. Dragon Head – tome 1 de Minetaro Mochizuki | Fant'asie
Kameyoko 26/01/2011 5

Dragon Head - tome 1 de Minetaro Mochizuki

Dragon Head – tome 1 de Minetaro Mochizuki

Une réédition qui inaugure la collection Graphic de Pika

Dragon Head est une réédition d’un manga qui date d’une quinzaine d’année. Ce seinen a déjà été édité par Pika il y a 10 ans. Mais de mémoire, je crois que ce titre n’avait pas rencontré son public.

L’éditeur retente sa chance avec cette nouvelle édition qui inaugure la collection Graphic de Pika (avec notamment Maiwai).

Dragon Head est un seinen noir, angoissant et oppressant. L’occasion parfaite pour découvrir ou redécouvrir ce titre de qualité.

Dragon Head – tome 1 de Minetaro Mochizuki est édité par Pika et disponible à la vente de puis le 06 octobre 2010, au prix de 10€50

Résumé de Dragon Head 1 chez Pika

Teru reprend connaissance dans un endroit sombre. Il se rend très vite compte qu’il est dans un train et qu’il a déraillé. Il essaie d’appeler à l’aide en espérant trouver d’autres survivants.

Puis il se remémore ce qu’il s’est passé. Alors qu’il partait en voyage scolaire, juste après être entré dans un tunnel, tout s’est mis à trembler. De là, il en déduit qu’il s’est passé quelque chose et que le train a déraillé.

Teru parvient à s’extraire, tant bien que mal, des décombres et part à tâtons dans le noir, chercher de l’aide.
Il tombera sur le corps sans vie d’un de ses professeurs. En le fouillant, il trouvera un briquet. En l’allumant, il constatera l’étendue du massacre. Tout le monde est mort et des corps jonchent le sol.

En fuyant cet endroit, il va tomber dans la cabine du contrôleur et trouver une lampe torche. Dès lors, il va explorer le tunnel pour trouver la sortie. Mais il aura l’horreur de découvrir que les deux extrémités sont bouchées par des éboulements de pierre.

Il va aussi tomber sur une radio. En l’allumant il entendra que dehors c’est l’état d’urgence. La situation s’aggrave pour lui.

Heureusement ou malheureusement, il va découvrir qu’il y a deux autres survivants : une fille inconsciente et blessée, et Nobuo, un garçon en état de choc.

Pour eux, il va falloir survivre dans ce tunnel suffoquant!

Un manga oppressant, déconseillé aux claustrophobes

Dragon Head a inauguré la collection Pika Graphics. Cette collection propose quelques pages couleurs, une jaquette brochée et un format sensiblement plus grand qu’un manga classique. De fait, le prix est plus cher.

Ce titre est un premier beau lancement. Certes, c’est une réédition, mais il y a des mangas qui méritent une réédition de qualité. Je pense notamment à Nausicäa ou les perfect éditions de Dr Slump, Dragon BallDragon Head en fait partie, et ce d’autant plus que le titre n’a pas peut-être pas la renommée qu’il mériterait.

L’intrigue de ce manga se place suite à un déraillement, dans un tunnel, dans le noir et dont il n’y a pas de sortie. Très vite la sensation d’oppression se fait bien présente. Très rapidement, on rentre dans ce huis clos étouffant, moite et intrigant.

Même si on ne peut qualifier (du moins pour ce premier tome) Dragon Head d’horrifique, on sait qu’on s’engage dans 10 tomes sombres, inquiétants et infernaux.

Et ce d’autant plus qu’on ne voit pas de lueur d’espoir, c’est très noir (au sens propre comme au figuré).

Au-delà de l’horreur des dizaines de mort, on ressent parfaitement le coté poisseux, huis clos et survival.

La solitude des personnages est presque palpable et on ne peut que ressentir une certaine claustrophobie. A la lecture de ce tome, j’ai même presque eu l’impression que les murs de ma chambre se rapprochaient, tellement j’ai ressenti ce malaise et cette sensation oppressante.

Au niveau de l’ambiance, c’est une totale réussite. Il y a un coté réaliste inquiétant qui renforce l’immersion du lecteur.

Tout cela est grande partie due à un scénario bien ficelé autour de la survie de ce groupe de jeunes. De plus, Minetaro Mochizuki introduit pas mal d’éléments, de questions sans réponses qui tiennent en haleine le lecteur. Nobuo est-il sain d’esprit? Que s’est-il passé pour qu’il y ait cet état d’urgence? Pourquoi fait-il si chaud? Comment vont-ils s’organiser? Comment manger? Vont-ils être secourus? Pourquoi le train a-t-il déraillé? Que s’est-il passé?

Les personnages ne sont pas en reste et passent par différentes phases : le choc, l’incompréhension, la peur, la survie, le pétage de plomb… Leurs réactions semblent crédibles et sont fluides (même quand l’un part en c****). On voit bien que la volonté est de montrer comment les 3 jeunes vont réagir dans cette situation chaotique, proposant ainsi une éventail de réactions.

Par contre, je trouve le héros un peu effacé et un peu fade. Peut-être parce que pour l’instant il est assez rationnel. Et par conséquent ne fait pas des choses qui poussent à avoir de l’empathie.

Nobuo, quant à lui, rajoute au coté suspense. Dès le départ, on sent un personnage faible et perturbé. Et plus on va avancer dans le tome, plus il va se montrer inquiétant. Il constitue clairement l’inconnu. On ne sait pas comment il va réagir, ni comment le classer : danger? aide?.

Il contribue grandement à ce malaise ambiant. Sans compter que le mangaka insère peut-être un élément fantastique.

Graphiquement, c’est un peu décevant. Les personnages sont parfois un peu mal dessinés surtout Nobuo. Le style fait un peu ancien. On sent que ce manga date un peu. Le trait manque parfois de finesse.

Mais il faut reconnaitre que le fond sombre, les traits ou les aplats noirs présents sur quasiment toutes les cases dans le tunnel, rendent parfaitement le coté ténébreux du titre. On ressent bien l’enfermement des survivant, le tragique de la situation et le manque d’espoir. La mise en scène, est assez efficace.

Pour conclure, Pika a eu la bonne idée de ressortir ce Dragon Head pour lancer leur collection Pika Graphic. Cette réédition bénéficie d’une édition de qualité avec un format inédit mais permettant de mieux profiter du manga, une couverture en relief, des pages couleurs. Mais tout cela a un prix : plus de 10 € le tome.

Mais je suis convaincu que ça en vaut la peine. J’ai été happé dans cette histoire de survie, palpitante, oppressante et mystérieuse. Je trouve que le scénario rend addictif. J’ai fini ce manga sans m’en rendre compte. Je suis rentré dans l’histoire avec une facilité déconcertante. La faute a une histoire captivante et avec des personnages travaillés.

Et pourtant le graphisme n’est pas excellent, notamment sur le charadesign. Mais il contribue à une immersion totale avec « son noir », qui matérialise le coté claustrophobie.

J’ai vraiment hâte de lire la suite. Il s’agit pour moi d’un très bon seinen, sombre et addictif comme j’aime. En plus il y a le coté « survie » que j’affectionne tout particulièrement. Que demander de plus ? Un meilleur dessin? Oui c’est pas faux.
Dragon Head, par son histoire et son ambiance, fait partie de ces mangas, qui arrivent à faire oublier un graphisme en deçà du scénario.

A découvrir d’urgence !

5 commentaires »

  1. Bagooor 26/01/2011 at 11:14 -

    J’ai toujours été très tenté par ce titre, mais le prix et le dessin me rebute un petit peu.
    Dommage parce que l’histoire semble être vraiment très intéressante.

  2. Kameyoko 27/01/2011 at 11:21 -

    Le dessin n’est pas génial, mais ça reste plus que convenable. Ca m’a pas trop gêné personnellement.

    Après c’est un poil cher, mais l’édition est sympa, et ce titre, pour l’instant vaut le détour.

    J’adore ce type de manga, sombre, où il est question de survie.

    Il coûte environ 10 € certes, mais je trouve que ça vaut le coup. Tu as de grosses daubes à 8 €

Laisser un commentaire »