. Dead Dead Demon’s Dededededestruction – tome 1 | Fant'asie
Kameyoko 17/01/2017 2
  • Scénario
  • Graphisme

Dead Dead Demon’s Dededededestruction - tome 1Dead Dead Demon’s Dededededestruction – tome 1 d’Inio Asano

Le nouveau manga d’Inio Asano

Kana a sorti fin 2016, un nouveau seinen aussi mystérieux que prometteur. Mystérieux car son titre, Dead Dead Demon’s Dededededestruction, est assez improbable et concoure dans la catégorie du titre de manga le plus long. Prometteur car c’est un titre du encore trop sous-estimé Inio Asano. Et rien que ça, ça devrait suffire pour se pencher sur ce cas.

Alors qu’est-ce qui se cache derrière ? Le nouveau Asano est-il au niveau ?

Dead Dead Demon’s Dededededestruction – tome 1 d’Inio Asano est édité par Kana et est disponible à la vente depuis le 07 octobre 2016.

Résumé de Dead Dead Demon’s Dededededestruction 1 chez Kana

Résumé de l’éditeur :

Depuis 3 ans, le ciel de Tokyo est recouvert par un gigantesque vaisseau spatial extra-terrestre qui se déplace tranquillement au-dessus de la ville. Bien que déconcertant, le vaisseau ne semble pour autant pas représenter une menace. Les habitants continuent donc à vivre leur vie sous cet étrange décor.
Mais ces 3 années de paix ont endormi la vigilance de l’Humanité.
Elle ne remarque pas que « l’envahisseur » s’est infiltré au sein de sa population. Il ne reste plus que 6 mois de quiétude avant que la fin du monde ne se déclenche…

Un titre résolument d’Asano

Les éditions Kana nous propose le nouveau titre d’Inio Asano, un mangaka talentueux, qui jouit d’une solide réputation chez nous avec des titres comme Bonne Nuit Punpun, la fille de la plage ou encore Solanin. Ici, il va nous proposer un récit tel qu’il les aime, sur fond de menace extra-terrestre. Mais si, très honnêtement, cet aspect est encore complètement secondaire.

En fait, sous ce titre énigmatique de Dead Dead Demon’s Dededededestruction se cache un récit tranche de vie centré autour de deux jeunes filles un peu désabusées : Ôran et Kadode. L’aspect fantastique vendu par Kana est trompeur. Le cadre reste un japon classique à la différence qu’un énorme engin spatial stationne au-dessus de la ville de nos héroïne. Le titre aurait pu se focaliser sur son arrivée, les morts et les destructions que cela a engendré, mais non. Le mangaka préfère placer son récit quelques temps après son apparition, en en faisant un élément de décor. Ainsi, il signifie que les gens vivent malgré tout avec cette présence, et ont repris une activité normale. Sauf qu’on se doute qu’avec cet auteur, cela va induire des changements de perception, des modifications subtiles de comportement. Pour l’instant rien de tel, mais c’est probablement une des pistes de développement.

Mais à la lecture du tome 1, le flou entoure encore cette oeuvre qu’on sait d’avance singulière. On ne voit pas où l’auteur veut nous emmener, mais on est prêt à le suivre les yeux fermés. Ce premier opus se concentre sur les personnage de Kadode, jeune fille intelligente, timide, fan d’Isobeyan, un personnage particulier issu d’un manga, et d’Ôran, plus extraverti et avec quelques réflexions intéressantes. On suit donc leur frasque au sein de leur école, avec leur ami, leur famille… Bref un aspect très tranche de vie. Sauf qu’Asano a cette plume si singulière qui va plus loin que ça avec une vraie minutie pour parler de la jeunesse, un brin désabusée, avec des réflexions sociales pertinentes et fines. Il pose son intrigue en la mêlant à des thématiques fortes liées à l’adolescence, à la situation familiale, enfants qui se cherchent et qui se posent des questions existentielles, avec une émotivité à fleur de peau.

Ce tome 1 de Dead Dead Demon’s Dededededestruction est une véritable introduction, ni plus, ni moins, parfois un peu longue et mystérieuse mais redoutablement efficace. On ne sait pas où veut nous emmener l’auteur, quelles pistes de développement il va prendre, mais on est sous le charme. Il y a une telle personnalité étrange qui se dégage du titre que ça pique notre intérêt. Pourtant, c’est assez perturbant ce flou autour de cette oeuvre, mais c’est ce qui donne envie de découvrir la suite. On s’attache de suite à ces deux héroïnes déjà pleine de personnalité et de failles. On ressent leur maturité mais en même temps une certaine innocence, leurs douleurs mais aussi leur petites joies du quotidien.

Graphiquement, Inio Asano a toujours un style envoûtant, fort, plein de personnalité. Tout d’abord, ses décors sont extrêmement travaillés mélangeant photographies retravaillées et coups de crayon. Du coup, cela renforce l’immersion et rend le tout terriblement réel. On sent également que son découpage est savamment étudié. Il est capable de réaliser des planches où se côtoient l’intimité d’une conversation à l’immensité d’un vaisseau stationnant au-dessus des têtes. Il peut mettre de l’intime dans de l’immensité, ou du grandiose dans de l’intimité. Cette capacité de contraste rend cette oeuvre addictive et enchanteresse.
Son charadesign est assez reconnaissable avec des bouilles presque enfantines et simples, avec des éléments parfois exagérés (comme les sourcils ici). Pourtant ce décalage entre le photoréalisme des décors et cette apparente simplicité des personnage fonctionne à merveille.

Pour conclure, Dead Dead Demon’s Dededededestruction – tome 1 d’Inio Asano est une oeuvre qui se vit plus qu’elle ne se raconte. L’auteur nous propose un récit envoûtant, un peu OVNI, avec de multiples thèmes autour de l’adolescence. Ce premier volet est une énorme introduction à ce titre singulier, mais qui ne dévoile rien ou si peu de la trame principale. Si bien qu’à la fin, on ne sait pas trop ce qu’on a lu. Mais le talent de conteur d’Asano, l’ambiance qu’il sait installer fait que ce seinen ne peut pas laisser indifférent. Il y a un côté poétique, contemplatif, mais aussi menaçant avec une sensation de danger qui plane, tel un vautour.
Pour ne rien gâcher le photoréalisme des décors, le découpage et le charadesign nous embarquent dans l’univers d’Asano. Et on en redemande, même s’il est difficile d’expliquer pourquoi. En tout cas c’est mon cas.
Vivement la suite 2 pour voir la vraie direction du manga et son potentiel. Mais il est indéniable qu’Inio Asano a un talent presque inné pour susciter des émotions et installer une atmosphère envoûtante.
Dead Dead Demon’s Dededededestruction ne plaira pas à tout le monde. Certain trouveront le tout long, peu clair et trop vague. Mais d’autres seront envoûtés. Je fais parti de ceux-là !
On regrettera juste que Kana spoile un peu le truc avec son synopsis. Rester dans l’ignorance de la suite aurait été mieux !

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Avez-vous été pris dans cet OVNI du 7ème art ?

 

2 commentaires »

  1. Daggett 03/02/2017 at 22:27 -

    Alors, personnellement j’ai découvert Asano Inio avec Solanin que j’ai trouvé sympa mais sans plus, puis avec La Fille sur la Plage et pareil… par contre bluffé par le dessin. J’ai continué avec Bonne Nuit Punpun et pour le coup, j’ai beaucoup aimé (pour le moment, je n’ai que 4 des 13 tomes…).
    DDDD, on me l’a offert, j’ai bien aimé mais je suis encore mitigé, ça dépendra beaucoup de ce qui viendra ensuite donc il faut vraiment que je lise le tome 2 pour me faire une idée, à savoir si ça peut m’intéresser sur le long terme. Le potentiel est là mais c’est une peu une longue intro que ce tome 1…

  2. Kameyoko 06/02/2017 at 11:50 -

    @Daggett : Asano est un auteur assez particulier et très clivant je trouve. Perso j’aime bien car je pense avoir compris sa manière de raconter une histoire.

    Sur ce DDDD, clairement c’est une énorme intro, un peu nébuleuse. C’est particulier c’est évident. C’est plus un manga d’ambiance où il faut rentrer dedans

Laisser un commentaire »