. Dance in the Vampire Bund – tome 1 par Nozomu Tamaki | Fant'asie
Bagooor 16/03/2011 0

Dance in the Vampire Bund tome 1 par Nozomu Tamaki

Le nouveau titre des vampires

Ce manga est le dernier titre en date de la collection Young de l’éditeur Tonkam.

Surfant sur la vague actuelle des vampires, ce titre s’adresse principalement aux adolescents, lecteurs de shonens.
Et plutôt que de dépeindre le monde des vampires, leur mode de vie et de survie, c’est ici sur le thème de leur acceptation parmi les humains qui est abordé.
Comment l’homme accepterait-il les vampires si ceux-ci se dévoilaient devant nous ?

A première vue, ce titre a une approche des vampires différente de la vision que l’on en a. Mais est-ce pour autant que le titre sera intéressant et novateur ?

La série est toujours en cours au Japon, et a eu droit à une adaptation en anime, disponible en France chez Dybex.

Résumé du tome 1

Mina Tepes est la princesse des vampires. De par son titre, elle est à la tête des vampires, et est respectée par tous.
Le jeune Akira, qui est un loup-garou appartenant au clan de la Terre, est chargé de la protection de la princesse.

Depuis des millénaires, les vampires ont amassés d’énormes sommes d’argent.
Souhaitant mettre fin à leur existence cachée, Nina va passer un accord avec le Japon. Les vampires vont donner une grosse somme d’argent au Japon, afin qu’il comble sa dette, et en échange, les vampires prennent possession d’un morceau de terre près de Tokyo.

Ainsi, les vampires disposent maintenant d’une terre où ils peuvent vivre, sans devoir se cacher ou fuir les humains.
Car suite à l’installation des vampires sur leurs terres, la princesse Mina révèlera au monde entier l’existence des vampires.

Une nouvelle ère de l’histoire des vampires commence, avec en leur possession des terres et une existence.

Mais cette visibilité ne semble pas être du goût de tout le monde, que ce soit pour les humains, et même pour certains vampires.

Les vampires aux yeux de tous

Lors de ma première prise en main de ce manga, je n’étais pas très emballé par le tome. La couverture un peu criarde et les couleurs voyantes ne donnent en effet pas très envie de lire le titre.
Pourtant, en lisant le résumé sur la 4ème de couverture, j’ai été curieux de voir comment l’auteur allait gérer la situation qu’il mettait en place : les vampires ont révélés leur existence, et l’histoire va suivre leur acceptation (ou non) par les humains.

L’idée de départ est assez intéressante, car on sort du traditionnel vampire qui souhaite vivre avec les humains, ou de l’histoire d’amour à l’eau de rose.
Cette première orientation m’a attiré vers cette lecture.

Mais dès les premières pages, on sent que ce sera l’action qui sera également mise en avant. Les protagonistes ainsi que le cadre sont très vite présentés, et il est difficile de passer à côté d’un très gros cliché : la princesse se faisant remplacer par son bras droit sur le trône, afin de tromper la vigilance de tous, sauf bien sûr du héros qui a su reconnaître la vraie princesse au premier coup d’oeil. Il ne faudrait pas que le lecteur pense que le héros est un moins que rien…
Ce n’est pas un passage de génie, mais c’est rudement mal amené.

Les personnages manquent pour le moment d’une certaine originalité, mais ils jouent pour le moment le rôle qui leurs convient.
Le héros est un peu rebelle, mais est totalement dévoué à la princesse. Les loups au service des vampires.

Il y a cependant quelque chose qui me chagrine un petit peu.
La princesse des vampires, Mina, possède un corps d’enfant. Je dirais qu’elle doit avoir un corps de petite fille de 10 ans, alors que la princesse vie depuis des milliers d’années. En soit cela ne pose pas de problème.
Sauf que dès le début de l’histoire (dans les premiers chapitres), celle-ci est montrée totalement nue ! Je trouve cela un petit peu limite, bien que l’auteur mettent en avant l’âge réel du personnage. Il n’en reste pas moins que le corps qui la représente est un corps d’enfant, et que de la montrer nue, se faisant étaler une lotion permettant aux vampires de supporter le soleil par un garçon d’environs 17 ans, c’est très très limite.

Outre cet aspect visuel particulier, les personnages évoluent à leur guise dans le récit. Pour le moment le rôle de chacun n’est pas très clairement défini, mais je pense que cela viendra rapidement.

Il manque aussi d’un objectif précis, car actuellement le but précis de la princesse est assez flou, et j’ai l’impression que même l’auteur ne sait pas dans quelle direction se diriger.

Le dessin de Nozomu Tamaki est assez classique, bien qu’il y ai de temps en temps des cases assez mal dessinées. Son trait ne réinvente pas le style, mais convient à l’histoire.
Par contre, le style de l’auteur manque d’assurance, ce qui explique peut être certains visages et certaines cases.

Finalement, ce titre reste une lecture agréable, mais qui ne parvient pas à utiliser correctement le thème de départ. Cela reste trop cliché et classique pour que le titre sorte du lot, et trouve son public.
L’auteur manque un petit peu d’audace pour proposer un titre vraiment original, et c’est ce qui manque vraiment à ce titre. A suivre, en espérant que le titre trouve rapidement un filon original.

Avez-vous aimé ce titre ? Trouvez-vous l’intrigue intéressante ?

Laisser un commentaire »