur route croisera également celles de Uatu le Gardien, l’Homme Impossible et Immortus…

Une lecture impossible

La première erreur de Panini a été de ne pas avoir indiquée « tome 2 » et de vendre ce volume indépendamment du second. N’ayant pas lu le premier, il est difficile de se plonger dans cette atmosphère étrange où quatre personnages inconnus (ou presque) remplacent les Quatre Fantastiques. Si au moins ils n’étaient pas suivis par une ribambelle de mômes aux superpouvoirs énigmatiques et par un Johnny Storm borgne et vieux, ça aurait été presque abordable.

Au lieu de cela, nous sommes plongé au cœur d’une aventure qui n’a ni queue ni tête. Tout d’abord, on comprend en lisant l’introduction fournit par Panini que les Quatre Fantastiques sont perdus on ne sait trop où et qu’ils ont chargé quatre bons hommes/bonnes femmes de veiller sur la Terre (et accessoirement sur la Fondation du Futur, j’y reviens). L’équipe est donc composée d’Ant-Man (Scott Lang), de Miss Hulk (voilà pour les deux que je connaissais), de Médusa (la reine des Inhumains) et de Darla Deering alias Miss Chose (je savais même pas qu’elle existait celle là !). Merci Panini pour ce premier éclaircissement qui aurait été plus clair à la lecture du premier volume.

On comprend vite que cette équipe a la lourde tâche de s’occuper d’une école de jeunes enfants surdoués et possédant des capacités surhumaines. Cette école, vous vous en doutez, est la Fondation du Futur. Là, il s’agit surement d’un manque de connaissance Marvel de ma part, mais je ne sais pas à quoi cette Fondation sert vraiment. On ne comprend pas trop ce qu’ils font, les pouvoirs qu’ils ont, comment ils sont arrivés là, qui sont tous ces gosses qui voyages avec les héros et qui font tantôt des bêtises, tantôt ils vous débarrassent d’un méchant, ou alors certains semblent pervertis par l’ennemi. Clairement, je suis convaincu que le premier volume lève le voile sur pas mal de questions, qui restent sans réponses et rendent la lecture très pénible.

Au-delà de ces problèmes de compréhension de base, la manière dont Matt Faction et Michael Allred construisent leur récit rend ce dernier illisible. Des personnages apparaissent un peu n’importe quand et n’importe comment (par exemple un méchant avec des singes dont je ne comprends toujours pas ce qu’il est venu faire là !), des personnages qui sont balayés aussi vite qu’ils sont arrivés. Les situations ne cessent de sauter d’un lieu à un autre, d’un statu quo à un autre. C’est troublant, à tel point qu’on se demande si on se moque pas de nous.

Comment expliquer qu’on passe d’une scène à la piscine à une mini-aventure avec les auteurs qui s’auto-représentent dans leur propre récit où ils sont pourchassés par un tigre miniature (étant eux-mêmes encore plus miniaturé…), à la recherche d’une idée pour une histoire. Le sommet du n’importe quoi et du foutage de gueule.

Parmi cet enchaînement incohérent d’événements loufoques, on arrive à sortir (difficilement) une trame principale. Fatalis est de retour et veut gouverner le monde. Les quatre héros, aidés d’une horde de personnages inutiles, vont alors combattre ce vilain qui est sûrement le seul qu’on arrive à bien comprendre dans toute cette aventure ! Encore une fois, il manque quelques détails qui sont propres au premier volume, mais ce côté là de l’histoire reste accessible. Mais c’est pas beaucoup plus !

Marvel NOW! a pour ambition d’accrocher de nouveaux lecteurs, de rendre leur série plus abordable à un public néophyte. C’est un échec complet avec cette série qui dévoile ce que je n’aime pas chez Marvel : des aventures cosmiques qui font intervenir des dizaines de personnages qu’on ne connaît pas et qui vous perd de page en page.

En conclusion, vous l’aurez compris, il est formellement interdit de lire ce volume à condition d’avoir 1) lu le premier volume et 2) aimé le premier volume. Il est fort à parier que FF – Adieu et bienvenu ! est dans la même veine que ce FF – Futurs impossibles. Vraiment impossible ! La lecture est désagréable tant on ne comprend rien à ce qu’il se passe. Les situations sont grotesques et s’enchaînent avec un non sens dramatique. Une aventure de grande qualité ? Panini aurait pu sérieusement se passer de ce commentaire et encore plus de nous publier cette chose illisible. Graphiquement, c’est pas mal pourtant, mais ça ne suffit pas à rendre la lecture de ce FF – Futurs impossibles agréable.

Et vous ? Partagez-vous mon sentiment vis-à-vis de cette série ? Pensez-vous que cette série est vraiment abordable ?

Laisser un commentaire »