. Earth 2 – tome 1 de James Robinson, Nicola Scott et Yildiray Cinar | Fant'asie
Kameyoko 10/09/2015 1
  • Scénario
  • Graphisme

Earth 2 - tome-1

Earth 2 – tome 1 de James Robinson, Nicola Scott et Yildiray Cinar

Les super-héros d’une terre parallèle !

DC Comics a longtemps été connu pour ses univers parallèles, plus ou moins mis à mal par Flashpoint et le New 52. Mais le Distinguée Concurrence renoue avec ses amours d’origine, avec ce Earth 2 se déroulant sur une Terre Parallèle.
L’occasion de voir une Terre sans la Trinité (Superman, Batman et Wonder Woman). Que nous réserve donc ce comic.

Earth 2 – tome 1 : Rassemblement de James Robinson, Nicola Scott et Yildiray Cinar est édité chez Urban Comics et est disponible depuis le 03 avril 2015

Résumé de Earth 2, t1 chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur :

Il y a cinq ans, Darkseid, le tyran d’Apokolips, tenta de conquérir la Terre, à l’aide de ses troupes d’assauts. Mais si, sur « notre » Terre, les héros de la Ligue de Justice purent repousser l’invasion, les héros de « Terre-2 », une Terre parallèle, essuyèrent de nombreuses pertes et maintiennent depuis une victoire fragile. Aujourd’hui, une nouvelle menace apparaît, sous la forme de la Nécrose, et de nouvelles « Merveilles » vont devoir se dresser contre elle.

Une autre vision de l’invasion de Darkseid

Ce Earth 2 se déroule sur une terre parallèle, concept cher à DC Comics. Sur cette Terre, l’invasion de Dark Seid (que l’on a pu lire dans Justice League – tome 1 pour notre Terre) est redoutable et les héros de la Terre sont presque dépassés. Mais dans un dernier sursaut leur Superman, Batman et WonderWoman trépassent. Ils sauvent leur Terre mais la laisse orpheline de « Merveilles » (c’est ainsi que sont qualifiés ces super-héros). Mais de nouveaux héros vont apparaître et prendre les places laissées vacantes.

Les Terres parallèles offrent un avantage non-négligeable. Elles permettent de créer des sortes de « What if », des intrigues partant sur le postulat : « et si telle chose était différente ». Et ce Earth 2 part là-dessus, en se demandant ce qui se passerait sur la Trinité DC n’était plus.
L’occasion pour elle de mettre en avant d’autres personnages et de leur donner la vedette. C’est aussi un excellent moyen pour eux d’éclaircir la situation de certains personnages de l’âge d’or faisant doublon avec leurs versions plus modernes et ainsi légitimer l’existence de plusieurs versions d’un même personnage. Ainsi, nous avons un Green Lantern en la personne de Alan Scott, mais qui tire son pouvoir de la Terre et un Flash, alias Jay Garrick, qui a reçu son pouvoir du Dieu Mercure. Nous sommes donc loin du monde d’Oa et la Force Véloce.

Mais d’autres personnages viendront grossir les rangs des héros comme Hawkgirl, Atom ou encore Mr Terrific.

On sent que James Robinson s’est fait plaisir au scénario. Le rythme est soutenu et il n’y a pas de temps mort. En un seul volume, le scénariste arrive à poser les spécificités de cette Terre-2, de montrer en quoi elle diffère de la Terre principale, tout en introduisant de nouvelles « merveilles ». Il parvient également à établir un début de caractérisation et de background aux principaux protagonistes. Ainsi, on sait comment Alan Scott et Jay Garrick ont obtenu leur pouvoir. Leur personnalité est aussi esquissée avec un Jay Garrick, un brin looser, qui vient de se faire plaquer ou encore un Alan Scott, chef d’entreprise charismatique, traumatisé par la perte de son amour dans un accident de train.
On passera rapidement sur le sujet qui avait fait polémique à l’époque, à savoir l’homosexualité d’Alan Scott. D’une part parce que je ne vois pas en quoi c’est polémique et surtout parce que c’est complètement secondaire dans l’intrigue.
Ce groupe de nouvelles « merveilles » passe peut-être pour des seconds couteaux, mais le côté frais et en plein apprentissage de ces derniers est intéressant. Surtout que la « Trinité » conserve son statut presque divin. Ce qui crée forcément un décalage et rend plus humain, moins invulnérable, plus fragile ce nouveau groupe hétéroclite. Surtout qu’il y a déjà un début d’alchimie qui se met en place, même si l’équipe ne se forme pas. On voit déjà bien la complémentarité des caractères.
On appréciera aussi les possibilités qu’offrent ce récit. On ne va s’attarder sur ce que sont devenus Supergirl et Robin de cette Terre, puisque ça peut faire l’objet d’une prochaine publication. Je parle surtout de l’implication de voir Dark Seid une autre Terre. J’espère que cet aspect multi-dimensionnel sera réutilisé.

J’ai également apprécié de voir comment le récit utilisait quelques éléments de Swamp Thing, avec son Green Lantern, sorte d’avatar de la Sève et le méchant Salomon Grundy en agent de la Nécrose. J’espère que Swamp Thing, Animal Man et autre Arcane apparaîtront dans leur version alternative.

Si le récit est enthousiasmant, plaisant à lire, avec un équilibre presque parfait entre action et développement, il n’en est pas parfait pour autant. Par exemple, le rôle de Mr Terrific est assez flou pour le moment. Son intégration au récit est très maladroite et on ne voit pas encore bien le lien avec l’intrigue principale. Il en est de même pour le mystérieux Terry Sloan. On sent qu’il trame quelque chose et que son rôle va encore prendre de l’importance ensuite. Mais il est difficile de connaitre ses desseins.

Graphiquement, le travail de Nicola Scott et dans une moindre mesure celui de Yildiray Cenar sont de toute beauté. Les scènes d’action sont dynamique et avec un découpage efficace. Les personnages sont assez expressifs et le tout donne bien dans le comic spectaculaire. Ils ont parfaitement ingéré le style super-héroïque pour proposer de superbes planches. La colorisation contribue à donner un côté super-héroïque avec des couleurs prononcées, chatoyantes, dans la plus pure tradition du comic. Le récit de James Robinson bénéficie d’un bel écrin.

Pour conclure, Earth 2 – tome 1 : Rassemblement de James Robinson, Nicola Scott et Yildiray Cinar est une bonne surprise. Le scénariste utilise superbement bien l’opportunité de cet univers parallèle permettant de réinventant le statu-quo, de mettre en avant d’autres super-héros et de s’affranchir un peu de la mythologie du DCverse. Et l’auteur saisit cette possibilité à plein main en proposant un récit dynamique, passionnant, avec de très bonnes idées. J’aime l »idée de s’affranchir un peu de la trinité. Et puis, il y a un côté oldschool, mais modernisé avec ces héros de l’âge d’or. Surtout que les personnages sont assez bien caractérisés. Le tout est également bien mis en valeur par un graphisme qui sied bien au récit et s’avère très franchement réussi.
Bref, une nouvelle série pleine de potentiel et de liberté, efficace et rafraichissante. Du bon récit super-héroïque, haletant et plein de clins d’oeils.

Une belle surprise !

Un commentaire »

  1. Dionysos89 10/09/2015 at 14:04 -

    Du bon plaisir en effet. 🙂

Laisser un commentaire »