. Drifters – tome 1 de Kohta Hirano | Fant'asie
Kameyoko 26/12/2011 3
Drifters – tome 1 de Kohta Hirano
  • Scénario
  • Graphisme

Drifters - tome 1 de Kohta HiranoDrifters – tome 1 de Kohta Hirano

Les plus grands guerriers de notre histoire réunis

Drifters est le dernier manga de Kohta Hirano à qui l’on doit le célèbre Hellsing. Il nous revient avec un seinen ambitieux, qui semble partir dans tous les sens mais prometteur.
En effet, ce manga va regrouper les plus grands guerriers et stratèges militaires de notre histoire, sur un autre monde pour se livrer une bataille. On ne sait donc pas trop dans quoi on s’embarque, mais j’ai envie de prendre le risque.
Drifters possède néanmoins un gros handicap : son rythme de parution. Seulement 2 tomes existent au Japon !
Drifters – tome 1 de Kohta Hirano est édité par Tonkam et est disponible à la vente depuis le 27 avril 2011.

Résumé de Drifters 1 chez Tonkam

Résumé de l’éditeur :

Toyohisa Shimazu, jeune samurai participant à la bataille de Sekigahara se retrouve soudain plongé dans un autre monde. Rapidement, il découvre que plusieurs autres guerriers renommés ont dérivé dans cette dimension. Une guerre sans merci dont il ignore encore les tenants et les aboutissants l’attend d’entrée de jeu, sous la bannière du célèbre Oda Nobunaga !

Un ambitieux projet à priori casse-gueule

Drifters est le dernier manga de Kohta Hirano, connu pour son Hellsing. Il nous revient avec ce Drifters, qui parait être un « kiffe » de l’auteur, puisqu’il semble y mettre tout ce qui lui plait. Et ce, même s’il s’agit d’éléments très hétérogènes sans lien apparent entre eux. Ainsi on retrouve un monde inventé, teinté de fantasy avec des elfes, nains, hobbits, gobelins… auxquels viennent s’ajouter de grands guerriers de notre histoire. Eux aussi sont très variés puisque nous avons des samourais de différentes époques, comme le héros Toyohisa, mais aussi des noms plus connus comme Oda Nobunaga ou encore Nasu no Yoichi ; mais également des guerriers de différents continents et époques. On peut citer un aviateur japonais de la seconde guerre mondiale , Hannibal et Scipion de l’époque romaine, ou encore Butch Cassidy et le Kid.

Ces personnages appartenant aux Drifters feront face aux Parias qui compte dans leur rang d’illustres personnages comme Jeanne d’Arc, qui devient pyromane, Anastasia de Russie, un samouraï célèbre…

Sur papier cette incohérence de style, d’ambiance et d’époque peut rebuter et on peut craindre le pire. Pourtant dans les faits cela marche superbement. Même si la cohérence ne coule pas de source, elle vient d’elle-même et se justifie petit à petit. Le lecteur prend quand même un malin plaisir à découvrir ses figures historiques plus ou moins connues et d’y trouver des références.

Leurs styles différents, leurs aptitudes particulières promettent de bons moments pour la suite. D’autant plus qu’on se doute que tous les personnages n’ont pas été encore présentés. Le réservoir de guerriers légendaires est vaste, et il y a de quoi faire.

Ce premier volume est assez introductif et commence avec le héros Toyohisa, un intrépide samourai qui au moment de mourir va se voir « transporté » ailleurs et se retrouver face à un bureaucrate (bel anachronisme pour le héros) qui l’envoie dans un nouveau monde dont il ignore tout.

Le lecteur est dans la même situation que le héros et ne comprend pas ce qu’il lit. Puis petit à petit, la situation s’éclaircit et cet amalgame de « choses » hétéroclites s’explique. Et le moins que l’on puisse dire c’est que cette justification promet énormément.

Au cours des pages, une intrigue commence à se dessiner. De premier abord, elle parait assez classique, mais l’intégration des Drifters et des Parias promet de modifier la donne et d’être plus originale.

L’univers proposé a ainsi une saveur particulière avec ce mélange étrange et barré, son coté heroic-fantasy et un petit côté violent.

Concernant les personnages, Toyohisa nous apparait comme charismatique, même si on a un peu de mal à s’y attacher pour le moment. Il semble être un redoutable samourai, bien que son charadesign fasse un peu anachronique (notamment son armure qui fait presque blouson de moto).

D’autres personnages secondaires sont développés comme les Drifters « samourai » Oda Nobunaga et Nasu no Yoichi, ou encore les « vieux » Scipion et Hannibal. La galerie de personnage est assez intéressante car ils sont déjà un peu travaillés, avec une personnalité et sont déjà un peu attachants.

Les méchants sont aussi présentés en grandes pompes lors d’une scène d’action assez intense. Mais pour le moment, il est difficile de les juger. On appréciera juste l’ironie de faire de Jeanne d’Arc une pyromane.

Ce Drifters 1 est essentiellement introductif et nous présente l’univers, les Drifters et en quoi ces derniers pourront influer sur ce monde. On ne sait pas trop qui sont les responsables de la venue des Drifters, ni pourquoi il y a une guerre, ni en quoi Parias et Drifters pourraient en changer l’issue.

Pas mal de mystères qui ne demandent qu’à être résolus ensuite. Néanmoins cette introduction est rudement bien menée et donne vraiment envie d’en savoir plus sur la suite et de voir Parias et Drifters en action. Surtout que le lecteur ne sait pas à quoi s’en tenir.

Graphiquement Kohta Hirano a un style particulier. On ne peut pas qualifier son trait de beau, mais il est terriblement dynamique. On sent le coup de crayon énergique, appuyé qui renforce les scènes violentes et le coté « fourre-tout » du manga. Par contre, il y a certaines cases un peu mal faites, mais rien de bien méchant.

Pour conclure, ce Drifters – tome 1 est une très bonne mise en bouche. Alors que la réunification d’éléments aussi divers laissait présager d’une histoire fouillie et improbable, le mangaka arrive à faire quelque chose qui tient la route et qui s’avère prometteur. On sent que cette histoire est un peu son fantasme en réunissant tout ce qu’il aime. Mais pour ma part, je trouve que ça fonctionne pas mal. Tous ces Drifters et Parias bénéficient d’un bon charadesign et sont déjà charismatiques, à défaut d’être encore attachants.

Graphiquement, le trait personnel de Kohta Hirano donne une personnalité et un certain dynamisme à son histoire.

Une introduction réussi pour un manga qui parait original et très prometteur. J’ai hâte de découvrir la suite, de voir les prochains Drifters et surtout de les voir combattre.

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Trouvez-vous ce début prometteur ?

3 commentaires »

  1. jayer 26/12/2011 at 10:12 -

    On reconnait bien la pâte graphique de l’auteur et le coté sombre/mystérieux mais effectivement le scénario semble vraiment casse gueule… et ça ne va pas s’arranger dans le 2ème…
    Comme souvent faudra pousser jusqu’au 5ème volume pour se faire une idée … wait & see…

  2. Kameyoko 27/12/2011 at 22:53 -

    @Jayer : De prime abord le scénario fait casse-gueule. Mais pour le moment, j’ai vraiment bien accroché. J’attends de voir la suite, voir comment ça évolue

Laisser un commentaire »