. Crimson Wolf – tome 1 par Seishi Kishimoto | Fant'asie
Bagooor 13/08/2014 1
  • Scénario
  • Graphisme

Crimson Wolf tome 1 par Seishi Kishimoto

Histoire de loups

Après Satan 666 et Blazer Drive, le frère jumeau de Masashi Kishimoto (l’auteur de Naruto) est de retour chez Kurokawa avec Crimson Wolf, sa dernière série terminée en 4 volumes.

J’avais feuilleté à l’époque les premiers tomes de Satan 666 et j’avais trouvé cela plaisant à lire, même si ce n’était pas une découverte inoubliable.
Cependant, c’était agréable à suivre et cela remplissait le rôle d’un manga : divertir.

J’ai donc profité de cette nouvelle série chez Kurokawa pour tenter une oeuvre courte de l’auteur.

Résumé du tome 1

Résumé de l’éditeur :

Dans un monde ou réalité et cauchemars sont mêlés, Ayame, une jeune fille mystérieuse armée d’un poing américain en argent massif se lie à Yôichi, un lycéen doux comme un agneau…
Elle, est un chaperon rouge, lui, sa source de pouvoir. Ensemble, ils luttent contre les démons des hommes, tentant de protéger l’humanité de leur mieux. Mais face à ce destin qu’il n’a pas choisi, Yôichi parviendra-t-il à préserver son innocence ? Et qui est réellement Ayame, un loup ou un agneau ?

 

Chaperon rouge

Quand un auteur commence à voir ses nombreuses oeuvres publiées chez nous, c’est que celui-ci rencontre un certain succès.
Heureusement, certaines séries courtes sont souvent une bonne occasion pour découvrir un auteur et se faire une idée de son style, graphique et narratif.

Crimson Wolf est la nouvelle série en 4 tomes de Seishi Kishimoto, l’auteur de Satan 666 et Blazer Drive.

Je vais vous l’avouer de suite, la lecture de ce premier volume m’a laissé une sensation surprenante.
Car en refermant ce tome, j’ai vraiment eu la sensation d’être complètement largué ! Cette histoire de loups et de chaperons rouges est assez mal expliquée et l’on se perd un peu avec les rôles des personnages. J’espère que le tout sera mieux expliqué par la suite, car cela reste très flou pour le moment.

Mais en parallèle de ça, j’ai beaucoup apprécié le déroulement de l’intrigue et les phases d’actions. L’histoire donne envie d’en savoir plus et de la suivre, même si l’on a un peu de mal avec le principe (même si j’ai plus ou moins compris que l’on se rapproche des duos de Soul Eater : ils ont besoins d’être 2 pour dévoiler toute leur puissance).
D’ailleurs, si vous avez compris le fonctionnement des duos, n’hésitez pas à m’expliquer tout ça en commentaire… car là, j’ai l’impression que la puissance de la chaperonne dépend de la colère du loup… mais je n’en suis pas sûr du tout.

Bref, malgré ce petit problème de compréhension, la construction de l’histoire est assez agréable à suivre.
Le personnage principal est assez banal au début et l’on apprend à le connaître progressivement, même si cela reste très classique pour le moment. Yôichi est un personnage qui garde tout pour lui, se laissant faire par les autres. Et évidemment, son amie d’enfance a un fort caractère et j’imagine déjà qu’elle l’aime en secret.

Au vu de ce que j’en retiens, il est difficile d’imaginer que je puisse poursuivre ce titre.
Cependant, il y a un petit quelque chose qui attise ma curiosité et qui me pousse à vouloir tenter la suite.

On pourrait justifier le peu d’explications fournies comme un moyen de nous placer comme le héros, avec le peu d’informations dont il dispose également (pourquoi pas). Car hormis ce problème (qui ne concerne peut être que moi), le récit est plutôt agréable à suivre.
Il y a des passages permettant de connaître un peu plus les personnages et il y a également ce qu’il faut d’action.

La représentation des démons est assez particulière, un peu dans l’esprit de ce que fait Atsushi Ohkubo dans Soul Eater (en jouant avec le noir pour esquisser des personnages assez malsains).
Cette représentation et le fait qu’ils aient besoins d’être en duo pour déployer leurs pouvoirs, laisse à penser qu’une grande partie de l’inspiration de Crimson Wolf vient de Soul Eater. Il faudra voir sur la durée si d’autres similitudes apparaissent.

Graphiquement, le titre est plutôt une réussite. En plus de certaines représentations assez intéressantes, le style global est assez soigné et bien plus précis que ce que l’on peut voir dans Naruto par exemple.
Les décors sont plus travaillés et le trait est précis.

Comme vous avez pu le lire, mon avis sur ce premier tome est très mitigé, même si j’arrive à accrocher à l’atmosphère du titre et à l’ambiance qui s’en dégage.
Je vais très certainement tenter le second volume, en espérant que les choses soient plus clairement exposées et que l’ensemble prenne forme. Malheureusement, si ma sensation d’être perdu persiste, je ne suivrais pas l’oeuvre jusqu’au bout.

Crimson Wolf aurait sans doute mérité de voir publier simultanément ces 2 premiers volumes, mais malheureusement le fait d’avoir une oeuvre courte aurait considérablement réduit son temps d’exposition et de visibilité.

Au final, ce simple premier tome n’est pas suffisant pour se faire un avis définitif sur l’oeuvre, bien que pour certains cela aurait pu être le cas.
Car malgré le flou qui entoure les personnages (du moins le lien entre eux et leurs pouvoirs), l’auteur sait mettre en place des situations intrigantes pour maintenir le lecteur en haleine. Il faut voir maintenant si cela se maintient pour la suite.
Mais on verra cela très certainement après la lecture du second tome !

Avez-vous tenté cette nouvelle série ? Vous êtes vous également sentis perdus ?

Un commentaire »

Laisser un commentaire »