. Detroit Metal City – tome 2 par Kiminori Wakasugi | Fant'asie
Bagooor 30/04/2010 1

Detroit Metal City – tome 2 par Kiminori Wakasugi

Go to DMC !

Après un premier volume bien barré, avec son humour primaire, et totalement décalé, voici revenir le groupe de DMC et Soichi dans des situations encore plus embarrassantes.
Prenant la suite du premier tome, nous allons donc assister à l’ascension de ce groupe de Death Metal dans le milieu underground de la musique.

L’éditeur 12Bis fournie là encore une édition classique, pour une oeuvre extraordinairement délirante.
Ce second tome va-t-il être aussi bien que le premier ?

Résumé du tome 2

Après leur succès face à Jake Ill Dark, la légende de DMC s’étend à travers le Japon. Krauser II a hérité de la guitare sacré de Jake Ill Dark, et il les a lui même désigné comme étant sa succession. Leurs fans viendront de plus en plus nombreux à leurs concerts, mais ils se mettront à dos de nombreux autres groupes : les plus féroces de ses groupes étant les punkettes et Kiva, le gangsta du Hip hop ! Les fans de chacun des groupes se lanceront dans une guerre sans merci afin de prouver la supériorité de leurs idoles.
Fier de leurs succès, DMC enregistrera son premier album et enchainera les concerts et les interviews pour promouvoir cet album. Mais durant une interview, Soichi devra jongler entre son personnage de Krauser II devant la caméra, et être lui même face à Yuri, qui fête son anniversaire.

Devant un tel succès, et face à la monté en puissance de DMC dans le milieu du Death Métal, Krauser sera demandé pour jouer un rôle important dans un film très spécial, traitant de l’amour. Ce rôle permettra à Soichi, sous le costume de Krauser, de rencontrer ses acteurs favoris, mais le scénario du film lui fera faire des choses horribles à ceux ci. Pauvre Soichi.

Les situations délirantes n’ont pas fini de mettre le pauvre Soichi dans tous ses états.

Toujours plus décalé

J’ai été très emballé par le premier tome de cette série à l’humour très spécial. Je ne suis pas un fan de la musique Métal, donc je n’identifie peut être pas les références qui y sont faites, mais c’est tout de même un plaisir de suivre l’ascension de ce groupe de Death Métal complètement trash.

Le personnage de Keisuke Nashimoto, alias le « porc capitaliste », introduit au début de ce volume donne une nouvelle occasion de générer des situations grotesques et marrantes. Keisuke est un homme autour de la trentaine, travaillant à mi-temps dans un magasin. Lors des concerts de DMC, son rôle est de se faire maltraiter et humilier par Krauser. A chaque fin de concert, Soichi s’excuse de son comportement envers lui, mais Keisuke a des tendances masochistes, et aime ça.
C’est une nouvelle raison pour faire de nouveaux quiproquos et des situations toujours plus loufoques.

Dans ce second tome de Detroit Metal City, on voit l’importance que prennent peu à peu les fans de DMC. Krauser interagit avec eux (voulu ou non), intervient dans leurs vies et tente même de leur faire prendre conscience de leurs mauvaises interprétations.
Par exemple lorsque les fans interprètent la dernière phrase d’un concert, et qu’ils se rendent tous au pied de la Tour de Tokyo pour invoquer Krauser, Soichi se devait d’enfiler le costume de Krauser et de s’y rendre pour les calmer et les faire se disperser. Mais au final, il se laissera emporter par le personnage et créera une nouvelle légende autour de Krauser.
Les fans interagirons lors des concerts, soutiendrons Krauser des groupes rivaux et le défendrons lorsque la population tentera de s’en prendre au fils de Satan.

Le style graphique de Kiminori Wakasugi est toujours aussi spécial. Il semble être relativement moche, mais elle correspond à une des caractéristiques de ce titre.
On sent néanmoins que l’auteur gère un peu mieux les traits de ses personnages et de son histoire.

L’édition est identique au premier volume, que l’on peut considérer de très correct. Il n’y a pas de problème d’impression, et la traduction semble encore une fois très correcte.
Les dialogues font mouches, et certaines références sont facilement compréhensibles. Les références démoniaques ainsi que celles à la mort et au sexe sont toujours présentes, sans pour autant gâcher le plaisir de lecture.

L’humour est encore une fois très présent, et les situations complètement décalés et les quiproquos semblent sans fin. A la lecture du premier tome, j’avais peur que l’auteur n’arrive pas à se renouveler, mais il n’a aucun problème pour surprendre. Espérons que le prochain volume sera du même niveau.
Malgré cette surenchère de situations grotesques et d’incompréhensions, l’auteur parvient à faire évoluer le groupe de DMC et à lui donner plus de profondeur. On suit donc l’ascension de ce groupe hors norme, sans que l’intérêt que l’on porte à DMC ne s’amoindrisse. Kiminori Wakasugi a su trouver le bon compromis entre l’humour et le scénario pour permettre au lecteur de passer un excellent moment de détente.

Detroit Metal City est une série à lire de toute urgence, si tant est que l’humour noir et complètement décalé ne vous pose pas de problème.

Avez-vous aimé ce second tome de DMC ? Ne trouvez-vous pas l’humour trop cru ?

Un commentaire »

  1. Walpurgis 17/07/2010 at 19:00 -

    J’ai très apprécié ce tome ! Le passage avec le porc capitaliste enfin disons Keisuke Nashimoto m’a beaucoup plu. Ce que j’aime beaucoup dans ce manga est que les personnages secondaires sont tout aussi croustillants que les principaux.

Laisser un commentaire »