. Erased – tome 5 de Kei Sanbe | Fant'asie
Kameyoko 07/10/2015 0
  • Scénario
  • Graphisme

Erased - tome 5

Erased – tome 5 de Kei Sanbe

Le sauvetage de Kayo suffira-t-il ?

Erased est l’une de mes séries « coup de coeur » du moment. Kei Sanbe n’a jamais semblé autant maîtriser son récit. Depuis le départ, l’histoire est passionnante et le rythme bien maîtrisé.
Après les évènements du tome 4 et notamment le sauvetage de Kayo, j’étais curieux de voir comment le mangaka allait rebondir après ça.

Erased – tome 5 de Kei Sanbe est édité par Ki-oon et est disponible la vente depuis le 25 juin 2015

Résumé de Erased 5 chez Ki-oon

Résumé de l’éditeur :

Satoru décide de cacher Kayo pour la mettre à l’abri et alerter les autorités sur la maltraitance dont elle est victime. Avec l’aide de son ami Kenya, il installe la fillette dans un bus désaffecté. Mais voilà qu’un inquiétant visiteur fait son apparition, les forçant à déménager !
Grâce à leurs efforts, ainsi qu’à l’intervention de M. Yashiro et de la mère de Satoru, Kayo est confiée à la garde de sa grand-mère. À présent que sa camarade est sauvée, le jeune garçon relâche un peu sa vigilance, cependant le tueur en série court toujours…

Toujours aussi passionnant !

Je ne cesse d’être très élogieux envers la nouvelle oeuvre de Kei Sanbe, mais il faut reconnaître qu’il n’a jamais été aussi bon, aussi bon conteur que sur ce Erased. Plus on avance dans le récit, plus on sent qu’il maîtrise totalement son intrigue et sait pertinnement où il va nous emmener. Dans les faits, je ne sais pas si c’est réellement le cas, mais c’est l’impression qu’il donne.

Après un 4ème opus qui voyait Satoru sauver Kayo, on pouvait se demander comment allait évoluer le récit. Car avec ce sauvetage, il a modifié les événements et ne maîtrise donc pas le cours futur. Il est dans l’incertitude. Pour autant, l’histoire n’est pas finie, puisqu’il n’est pas revenu dans le présent, mais surtout parce que le tueur rôde encore.
Avec son corps d’enfant, son manque de certitude, comment va-t-il mettre fin à tout ça et sauver tout le monde ?

Ainsi dans ce volet, le jeune homme, dans son corps de garçon, va essayer de sauver les prochaines victimes qui devaient être Hiromi et Aya. Pour cela il va essayer de les faire paraître moins isolés et donc créer ou renforcer des liens entre eux. Il sera soutenu par sa bande de copains, bien décidés à l’aider (même si beaucoup ignorent le vrai but de Satoru).

Le mangaka en profite donc pour développer ses personnages, dont des secondaires à coup de grand renfort d’amitié et de déclarations touchantes. Car en sauvant ces écoliers, le héros a surtout briser leur solitude, ce qui lui vaut leur reconnaissance. En premier lieu, il y a Kayo qui lui fait une déclaration touchante.
Il est à noter que Kenya prend encore un peu plus d’importance et se pose comme un soutien important pour le jeune Satoru. Sa maturité et son intelligence sont d’une précieuse aide. Mais je ne sserais pas surpris s’il y avait un vrai rebondissement autour de lui.
Même si l’ambiance parait plus légère avec tous ces liens d’amitié qui se tissent, les jeux d’enquête de Satoru et Kenya, l’auteur laisse planer une menace.
On sent que Satoru a un peu relâché sa vigilance et qu’il pourrait bien être menacé, ou alors de nouveaux enfants qui ne l’étaient pas initialement.

Kei Sanbe, sous ses airs de tome un peu de transition, offre pas mal d’indices et de révélations. Il parvient à créer une sensation de danger sous-jacente, même pendant des moments plus joyeux. Le mangaka pose vraiment les bases de son récit avec intelligence pour arriver à un cliffhanger insoutenable dans les dernières pages. Il donne ainsi vraiment envie de se ruer sur la suite.
Malheureusement, ce retournement de situation, mais si on ne connait pas encore toute la teneur de ce dernier, ne m’a plus surpris que ça. Les indices glissés, quelques regards, situations, laissent deviner un peu ça. Mais ça reste efficace, presque logique, avec des implications potentielles ne demandant qu’à être creusées.

Même si on peut avoir des pistes, l’auteur arrive suffisamment à semer le doute, et maîtrise tellement son récit, que ça reste diablement efficace et immersif.

Erased est vraiment une excellente série qui parvient à maintenir un récit de grande qualité. La lecture est toujours aussi passionnante et addictive, alors que, dans ce tome, il y a un peu moins de tension. Mais Kei Sanbe est suffisamment habile pour maintenir constant l’intérêt et une certaine tension latente.
Erased continue de me séduire et ce climax de fin de volume ne donne qu’une envie : lire la suite !!

Et vous qu’avez-vous pensé de cet opus ? Avez-vous vu venir le rebondissement de fin ?

Laisser un commentaire »