. Fables – tome 3 par Bill Willingham et Mark Buckingham | Fant'asie
Bagooor 09/04/2010 0

Fables – tome 3 : Romance par Bill Willingham et Mark Buckingham

L’aventure continue

Les deux premiers volumes parus chez Panini Comics nous permettaient de découvrir le monde merveilleux des Fables, avec Fableville dans le premier, et La Ferme dans le second, ainsi que la majorité des personnages.
J’ai déjà pu dire tout le bien que je pense de cette série, et toute la fraicheur qu’elle apporte dans mes lectures comics. C’est un plaisir de découvrir un monde complet, bien pensé, très éloigné des comics de super-héros habituels.
Dans ce troisième tome de Fables, nous allons donc suivre une tranche de vie de la communauté, et cette fois ci une tentative d’assassinat envers Blanche Neige et Bigby.

Mark Buckingham participe toujours aux dessins, mais ne signe ici que 4 épisodes, sur les 8 que comporte le volume. Il sera ainsi aidé par Bryan Talbot, Linda Medley et… Lan Medina pour mettre en image les idées de Bill Willingham.
En effet, Lan Medina revient pour illustrer 2 épisodes de cet album, pour notre plus grand plaisir.

Ce troisième volume, de taille impressionnante, regroupe les épisodes 11 à 18 de la série Fables.

Résumé du tome 3

Lorsque l’on vit pendant de très nombreuses années, sans prendre une seule ride, il arrive un jour où cela se remarque. Et manque de chance, c’est un journaliste qui semble avoir découvert la véritable nature de nos Fables : pour lui, seul des vampires peuvent vivre à l’écart de tous, sans vieillir ni mourir. Inéluctablement, il en viendra à faire du chantage auprès de Bigby, dont il possède des photos de lui se transformant en loup garou.
Nos héros devront donc trouver une parade afin de rester cachés du grand public et mettre hors d’état de nuire ce journaliste un peu trop curieux.

Mais pas de répit pour nos amis !
Dès qu’un problème est résolu, un autre refait surface : Boucle d’Or n’en a pas fini avec Blanche Neige. Elle s’est alliée à Barbe Bleu pour venir à bout de Blanche, et par la même occasion de Bigby.
Les complots sont légions, et de nombreuses pertes seront à déclarer, dans les 2 camps !

En marge de ses intrigues, nous avons droit à 2 courtes histoires. La première raconte le passé de Jack, l’ex petit copain de Rose Rouge. Il enfermera La Mort afin de sauver une jeune femme, mais se rendra très vite compte des effets indésirables que cela engendre.
La seconde histoire expliquera les origines des Lilliputiens, et de quelle façon ils ont réussis à survivre et se reproduire, alors qu’ils n’étaient que des (petits) hommes lors de la fuite de l’Adversaire.

Du complot bien sanglant

Ce volume est un très bon compromis : il y a à la fois des récits tranches de vie, mais également de l’action !

Depuis le début de la série, Fables va à 100 à l’heure ! On découvre certes cette communauté pas comme les autres, mais l’histoire avance : il y a des retournements de situation, des personnages qui changent, des liens qui se forment, des intrigues et du suspense. Bill Willingham ne cherche pas à tourner en rond, et à rester sur ses acquis. Il met ses personnages en danger, leurs fait prendre des risques et n’hésite pas une seconde à leurs faire passer l’arme à gauche. Cela accentue grandement l’importance des récits et des aventures que vivent les Fables.
On s’attache aussi très vite à ce monde sans pitié, où la mort guette les protagonistes, qu’ils soient à l’apparence humaine ou non.

L’arc sur le journaliste qui pense avoir cerné les Fables est très intéressant. Il permet en effet de faire la transition entre 2 arcs plutôt meurtriers pour les Fables (le volume 2 et l’arc en 4 épisodes dans ce troisième volume), et qui n’ont d’implications que pour les Fables, avec un arc plus ouvert. Il y a une vraie interaction avec l’extérieur et le monde humain. Cela replace un peu mieux l’univers dans lequel ils sont censés évoluer : le notre.
Et le journaliste d’investigation remplit bien son rôle. Car que pourrions nous pensez, si l’on rencontrait des personnes qui vivent seules, recluses, et qui semblent ne jamais vieillir ?
L’arc permet d’avoir une vision différente des Fables, en tentant de les rapprocher à quelque chose de « connu ».

Le second arc de ce tome a également son importance. Des personnages que l’on a déjà vu réapparaissent, et se montent les uns les autres.
On peut sentir la haine des protagonistes, et leur envie d’en finir avec leurs ennemis. Boucle d’Or semble être la parfaite manipulatrice, qui sait se servir de tous les moyens à sa disposition pour arriver à ses fins. L’auteur donne une image très jeune de Boucle d’Or, mais très sûre d’elle, avec un coté sadique. Elle en devient presque insupportable.

En plus des 2 principales intrigues, deux petites histoires d’un épisode chacune complètent le volume.
La première sur le passé de Jack est très anecdotique, alors que la seconde, sur les Lilliputiens est beaucoup plus appréciable.
J’espère pouvoir retrouver rapidement une histoire dans ce style là, très fraiche et courte, sans implication profonde.

Malgré un tome complet, je suis légèrement déçu sur un point. La partie de l’histoire traitant l’affrontement entre Blanche Neige et Bigby contre Barbe Bleu et Boucle d’Or me semble avoir moins d’impact que les arcs précédents. J’ai moins accroché, sans doute que cela me semble redondant. De la bagarre, du sang et des victimes… mais cela manque un poil de renouvellement.
Je tiens tout de même à dire que c’est avec grand plaisir que j’ai lu ce volume, mais j’espère que cela ne sera pas qu’une succession d’affrontements et de morts.

De plus, je ne suis pas très fan du changement de dessinateur à chaque histoire. Autant, entre Lan Medina et Mark Buckingham, le changement ne se ressent pas trop, mais je trouve que ses changements gâchent un peu la cohérence graphique du volume.
Certes les changements de dessinateur ne se font qu’à chaque nouvelle histoire, ce qui permet d’avoir des arcs unis, mais je n’accroche pas aux styles de Bryan Talbot et Linda Medley.

Bien sûr, les problèmes concernant les dessins et l’impression de redondance sur la façon de raconter sont purement personnels, et ne sont vraiment pas suffisants pour faire oublier le très bon moment de lecture de ce volume.
Ainsi, malgré quelques points mitigés, c’est encore une fois une très bonne lecture, et j’ai hâte de lire la suite. J’espère que Bill Willingham arrivera à se renouveler, surtout avec les possibilités et les intrigues qu’il insère dans ce volume.

Laisser un commentaire »