. Darker than black – tome 1 de Yûji Iwahara | Fant'asie
Kameyoko 04/05/2015 0
  • Scénario
  • Graphisme

Darker Than Black - tome 1

Darker than black – tome 1 de Yûji Iwahara

Basée sur la série animée

Après le succès de Dimension W, revoici, toujours chez Ki-oon, un nouveau titre de Yûji Iwahara : Darker Than Black (Darker than Black – Jet Black Flower en VO). Ce nom devrait faire réagir bon nombre d’entre vous, puisque ce manga s’appuie sur la série animée du même nom, même si l’histoire est bien différente.
Iwahara retourne donc sur ce projet auquel il avait déjà participé.

Mais que vaut ce seinen ?

Darker than black – tome 1 de Yûji Iwahara est édité par Ki-oon et est disponible à la vente depuis le 12 février 2015

Résumé de Darker than black 1 chez Ki-oon

Résumé de l’éditeur :

Voilà 10 ans maintenant qu’un champ de force d’origine inconnue, la Porte des Enfers, s’est dressé autour de Tokyo. Ce mystérieux bouleversement s’est accompagné de la mutation de nombreux humains en êtres dotés de pouvoirs surnaturels, les Contractants. Ces implacables machines à tuer sont souvent employées illégalement par certaines organisations mafieuses, voire quelques organismes d’État, pour s’acquitter des basses besognes…

Si leur existence reste une rumeur pour le grand public, c’est en partie grâce à la Section 4, une brigade d’élite créée dans le but de surveiller et d’appréhender les Contractants pour empêcher leur circulation au sein de la société civile… Pour Misaki Kirihara, jeune et brillant lieutenant de la Section 4, les dernières semaines n’ont pas été de tout repos : un mystérieux Contractant erre dans les rues de Tokyo et dupe ses victimes, des humains au bord du suicide, en leur proposant de les aider dans leur quête de vengeance…

Le mangaka de Dimension W aux commandes

Ce manga Darker than black est censé se déroulé juste après la première saison de l’anim’ et reste inédit. Aux commandes de ce seinen, on retrouve Yûji Iwahara que l’on connait, entre autres, pour son travail sur Dimension W.
La présence de ce dernier est un bonne nouvelle puisqu’il est le charadesigner de la série originelle.

Pour être totalement franc avec vous, je n’ai jamais vu la série Darker than black, regardant que peu d’anim’. Donc vous aurez l’avis d’un total néophyte de l’univers.

L’histoire se déroule dans un Tokyo transformé où trône une « porte des enfers », apparue il y a une dizaine d’année. Depuis des phénomènes étranges se sont déroulés, dotant des hommes de pouvoirs surnaturels. On les appelle des contractants.

C’est dans ce contexte que l’on va suivre l’enquête du lieutenant Kirihara. Cette dernière, avec son équipe, enquête sur une sombre affaire qui semble mêler deux contractants aux capacités terrifiantes.

Ce seinen mêle habilement plusieurs sous-intrigues qui se croisent et s’imbriquent bien. Nous avons ainsi cette enquête qui avance et qui tourne autour d’un pissenlit noir, et d’un contractant nommé Harvest. Ce dernier fait lui aussi l’objet d’une intrigue puisqu’il a un pouvoir inquiétant et un objectif mystérieux. On suit également la jeune fille Azusa, mal dans sa peau qui cherche à devenir une contractante pour être plus forte. En parallèle, le duo Yin et Hei tentent de s’opposer à Harvest, tout un ayant un but assez trouble.

Toutes ces lignes scénaristiques interagissent bien ensemble permettant de maintenir un certain rythme et maintenir le lecteur alerte, avec des révélations, de l’action, des mystères, des liens entres chaque intrigue, des personnages qui se croisent… Mais sous tout ça, on devine qu’il y a probablement des complots et autres manipulations derrière et que nous n’en sommes qu’aux prémices. Bien qu’au final les personnages ne soient pas tant développés que ça, ils ont quand même suffisamment d’épaisseur pour intéresser le lecteur et pour être suivis avec plaisir. On sent que chaque personnage en a encore sous le capot et pourra encore nous surprendre par la suite.

Par contre, il est clair que le couple Hei et Yin a un background plus étoffé que ce qui nous est montré. Ne connaissant pas l’anim’ de base, je suppose que ce sont les personnages principaux. On sent qu’ils sont importants, ont vraiment un impact et une importance dans cet univers, même si on ne le voit pas de prime abord dans ce manga. C’est plus par les références à ces personnages, la crainte et la renommée qu’ils inspirent que je pense ça. Et puis il y a un charisme naturel que s’en dégage qui fait penser à des héros.

L’intrigue est dans l’ensemble efficace, avec des rebondissements bien sentis, et d’autres un peu moins, parfois un peu faciles. Mais le mangaka parvient à ne jamais ennuyer et perdre son lecteur. Avec sa thématique SF, qui pourrait loucher du côté du shônen, pour le moment la prédominance de l’aspect enquête est un vrai bon choix, mais devrait se faire également en parallèle d’un développement plus conséquent sur les contractants (même si j’imagine que l’anim’ s’attarde lui dessus)

D’ailleurs, en ce qui concerne l’accessibilité pour des non-initiés, j’ai trouve le tout assez facile d’accès. Bien sûr, on sent que c’est un monde qui a encore des choses à dire, notamment en ce qui concerne les contractants et la porte des enfers ou encore sur Hei et Yin, mais globalement ça ne pose pas de problème. On rentre facilement dans l’histoire, sans avoir trop l’impression d’avoir loupé quelque chose d’important. Mais d’un autre côté, je suis persuadé que pour ceux ayant vu la série, il y a pas mal de références à des personnages ou événements de cette dernière, abordés dans ce manga. J’imagine donc que la compréhension n’en est donc que meilleure.

 

Graphiquement, on reconnait bien la patte de Yûji Iwahara. Et vu que ce dernier est à l’origine du charadesign de l’anim’, j’imagine que le graphisme est très fidèle. Il a un style assez dense, avec pas mal de détails, parfois un peu épais, mais sans donner l’impression de surcharger. Surtout qu’il est assez doué dans le découpage et la mise en scène. Il est à noter qu’il y a parfois de petits soucis de proportions ou anatomiques, mais rien de bien méchant.

 

Pour conclure ce Darker than black – tome 1 de Yûji Iwahara est accessible y compris aux néophytes et propose un récit sympathique et efficace. L’aspect enquête dans un monde un peu SF, avec cette notion de contractant est très agréable et on sent qu’il y a encore pas mal de points à creuser et à développer et que nous n’en sommes qu’aux prémices de l’intrigue. Le tout est bien aidé par des personnages réussis aussi bien graphiquement que dans leur charisme.

Une introduction efficace qui donne envie de revenir dans ce monde et de voir la suite de récit aux multiples sous-récits. A suivre de près !
Et vous qu’en avez-vous pensé ? Pensez-vous que connaître l’anim’ est indispensable ?

Laisser un commentaire »