. [Compte-Rendu] Paris Comics Expo 2013 | Fant'asie
Kameyoko 20/12/2013 2
[Compte-Rendu] Paris Comics Expo 2013

[Compte-Rendu] Paris Comics Expo 2013, 2ème édition

Une convention qui se développe

Les 23 et 24 novembre derniers s’est déroulé la deuxième édition de la Paris Comics Expo, à l’Espace Champerret.
Après une première édition prometteuse et bien sympathique, j’avais hâte de voir comment cette Paris Comics Expo (PCE pour les intimes) allait évoluer.

Et force est de constater que cet événement commence très sérieusement à se forger une identité et une réputation. Les améliorations sont visibles !

Voici donc un petit compte-rendu, qui j’espère, vous donnera envie d’être de la fête pour la troisième édition.

Une PCE qui grandit mais tout en prenant en compte les reproches

Ce qui m’a frappé avec cette deuxième édition c’est comment l’organisation semble avoir pris en compte les reproches et les légers défauts qu’avaient pu être formulés pour la PCE de 2012.

Ainsi, si le lieu, l’espace Champerret, ne change pas, mais le hall, lui, est différent. Il y a ainsi plus de place, c’est plus clair, plus aéré. En résulte, une impression d’espace et de confort. On peut facilement circuler, c’est moins oppressant et donc beaucoup plus agréable de déambuler dans les allées. De fait, avec plus d’espace, cela veut dire plus de stands, d’intervenants et de place pour certaines animations ou stands participatifs. Je ne sais pas si dans les faits il y en avait plus, mais c’est l’impression que cela donnait.

Néanmoins, on reste avec une convention à dimension humaine où il est possible de tout faire en une journée. Très honnêtement, la PCE gagnerait à proposer plus de stands et d’animations, mais n’oublions pas qu’il ne s’agit que de la deuxième édition et que c’est déjà très bien ainsi.

Autre amélioration notable c’est l’organisation des activités gérées par la PCE. Ainsi, il y a des salles bien distinctes pour les photoshoots et surtout pour les conférences. Et ça c’est sacrément bien ! La salle de conférence est bien mieux cloisonnée, plus vaste et mieux équipée. C’est beaucoup mieux ainsi et permet de mieux suivre les conférences mais surtout de donner les moyens aux intervenants de nous passionner avec leurs sujets, même si on entend encore beaucoup le bruit ambiant.

Les invités « films et séries » ainsi que les dessinateurs sont dans des espaces bien délimités, clairement identifiables et sont dans de bonnes conditions.

La scène principale, au fond du salon, bien qu’un poil trop petite, était également bien organisée et visible, permettant ainsi de profiter des différents quizz, blind tests et autres concours de Cosplay.

Vraiment, on sent que l’organisation a planché sur l’optimisation de leur agencement et des conditions d’utilisation de leur espace d’animation. Le bénéfice est visible, appréciable et fait plus professionnel.

Mais ce qui fait le charme de cette Paris Comics Expo, c’est l’ambiance. Je trouve que, tout en proposant pas mal de choses, en ayant des invités de renom, la convention a ce côté amateur appréciable. Amateur, pas dans le sens où c’est mal géré, mais dans sens passionné. On sent que les gens partagent la même passion, sont joyeux et sont là pour passer un agréable moment. Pour faire des comparaisons avec d’autres événements (que je ne citerai pas), il y a moins de kikoolol et c’est moins stressant. Les gens aiment les comics, et pour pousser encore plus loin la caricature, ne sont pas du genre à se dire spécialiste du manga, parce qu’ils ont vu tous les Naruto Shippuden, comme dans d’autres conventions . Oui, je sais, je caricature, mais il y a de ça quand même.

Les stands

Outre les invités et les animations, une part importante de l’intérêt d’une convention réside dans les stands, leur qualité et leur nombre. Comme je le disais plus haut, je pense qu’il faudrait qu’il y en ait plus et avec plus de diversité. Je pense notamment à des stands de passionnées, d’associations. Mais en l’état c’est déjà suffisant.

Entre autres, il y a beaucoup de boutiques vendant des produits dérivés : du mug à la figurine en passant par des tee-shirts. Il y avait par exemple une bel étale de t-shirts bien geeks.

 

On pouvait retrouver également quelques librairies, comics shops proposant des comics neufs ou anciens, VF ou VO.

Il y avait également deux boutiques vendant des planches originales. Personnellement, j’adore voir ça, donc ça a été un plaisir de feuilleter les pages. Malheureusement, vu le prix (genre 800-1000 € pour une planche Walking Dead), je n’ai pas craqué.

Outre les boutiques qui étaient là pour faire du business, on retrouvait aussi des stands plus amateurs, avec plus une volonté de partage.

On peut par exemple parler des stands de dessinateurs comme ceux de la WIP Agency ou du Comicverse.

 

D’autres stands dédiés à un univers spécifique étaient également de la partie. On pouvait ainsi voir un sosie du T800 jonché sur sa moto, un Ford Torino de Starsky et Hutch, un stand spécial Ghostbuster ou encore Star Wars ou Stargate.

Il y avait donc de quoi flâner, même si pour être honnête, une journée suffit amplement pour en faire le tour.

Les stands des éditeurs

Un convention dédiée aux comics sans stands d’éditeurs serait une hérésie. Ce n’est donc pas très surprenant de voir que les grands acteurs étaient de la partie.

Le plus grand et le plus beau est sans contexte celui d’Urban Comics. L’éditeur met les moyens pour la PCE avec un stand qui en jette, spacieux et bien fourni. Il sort vraiment du lot, surtout que l’éditeur fait toujours venir des grands noms.

Ensuite on retrouve Panini Comics qui a fait un effort par rapport à l’année précédente, notamment avec la statue de Thor. Mais le stand a clairement une vocation commerciale plutôt que de communication.

Il en va de même avec Delcourt et Glénat Comics. Même si pour ce dernier, on sent qu’ils ont voulu s’affirmer comme un acteur à prendre en compte sur ce marché.

Il y avait également d’autres éditeurs mais plus confidentiels, n’ayant probablement pas les mêmes moyens comme Huginn & Muninn, les éditions Stara, Eyrolles, Overlook Publishing ou encore Graff Comics.

Les invités

La PCE semble se faire une spécialité d’inviter de beaux artistes, par son biais ou via les éditeurs. En effet, il faut différencier les invités de la PCE, de ceux venant grâce aux éditeurs. Les modalités de dédicaces et les disponibilités différent.

Les organisateurs avaient fait venir comme artistes comic : Frank Cho, Joe Benitez, Humberto Ramos et Doug Sneyd.

Côté acteur, ils n’étaient pas en reste avec John Rhys Davies (connu pour être Gimli et avoir joué dans Sliders, Indiana Jones…), David Prowse alias Dark Vador, William B. Davis l’homme à la cigarette dans X-Files ou encore Sid Haig.

Un beau plateau pour couvrir une large part du public (Gimli powaaa !!!). Très honnêtement, j’ai été un peu déçu par les invités comics (car je ne suis pas forcément leurs travaux), préférant ceux d’Urban.

Pour moi, le gros intérêt provenait des invités Urban Comics. Et pour cause, il y avait un de mes chouchous, aussi talentueux, que classe et accessible : Lee Bermejo. Mais il était aussi accompagné de David Finch et Eddy Barrows !
Lisant plus leurs œuvres, ils m’intéressaient sensiblement plus. J’espérais même avoir une dédicace. Mais on y reviendra un peu plus tard. Ces derniers avaient même le droit à un espace spécifique du stand de l’éditeur. Preuve, que l’éditeur chouchoute ses artistes et les aime.

Panini, même s’il accuse un certain retard de ce point de vue là, avait quand même fait venir Carlos Pacheco !
Delcourt lui a fait appel à du talent de nos frontières en la présence de Stéphane Crety et Nicolas Keramidas.
Glénat Comics a lui beaucoup capitalisé sur Humberto Ramos et dans une moindre mesure sur Carine-M et Elian Black-Mor.

Pour ces artistes, il était possible d’avoir des dédicaces avec des systèmes de participation assez clairs et accessibles…. sauf Urban Comics.
Voilà le gros point noir pour ces invités : la gestion des dédicaces et l’organisation d’Urban.
Au départ, il était prévu que les files d’attente ne commencent qu’une heure avant le début des dédicaces, avec le premier arrivé, premier servi. Mais ô surprise, ça ne s’est pas du tout passé comme ça. Ça a été le bordel dès le premier jour, avec une file d’attente monstre et désorganisée.

Moi qui ai voulu jouer le jeu, je me suis fait avoir. Et puis le lendemain, face aux professionnels de la dédicace (que je n’aime pas du tout, mais ce n’est plus un secret), je n’ai pas fait le poids. Très clairement, j’ai beau adorer Lee Bermejo, je n’ai pas envie de passer 5 heures à attendre, dans un coin.

Malheureusement, ceci était complètement prévisible mais Urban semble avoir sous-estimé le problème. J’ai vraiment du mal avec ce principe qui dessert tout le monde. Je pense qu’il devrait y avoir une sacrée remise en question sur les modes de participation. Je veux bien qu’il y ait des psychopathes prêts à se pointer à 5h du matin et poireauter, prêt à faire que ça de la journée. Mais il y aussi ceux qui veulent profiter du salon, et avoir la possibilité de pouvoir avoir un sketch.

Je me fais la même remarque à chaque fois qu’il y a des dédicaces. Je déteste le comportement de quelqu’uns de ces professionnels (toujours les mêmes), de ce sectarisme, de cet individualisme et du fait qu’ils cassent toute envie à des gens normaux mais fans d’avoir accès à ces artistes. J’en viens même à me demander quel est leur rapport au comics et à ces artistes tellement il y a un côté crevard et collectionneur. J’ai du mal à voir l’intérêt du calepin spécial Batman dessiné par de nombreux artistes.

Pour moi, une dédicace c’est un rappel d’avoir pu voir et échanger avec un artiste que j’aime beaucoup. Toutes mes dédicaces (même si j’en ai peu pour le coup) sont encadrées. Chaque jour, quand je vois le dessin sur mon mur, de ce que m’avait David Aja, c’est un plaisir. Ca m’emmerderait qu’il reste au fond d’un calepin. Mais ceci est ma vision des choses, que beaucoup ne semblent pas partager.

Les animations et conférences

La Paris Comics Expo est aussi l’occasion d’assister à de nombreux événements tout aussi intéressants les uns que les autres. Il y a des animations plus festives comme les blinds tests de « Le Blind Test du Geek » ou encore les concours de Cosplay. Mais il y a aussi bon nombre de conférences animées par des spécialistes voulant partager leur amour du comic.

Cosplay

Une convention sans cosplay c’est comme le DCUniverse sans Batman, c’est inimaginable ! Cette année encore, il y a eu beaucoup de cosplayeurs. Et le niveau était assez élevé. Il y avait de superbes réalisations que ce soit pour du Marvel, du DC ou autre films et séries. On sent vraiment les passionnés !
Surtout que ces concours étaient animés de façon très sympa par deux cosplayeurs habitués à cet exercice (d’ailleurs, lui, je l’ai croisé très souvent). Un bon moment ! Chapeau à eux.

Voici quelques exemples :

Conférences

Cette année, la PCE a pas mal mis l’accent sur les conférences avec un programme alléchant. Malheureusement, je n’ai pu me rendre qu’à deux d’entre elles, car intéressantes et surtout animées par deux potos !

La première était animée par Katchoo, de The Lesbian Geek et portait sur « « We can do it » : la grande histoire des héroïnes dans la bande dessinée américaine« . Katchoo a essayé de présenter en 1 heure, les principales héroïnes du comic au cours des dernières décennies, et leur évolution au fur et à mesure du changement des mœurs.
C’est un sujet super intéressant et maîtrisé par l’animatrice. Malheureusement, le sujet était trop vaste pour tenir en une heure, et elle n’a donc pu aller au bout de sa présentation. Mais c’était vraiment très instructif.

L’autre conférence était animé par Jeff, ancien de Comic Chronicles, accompagné par les « Panini Boys »: Jeremy Manesse et Aurélien Vivès. Cela portait sur les 50 ans d’histoire des X-Men. Là aussi, c’était passionnant avec cette rétrospective de l’histoire des X-Men, de leur création à Battle of the atom, en passant par House of M, Onslaught et autres. Nous avons aussi eu quelques infos sur les parutions X-Men des prochains mois chez Panini.

Conclusion

La Paris Comics Expo se développe dans le bon sens. On sent qu’elle a tenu compte des reproches pour proposer quelque chose de plus grand, plus professionnel, plus structuré et encore meilleur. Les améliorations sont visibles et apportent vraiment quelque chose. C’est plus grand, plus aéré, mieux organisé…

La PCE va vraiment se positionner comme l’événement comic incontournable sur Paris. Car tout y est : des beaux invités, des éditeurs, des stands variés et nombreux, de bonnes animations. Mais surtout, il transpire cet amour du comic ! C’est très agréable de voir des gens se rassembler autour de ça et pour ça. Le comic est central, et c’est plaisant que ce soit le cas !

Evidemment, ce n’est pas encore parfait. Je pense notamment à des invités que l’on espère toujours plus nombreux et plus prestigieux, à des animations encore plus folles et nombreuses, à des stands plus variés et plus importants. Mais très honnêtement, la PCE avec tout son sérieux a encore cette dimension humaine, ses passionnés qui font que c’est agréable ! Et 2 jours c’est très bien !

On ne peut que souhaiter qu’elle se développe encore, s’agrandisse et propose encore plus de choses.

Mon seul reproche, à titre personnel, c’est les dédicaces sur le stand Urban Comics. J’en suis sorti hyper frustré alors que j’adore ces artistes. Mais face aux comportements extrêmes de certains, je ne suis pas encore prêt à faire de même et perdre des heures pour ça.

Mais sinon, je serai encore présent pour la prochaine Paris Comics Expo, car c’est toujours un plaisir que de m’y rendre et de retrouver des gens que j’apprécie. Même si je n’ai pas pu parler autant que je le voulais à tout le monde, c’est un plaisir que de retrouver Bagooor, Del Poyo, Jeff, Frank, Fabrice, Katchoo, Olivier

A bientôt !

L’avis de Del Poyo

Kameyoko m’a demandé de partager mes impressions suite à ma venue à la Paris Comic Expo. Déjà c’était bien sympa d’y rencontrer pour la première fois le big boss du blog, ainsi que Bagooor.

Je n’étais pas allé à la première édition du salon, et ce fut donc une totale découverte pour moi. J’étais un peu comme un gosse, car la PCE a commencé pour moi par les interviews de Bermejo, Barrows et Finch. Une expérience inoubliable, sans conteste le meilleur souvenir de cette PCE 2013 ! Des belles rencontres, des échanges agréables, que du bonheur.
Quelques petites choses m’ont un peu déçu durant cette seconde édition, je commencerai par là. Le concours de cosplay est sérieusement à revoir : on ne comprend pas trop comment le jury vote pour le meilleur costume… Ensuite, les invités (Dave Prowse et John Rhys Davies) ont été invités sur la scène pour… rien ! WTF ? On a eu droit à une heure de séance photo avec les stars pour les cosplay. Dommage.

Un petit coup de gueule ensuite pour les éditions spéciales PCE du numéro 1 de Justice League et le numéro 4 de Age of Ultron qui étaient vendu à 20€ (je vous rappelle que le prix normal est à 5€ environ) !!!! Non mais oh !
A part ça, on espère simplement que la troisième édition sera encore plus grande, avec encore plus de conférences ! Encore plus d’auteurs ! Car la PCE cette année, c’était surtout du comic-shop. Pour ceux qui aiment fureter à la recherche de trésors, c’est l’endroit idéal ! En ça je me suis vraiment régalé.
Vivement l’édition de 2014 !!

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Reviendrez-vous ?

 

Voici une galerie de quelqu’unes de mes photos. Désolé pour la qualité !

2 commentaires »

  1. Le Blind-Test du Geek 11/02/2014 at 00:13 -

    Bonjour, en tant qu’organisateur du Blind-test du Geek, je tenais à vous remercier (même si cela fait un petit moment maintenant) d’avoir mentionner le nom de l’activité dans votre compte-rendu- merci beaucoup !

  2. Kameyoko 11/02/2014 at 17:17 -

    @Le Blind Test du Geek : C’est qu’une toute petite mention, mais j’ai vraiment trouvé l’animation sympa et pointue. J’ai été étonné par le niveau des participants également.

    Pour moi, c’est ces petites animations qui font le charme d’une convention (manque juste des chaises^^).

    Par contre, il n’y avait pas une mention de Gundam, notamment lors du jeu des silhouettes. Ca c’est honteux !! faire fi de cette oeuvre culte pfff ^^ 😀

Laisser un commentaire »