. Detroit Metal City – tome 4 par Kiminori Wakasugi | Fant'asie
Bagooor 28/07/2010 1

Detroit Metal City tome 4 par Kiminori Wakasugi

Le Satanic Emperor

Ce 4ème volume de Detroit Metal City aborde principalement le Satanic Emperor, mis en place par la fille de Jake Ill Dark pour identifier le vrai successeur du Death Métal.
Certaines nouvelles idées font leurs apparitions, mais seront-elles suffisantes pour redresser un peu la barre ?

Dans la même veine que les précédents tomes, Detroit Metal City permet d’entrer à pieds joints dans un univers totalement barré, où l’humour très particulier donne un vent de fraicheur à la lecture.

Allons découvrir le meilleur groupe de Death Metal, et quels seront les survivants du Satanic Emperor.

Résumé du tome 4

Le Satanic Emperor fait rage. Detroit Metal City va devoir affronter les 4 membres des Deazm, précurseurs du scato-métal. Malgré les quelques tensions existantes au sein de ce groupe, leur affrontement contre Krauser les rapprochera tous, dans un but commun.
Leur haine envers DMC est due au fait que leur groupe devait à l’origine affronter Jake Ill Dark pour sa dernière tournée, mais que le groupe de Death Record a pris leur place au dernier moment.
La revanche de Deazm sera sanglante !

Mais face à la puissance de Krauser et à son impitoyable férocité, les Deazm ne font assurément pas le poids.

L’autre groupe que DMC devra affronter sera le groupe des Helvetes, célèbres pour leurs prédictions et leurs participations à des attaques terroristes ! Et ceux ci semblent bien décidés à mettre à feu et à sang ce festival.
Seul Krauser, Jagi et Camus semblent pouvoir venir à bout de ce groupe, et de rétablir l’ordre dans le festival et auprès des fans. Un clash sans précédent entre les 2 groupes rivaux va donc avoir lieu, sous les yeux de nombreux fans de Death Métal.

Qui remportera le Satanic Emperor ? Krauser est-il le digne successeur de Jake Ill Dark ?

Dans l’esprit du tome précédent

Ce quatrième volume de Detroit Metal City est dans la même veine que le volume précédent : un peu en deçà de ce que l’on a pu lire jusqu’à maintenant, mais les bonnes histoires semblent refaire surface à la fin du tome.

Il y a cependant de très bons passages pendant le Satanic Emperor, et il m’est souvent arrivé d’avoir le sourire aux lèvres. Certains gages sont vraiment absurdes, et mes préférés sont ceux concernant les fans, toujours plus stupides et interprétant les paroles comme bon leur semble.
Par exemple, le groupe des Norvegians Helvetes est connu pour ses nombreuses prophéties, principalement dues au fait que les fans interprètent les textes comme ils veulent. Et quand les fans de DMC se mettent également à interpréter les paroles, cela part en un combat culinaire hors pair, avec dégustation de soupe au porc et de saumon. C’est un total n’importe quoi, mais c’est vraiment marrant.
Dans le même style, il y a aussi la course de relais entre les fans de DMC et des Norvegians Helvetes, alors qu’au départ il s’agissait seulement de protéger la guitare de Krauser.
Ce sont ses petits moments qui permettent de remonter un petit peu le niveau de cet arc relativement long, et laisse présager de bonnes histoires pour la suite.

Après l’histoire du Satanic Emperor, l’auteur reprend le modèle des intrigues en un seul chapitre, qui lui avait valus le succès de ses débuts. Après une longue histoire, c’est très plaisant de revoir les personnages confrontés à plein de moments de détresse et des quiproquos extrêmes. Ce sont vraiment les genres de situations irréalisables dans la vie de tous les jours, mais que Soichi et Krauser arrivent à réaliser avec une facilité déconcertante.

Les gags sont toujours aussi marrants, bien que certains soient du déjà vu et revu. L’auteur commence à réutiliser certains procédés, que l’on commence à connaitre à force de les voir depuis maintenant 4 volumes. Au bout d’un moment ils font beaucoup moins rire, mais certaines petites découvertes font que ce titre peut réserver de bonnes surprises et que l’on peut continuer à être surpris par ce titre.

Au niveau du dessin, Kiminori Wakasugi maitrise maintenant beaucoup mieux son style très particulier, et l’on se rend compte qu’il fait maintenant partie intégrante de l’oeuvre. Lire Detroit Metal City avec d’autres dessins ne serait très certainement pas aussi marrant.

Comme j’ai déjà pu le dire jusqu’à maintenant, Detroit Metal City est un bon titre, proposant certes un humour assez particulier, qui ne plaira pas à tout le monde. Il faut bien entendu ne rien prendre au premier degré, et se plonger dans la lecture de ce manga en sachant ce que l’on va y lire.
Si l’aspect global de l’oeuvre, à savoir la musique Métal, et l’humour vous intéresse, je ne peux que vous conseiller de jeter un oeil à ce titre, et de vous faire votre propre idée, car je pense que seule une lecture de quelques chapitres permettrait de savoir si l’oeuvre est susceptible de vous plaire ou non.

Ce volume m’a paru plus sympa que le précédent, sans pour autant être aussi marrant que les 2 premiers tomes. Espérons que l’auteur réussira à proposer des histoires toujours plus intéressantes et marrantes, et que le titre saura se trouver un public.

Suivez-vous toujours les aventures de Soichi ?

Un commentaire »

  1. Walpurgis 30/07/2010 at 11:51 -

    J’avais vraiment adoré ce tome de par ses situations toutes plus rocambolesques que les autres et c’est surtout les caricatures présentées par les différents groupes de métal qui m’ont beaucoup fait rire. Comme tu le soulignes, certains gags deviennent répétitifs mais passent bien encore.

Laisser un commentaire »