. Doctor Who : Les voleurs de rêves de Steve Lyons. | Fant'asie
Torospatillo 27/03/2013 0
Doctor Who : Les voleurs de rêves de Steve Lyons.

Doctor Who - Les voleurs de rêves

Doctor Who : Les voleurs de rêves de Steve Lyons.

La dernière publication du Docteur pour Milady.

Sorti en décembre 2012, il semblerait que ce tome soit le dernier des aventures du Docteur publié chez Milady. Rien n’est encore certain mais Milady a émis cette possibilité sur les réseaux sociaux, ou du moins a indiqué que les aventures du Docteur ne seraient plus publiées de cette façon (certainement au bénéfice du tout numérique?).
Il est également important de noter qu’il s’agit du premier roman publié en France mettant en scène le neuvième Docteur (le premier du reboot), à savoir l’excellent Christopher Eccleston!
Enfin Steve Lyons, l’auteur de ce roman, a également écrit deux romans dans l’univers de Warhammer.

Résumé de Doctor Who : Les voleurs de rêves chez Milady.

Dans un futur lointain, le Docteur, Rose et le capitaine Jack arrivent au beau milieu d’un monde où la fiction est prohibée. Même mentir et rêver sont désormais des crimes punis par la loi. Mais une chaîne de télévision clandestine appelle la population à l’insurrection.

Le Docteur souhaite évidemment apporter son soutien à ce soulèvement, jusqu’au moment où, confronté au personnel d’un asile psychiatrique et à un dément hanté par des monstres imaginaires, il devra bien admettre que tout rêve peut s’avérer dangereux.
Mais pas autant que la vérité elle-même.

Dystopie et Christopher Eccleston.

Dans ce roman il nous est proposé de retrouver le Docteur, accompagné de Rose et Jack sur le Monde colonial 4378976 delta-quatre, planète très éloignée du berceau de l’humanité et qui semble avoir été oubliée par les autres colonies.
Les personnages principaux sont relativement fidèle à la série, même si j’ai trouvé Rose peut être un peu trop intrépide, et le caractère du Docteur moins marqué que dans le précédent roman que j’avais pu lire. J’imagine que le roman étant sorti alors que Christopher Eccleston devait toujours être Le Docteur en Angleterre, il était moins nécessaire de le différencier de ses successeurs. Mais, cela n’empêche aucunement de retrouver avec plaisir ces personnages qui ont fait le succès du reboot de la série.

La colonie établie sur cette planète est semble-t-il auto gérée, il n’existe plus de gouvernement, et finalement ce sont les médias et la police qui semblent gérer ce monde. Steve Lyons nous livre ici une forme de dystopie où l’imagination est prohibée ; toute personne enfreignant cette règle sera envoyée à la Grande Maison Blanche, vous l’aurez compris, la Karma Police n’est pas loin, et on peut penser fortement que des oeuvres telles que 1984 ou Fahrenheit 451 ont été la source d’inspiration de ce roman.
Mais comment cette colonie est-elle arrivée à un tel extrême? C’est ce que le Docteur et ses compagnons cherchent à découvrir. Évidemment, c’est une aventure du Docteur, aussi tout trouvera une explication “logique” en fin d’épisode!

Objectivement ce roman soulève pas mal de questions intéressantes sur le pouvoir de l’imagination et sur les sociétés de contrôle, notamment par le biais des médias, mais l’histoire en elle même ne m’a pas transporté, et pour tous lecteurs ayant lu quelques oeuvres dystopiques majeures, la société créée ici laissera forcément à désirer.

Je suis sûr que cette histoire aurait put faire un excellent scénario pour un épisode télé, mais j’ai trouvé que certains indices ressortaient un peu trop facilement à l’écrit et que l’on comprend un peu trop vite le secret que cache cette colonie. Toutefois, certains aspect du scénario restent relativement bien cachés, et le dénouement est plutôt bien amené.

Enfin, j’ai trouvé que les personnages secondaires étaient relativement peu intéressants, et c’est peut être un peu à cause de ce dernier point que je ne suis pas complètement rentré dans ce récit.

L’écriture de Steve Lyons est accessible et agréable, et ce roman ne dispose que peu de temps morts, ce qui en fait un livre rapide à lire.

Pour conclure, Les voleurs de rêves m’a moins convaincu que ma précédente lecture dans l’univers du Doctor Who. L’aspect dystopie  était pourtant intéressant, mais si certaines idées auraient pu certainement marcher dans le cadre d’un épisode télé, ce n’est pas forcément le cas à l’écrit. Bref, je conseillerais ce roman principalement aux fans de Christopher Eccleston, il a clairement des qualités, mais je n’ai jamais réussi à pleinement me laisser entraîner par l’histoire.

Avez-vous lu ce roman? Quels romans de Docteur Who me conseillez vous?

Laisser un commentaire »