. Crimson Wolf – tomes 2 et 3 par Seishi Kishimoto | Fant'asie
Bagooor 27/03/2015 0
  • Scénario
  • Graphisme

Crimson Wolf tomes 2 et 3 par Seishi Kishimoto

Avis mitigé

La lecture du 1er volume de cette nouvelle série m’avait laissé un sentiment mitigé.

J’avais eu du mal à cerner les rôles des différents personnages et pourtant, il y avait un petit quelque chose qui avait réussi à maintenir mon intérêt.

J’ai donc laissé une seconde chance à la série en lisant les volumes 2 et 3 de celle-ci, sur les 4 qui la composent. Autant dire que comme je m’approchais de la conclusion du récit, il était important pour un lecteur d’avoir cerné les intentions de l’auteur.

Crimson Wolf est édité en France par Kurokawa.

Résumé du tome 2

Le loup de Hibari, l’ami d’enfance de Yôichi a été découvert sous la lune rouge par Yûka et Masato.
Lancés à son secours, quelle dure et triste vérité vont constater Yôichi et Ayame ? Reliant les cauchemars à la réalité « La guerre sanglante des Chaperons Rouges » entraînera Yôichi vers un inexorable destin. Quand les secrètes intentions des humains les transforment en bêtes féroces prêtes à l’attaque !

Résumé de l’éditeur

Petit chaperon rouge

L’avantage de ces deux volumes est de proposer un résumé de ce qui s’est produit précédemment, permettant d’avoir quelques explications.
Du coup, j’en sais maintenant un peu plus sur les « loups » et les « agneaux », même si cela reste très conceptuel.

Les « loups » représentent ainsi les véritables intentions des humains, leurs désirs. Ainsi, quelqu’un d’habituellement gentil avec tout le monde, qui conserve en lui toutes ses vraies intentions peut devenir un « loup » qui exprime toute sa brutalité ou sa haine.
L' »agneau » quant à lui représente les apparences des humains.
La combinaison de l' »agneau » de Yôichi avec le « loup » d’Ayame leur permet d’affronter les « loups » des humains dans un monde avec une lune rouge.
Yôichi est ainsi le lien permettant à Ayame de ne pas sombrer dans son « loup ».
Bref, j’en sais un peu plus, mais ce n’est pas suffisant pour tout comprendre.

Du coup, Crimson Wolf se base sur le mythe du chaperon rouge et l’adapte à sa sauce.
Les contes sont largement revenus sur le devant de la scène, avec Fables ou Moonlight Act, mais aussi à la télévision avec Once Upon a Time (et j’oublie certainement beaucoup d’autres exemples).

Ces volumes de Crimson Wolf devaient me permettre d’approfondir ma première impression sur la série, afin de valider ou non la qualité de celle-ci.
Et malheureusement, j’ai été assez déçu par cette lecture, qui n’a pas réussi à m’intéresser plus que ça.

Malgré les explications fournies en début du tome, j’avais toujours du mal à cerner correctement le rôle des personnages et le lien entre eux.
Je ne sais pas exemple pas si seule les 2 soeurs peuvent démasquer le faux du vrai, ou si d’autres personnes ont ce pouvoir. De même pour les règles qui ne sont expliquées que tardivement : dans le second volume, un personnage parvient à ressortir de son affrontement en récupérant toute sa tête.

Certains en meurent, d’autres tombent dans une sorte de coma. Du coup, pourquoi ce dernier personnage s’en sort correctement ? Qu’a-t-il de plus que les autres ?
Ce n’est que durant le 3ème volume que l’explication nous est donnée.

Quoi qu’il en soit, ces deux tomes sont principalement consacrés aux affrontements et aux enchaînements de combat.
Les personnages s’affrontent, donnent quelques informations histoire de faire avancer un peu l’intrigue, puis poursuivent leur combat.

Crimson Wolf est un titre court, mais le second volume peut se lire en une vingtaine de minutes seulement du fait des combats. Le troisième tome est un peu plus bavard pour faire avancer l’histoire. Quand il s’agit d’une oeuvre plus longue, et où les affrontements sont intéressants à suivre (dans le style de JoJo’s Bizarre Adventure par exemple) cela ne pose pas trop de problème. Cependant là, cela fait un peu penser à du remplissage, alors que la conclusion de l’oeuvre arrive à grands pas.

Le second volume nous montre également l’une des soeurs complètement nue. Ce n’est pas vraiment pour faire avancer l’histoire, car cela se passe durant un affrontement. Les habits déchirés et la jupe qui se soulève (sans culotte, évidemment…) n’apporte rien du tout au récit.
Pour le coup il s’agit bien de fan service sans intérêt pour le titre, si ce n’est pour plaire au lecteur (mais dans ce cas-là, d’autres titres correspondraient mieux).

Malgré tous ces points négatifs, le titre avance tout de même un peu et donne quelques pistes aux lecteurs pour imaginer la conclusion du titre. Rien de très extraordinaire en perspective, à moins d’un retournement de situation de dernière minute… (on se doute bien que l’amie d’enfance du héros s’en sortira).

Graphiquement, le titre parvient à proposer quelque chose d’agréable à suivre.
Il s’agit d’un trait shonen commun, mais il est précis et maîtrisé. L’action reste très fluide et la lecture reste dynamique.
L’auteur utilise quelques procédés intéressants, comme la représentation en mosaïque d’un adversaire étant à l’origine photographe. Cela correspond bien au personnage et c’est assez intéressant comme représentation.

Au final, malgré des idées intéressantes, ces deux tomes de Crimson Wolf n’auront pas permis d’entrer correctement dans le récit.
Les doutes que j’avais suite au premier volume se sont confirmés et l’intérêt est très vite retombé. La conclusion du tome 1 laissait à penser qu’il pouvait y avoir une évolution intéressante, mais ce n’est pas le cas.
Vu qu’il s’agit de la 3ème oeuvre de Seishi Kishimoto publiée par Kurokawa, j’ose espérer que ses précédents titres proposent des histoires plus agréables à suivre et plus intéressantes. Mais pour le coup je trouve Crimson Wolf vraiment brouillon. Et pour un titre court, c’est dommage de voir le récit partir dans tous les sens et ne pas proposer quelque chose de concis.

Des lecteurs ont-ils appréciés cette série ? Les autres publications de l’auteur valent le coup ?

Laisser un commentaire »