. Doctor Who : La Moisson du Temps de Alastair Reynolds. | Fant'asie
Torospatillo 17/04/2014 0

Doctor Who - La moisson du temps

Doctor Who : La Moisson du Temps de Alastair Reynolds.

Finalement ils n’arrêtent pas.

Encore une lecture dans l’univers du Doctor Who. Aujourd’hui je vous parle de La Moisson du Temps de l’écrivain Galois Alastair Reynolds.
Comme mes autres lectures “whoviennes”, ce livre est édité par Milady, or j’avais cru lire/comprendre que Milady arrêté de publié “du moins en format papier” les romans tirés de l’univers du Docteur. Après, ce n’était peut-être qu’une rumeur et je n’ai pas eu le temps d’aller vérifier tout ça. Chose encore plus étrange, le roman est édité en grand format et non en poche comme ses prédécesseurs. Il semblerait que Alastair Reynolds soit très connu dans le monde de la SF, et ceci explique peut-être cela.
Le roman a été publié Outre-Manche en 2013.

Résumé de La Moisson du Temps chez Milady.

Un ennemi oublié. Un vieil adversaire. Une terrible alliance.

Après un emprisonnement qui a duré plusieurs milliards d’années, les terribles Silds ont réussi à s’échapper. Sur un monde en ruine aux confins du temps, ils s’apprêtent à réécrire l’Histoire. Mais pour cela, ils doivent soumettre à leur volonté une intelligence qui dépasse la leur…

Sur Terre, l’UNIT est appelée sur une plate-forme pétrolière afin d’enquêter sur un mystérieux incident. Mais à peine les recherches ont-elles débuté que le Brigadier commence à tout oublier du prisonnier le mieux gardé de l’UNIT… et cette amnésie ne frappe pas que lui.

Tandis que débute l’invasion silde, le Docteur doit faire face à un terrible dilemme : pour sauver l’univers, il doit porter secours à son ennemi juré… le Maître.

Une incroyable aventure du troisième Docteur racontée par Alastair Reynolds, auteur de science-fiction primé.

Le troisième Docteur et le Maître.

Ce roman bien que publié et écrit récemment a pour protagoniste le Troisième Docteur. Je ne vais pas vous mentir, autant je suis fan du reboot de la série, autant je n’ai jamais eu le courage de regarder les anciens épisodes.
Bref, je ne connais pas la personnalité de ce Docteur, or un des principaux reproche que je peux faire à ce roman est peut-être lié à cette incarnation.
Là où le Docteur est censé être un personnage fort, je l’ai trouvé particulièrement plat, sans humour (vu les éléments qui se déroule l’absence d’humour est compréhensible), et surtout un peu blasé et désintéressé de l’humanité. Toutefois, ce dernier reproche qui peut choquer s’explique possiblement par l’histoire personnelle de ce Docteur.
Les personnages secondaires habituels du Docteur sont également peu présents, qu’il s’agisse de son assistance, Jo Grant, ou du Brigadier. J’ai toutefois bien apprécié croiser ce dernier personnage qui fait partie des personnages très emblématiques de la saga.
Finalement, au niveau des personnages, le gros point fort du roman est la présence du Master, et surtout sa relation avec le Docteur. J’ai trouvé tout ceci vraiment original, et passionnant quant à la mythologie du Docteur. On en apprend ainsi beaucoup sur la jeunesse de ces deux personnages lors de leur “scolarité” sur Gallifrey.
On en apprend également beaucoup sur certains “plans” des Seigneurs du Temps. Je ne veux pas trop en dire pour ne pas vous spoiler.
Les ennemis du Docteur ici sont les Sildes. Ils valent également le coup, ils n’ont pas été repris dans le reboot de la série, et c’est bien dommage car ils ont vraiment un énorme potentiel.
L’histoire se déroule en deux parties, une partie qui ressemble à un épisode classique, et pas forcément passionnante, qui fait que le début de roman est un peu faible. La seconde partie, ressemble plus à ce qui serait une fin d’arc dans la série, et est vraiment ambitieuse. On y croisera le personnage de la Reine Rouge qui m’a vraiment marqué.
J’ai adoré cette partie, elle avait quelque chose de mélancolique et de magique à la limite du temps et de l’espace.
L’auteur est connu pour être un auteur de “hard-SF”, or je n’ai pas trouvé d’élément propre à ce style. Il n’a pas cherché à justifier les technologies des Seigneurs du Temps.
Concernant le style de l’auteur, j’ai trouvé certaines phrases peu compréhensibles, j’ai pu lire sur les internets que la traduction était en cause.

Pour conclure, La Moisson du Temps est roman qui souffle le chaud et le froid. L’histoire est passionnante dans sa seconde partie, et le scénario est digne d’une belle fin de cycle. Les développements autour du Master et de sa jeunesse sur Gallifrey sont également très intéressants pour en apprendre plus sur la mythologie whovienne. Les ennemis sont également bien choisit, et ils n’ont pas été encore utilisés dans le reboot de la série.
D’un autre côté les autres personnages sont peu développés et la première partie de l’histoire est un peu longue. Enfin le style de l’auteur (ou sa traduction) manque de fluidité.
Toutefois, j’ai apprécié cette lecture de par la richesse des informations délivrées et pour son scénario ambitieux.
Avez-vous lu ce roman, qu’en avez-vous pensé?

Laisser un commentaire »