. ElementR – tome 1 par Thomas Bouveret, Cédric Mayen et Arnaud Tribout | Fant'asie
Bagooor 26/02/2011 6

ElementR tome 1 par Thomas Bouveret, Cédric Mayen et Arnaud Tribout

Le manga à la française

ElementR est une production française, se rapprochant beaucoup du style manga.
Edité chez Vents d’Ouest, le titre est scénarisé par Cédric Mayen, avec Arnaud Tribout et Thomas Bouveret au dessin.

Les mangas à la française sont plutôt rare en ce moment, alors qu’ils étaient plus ou moins à la mode il y a quelques années. ElementR va nous plonger dans une histoire se passant dans les rues de Paris, proche des années 50 (ou plus tard).

Bien que ce titre ne soit pas parfait, il faut cependant saluer l’initiative, et encourager les auteurs à avancer dans cette voie, en espérant qu’ils rencontreront le succès.
ElementR volume 1 est disponible dans les librairies depuis le 12 janvier 2011.

Résumé du tome 1

Ryuga est un Élémentaire de l’air : tout comme ses congénères, il est enfermé à Léolia, la Cité de l’Air, et ses pouvoirs sont utilisés pour maintenir l’équilibre dans les éléments.

Après avoir mené une rébellion pour enfin vivre libre dans le monde extérieur, il est jeté en prison. Libéré sur ordre de Zäzël, le Gardien Elémentaire, il se voit confier la mission de ramener à Léolia ses anciens acolytes et notamment le plus puissant d’entre eux, Henrick, afin de reconstituer l’équilibre des éléments mis en péril par cette fuite de masse.

Secondé par Lyllia, une jeune Élémentaire de feu, Ryuga retourne donc dans le monde extérieur, mais cette fois avec le rôle du chasseur…

Résumé de l’éditeur

Une lecture sympathique, mais perfectible

Ce premier volume d’ElementR permet de faire la connaissance des différents personnages, en particulier de Ryuga, Lyllia et Henrick.
Pour le moment la présentation et l’histoire du background sont assez flous, bien que certaines pistes soient données lors de la lecture de ce premier volume.

Il est en effet question de la cité de Léolia, qui est sous terre, mais rien n’est expliqué concernant les pouvoirs ainsi que les différents éléments. Chaque personnage a une affiliation à un élément, avec pour le moment l’Air et le Feu. Ses pouvoirs proviennent d’un cristal, mais cela manque encore de profondeur.

Concernant les personnages, ils sont aussi un petit peu trop caricaturaux pour le moment. Il faudrait que ceux-ci soient un petit peu plus développés, ainsi que leurs relations les uns les autres, car cela semble un petit peu mou pour le moment.
Et hormis les quelques clichés scénaristiques (héros en prison, un ami devenu ennemi…) et certains dialogues lourds (le héros qui fait de la provocation parmi les prisonniers…), il y a ce petit quelque chose qui nous donne envie de connaître la suite du titre.

Quelques informations sur le passé de Ryuga sont distillées au fur et à mesure de la lecture, et la fin du volume nous laisse sur un cliffhanger qui donne envie d’avoir la suite entre les mains, car de nouvelles informations pourraient être données sur l’histoire de la cité, et son rôle (ce qui manque justement à ce premier tome).

Je ne sais pas si c’est la volonté des auteurs, mais je trouve que l’histoire est vraiment trop diluée. Lors des phases de combat, il y a de nombreuses pages sans textes, et cela réduit considérablement l’avancée de l’intrigue. Au final, il se passe peu de choses, mais cela va vite avec des passages un peu plus mous… Je pense que je ne suis pas très clair, mais la lecture alterne entre des chapitres où cela n’avance pas, avec des chapitres où le scénario avance bien trop rapidement.
C’est le cas par exemple lorsque Lyllia attaque Henrick par derrière pour le ramener à Léolia : c’est un choix expéditif, alors que le combat entre Ryuga et Henrick aurait pu commencer à ce moment là (et ensuite durer moins longtemps lorsqu’ils se retrouvent dans la forêt).

Pour les dessins, on sent aussi que Thomas Bouveret ne maîtrise pas complètement son dessin. Le dessin est tout à fait acceptable, mais on reconnaît certains passages qui ont dus être fait dans la précipitation, ou avec un angle mal maîtrisé par Thomas Bouveret. Quoi qu’il en soit chapeau à lui, parce que j’en serais bien incapable moi même.

Par contre, je pense que le format du tome est un mal adapté au dessin. Ce volume a à peu près la taille d’un volume d’une édition Deluxe (que ce soit Dragon Ball ou le récent Saint Seiya), ce qui agrandit les pages, et donne une impression de vide sur celles-ci.
Je pense qu’avec l’expérience, Arnaud et Thomas parviendront à donner plus de détails à leurs cases, et cela conviendra mieux à la taille de l’ouvrage.

Bien que ce premier volume d’ElementR ne soit pas une perle rare, il a le mérite de mettre en avant des auteurs français qui font ce qu’ils ont envie, et ce qui leur plaît. J’espère qu’ils s’amélioreront et qu’ils nous proposeront des aventures un peu plus originales.
Le tout est encore perfectible, mais il n’empêche que le plaisir de lecture était là, bien qu’un petit peu trop court.

Avez-vous tenté l’expérience ElementR ? Qu’en avez-vous pensé ?

6 commentaires »

  1. Kameyoko 01/03/2011 at 15:07 -

    Je salue aussi l’initiative.
    Ca a l’air d’être un bon petit manga à la française, manfra comme on dit.

    J’espère aussi que ce titre trouvera son public, parce qu’il est important que ce genre d’oeuvre existe.

    Malheureusement, j’ai des doutes sur le succès. En effet, j’ai l’impression que la majorité des acheteurs de manga n’est pas prêt à acheter autre chose que du japonais (même si du manhua ou manhwa existent).

    Il existe une espèce de sectarisme dans le manga. Comme si on ne pouvait pas faire de bonnes oeuvres. Certes, ce n’est pas le même rythme de publication (par manque de moyen), certes les dessins sont moins typés Asie, mais ce n’est pas une raison pour les bouder.

    Donc oui au Manfra!

  2. Arnofan 07/03/2011 at 18:05 -

    Petite rectification. Arnaud tribout ne s’occupe que des décors et de la trame. C’est thomas bouveret qui s’occupe des personnages. Personnellement, je trouve que le talent de arnaud sur d’autre projets et tout surclasse de loin celui de thomas.

  3. Bagooor 08/03/2011 at 16:59 -

    Merci pour ses précisions Arnofan.
    Quoi qu’il en soit, les décors de Thomas mériteraient d’être enrichis, car ils laissent tout de même les cases relativement vides.

    Mais sinon très beau boulot de cette équipe de français pleine de talent.

  4. Arnofan 13/03/2011 at 13:49 -

    Nouvelle petite erreur de ta part ^^
    les décors d’  » Arnaud  » . ^^
    BOn j’arrête promis ^^

Laisser un commentaire »