. [Compte-Rendu] Appartement, à la découverte de la Playstation 4 | Fant'asie
Kameyoko 17/10/2013 0

[Compte-Rendu] Appartement 4, à la découverte de la Playstation 4

Impressions sur la PS4 et ses premiers jeux

Le Vendredi 11 octobre, Fant’Asie a été convié à l’événement Appartement 4 par Playstation. Sous ce nom mystérieux (bien que laissant facilement deviné le contenu), se cachait une soirée dédiée à la Playstation 4 et à ses premiers jeux. L’occasion de se faire un avis plus précis de la bête.
Malheureusement, suite à un imprévu de toute dernière minute, je n’ai pu m’y rendre comme prévu.
Et c’est Sarra K., que vous pouvez retrouver sur Twitter, qui a la gentillesse d’y aller à ma place. Un grand merci à elle.

Voici donc son compte-rendu et ses premières impressions.

Compte-Renu signé Sarra K.

Nous avons eu le plaisir d’avoir été invités à découvrir la très attendue nouvelle console de Sony Computer Electronics, la Playstation 4 (ou PS4 pour les intimes) à l’Appartement 4, petit loft cosy et éphémère de 400m² entièrement dédié à l’univers PS4.

Décoration, spots lumineux, fauteuils design, hôtes et hôtesses pour vous servir; tout appelait à son observation, son appréhension et à sa découverte. Certains timides s’approchent des boîtiers sous plexiglas, yeux pétillants de curiosité, tentant de prendre une photo malgré la luminosité peu propice: elle est belle, extrêmement fine, ultra design, et on a très envie de la montrer dans son salon. D’autres n’hésitent pas à prendre les accessoires en main: manettes et autres visiocasques HMZ T2 sont à a disposition de chacun pour peser, comparer, essayer. Et c’est ce qu’ont déjà entamés les plus téméraires : installés silencieusement au fond de leurs fauteuils très confortables (j’insiste) ils sont déjà prêts à en découdre avec le nouvel engin.

Et moi aussi, évidemment. Après avoir erré dans les différentes salles et avoir suffisamment observé mes confrères derrière leurs manettes, j’ai décidé, d’un pas assuré, d’aller m’installer derrière le premier jeu qui me paraissait chouette (et dont le fauteuil était opportunément vide) : Knack (studio Sony, par les créateurs de Crash Bandicoot). Après quelques explications vagues sur le gameplay et les contrôles par une hôtesse de bleu vêtue, j’entame donc mon expérience avec la demoiselle (la PS4 évidemment).

Première impression: la manette est bien plus large et ses poignées plus longues et fines. Elle est plus légère, et les vibrations sont bien moins fortes que sur la dual choc, qui du coup passe instantanément au rang de gros tracteur. Quelques différences notables : les gâchettes sont désormais cliquables, un peu plus petites et me paraissent davantage pratiques. Le bouton Start a disparu (ce qui fait bizarre quand on le cherche) pour laisser place à un bouton Options et le bouton Select est remplacé par un bouton Share, car dans cette nouvelle console, tout est propice au partage. On veut en découdre pour de bon avec le mythe du gamer solitaire : aujourd’hui on partage toujours ses trophées mais aussi ses scores, ses photos ou encore ses screenshots avec la communauté. Une nouvelle fonctionnalité également à cette manette : le touchpad, que je n’ai malheureusement pas eu l’occasion d’utiliser dans les démos jouées mais qui vraisemblablement permet d’accéder aux menus plus rapidement dans certains jeux.

Après ce choc de la nouvelle manette, je me lance dans Knack. Visuellement, rien à redire : le jeu est fluide, l’image est particulièrement lumineuse et très colorée (téléviseur Sony bien sûr). Quelques difficultés à appréhender le fait que le joystick droit ne dirige pas la vision (bien dommage quand comme moi, on aime bien savoir ce qui va se passer sur les prochains 500 mètres), le personnage doit taper sur des objets pour devenir plus fort, acquérir des XP pour des attaques spéciales et ainsi détruire encore plus d’ennemis dans sa quête. Un jeu loin d’être original et dont la démo ne nous permet pas d’en savoir suffisamment pour avoir le coup de foudre. Dommage !

Manque de pot, entre temps un petit attroupement s’est formé devant la porte de la salle d’Assassin’s Creed IV: Black Flag, qui paraissait vraiment très beau. A charge de revanche.

Direction le rez-de-chaussée pour découvrir les deux jeux qui me bottaient le plus : FIFA 14 et Drive Club. Installation derrière Drive Club en premier: on se fait vite à la manette qui a vraiment une excellente prise en main, on se fait prendre en photo par la PlayStation Camera pour identifier sa course, on choisit entre deux voitures (oh, seulement ?) et c’est parti ! Et c’est là qu’on se prend une petite baffe dans la figure, car dans Drive Club, tout est fait pour que l’expérience du joueur soit optimisée. Je ne m’étalerai pas sur la superbe imagerie et le son qui l’accompagne, ni sur le seul circuit qu’on a pu essayer mais qui était vraiment agréable. Retenez seulement ceci: à partir du moment où on touche aux gâchettes, on comprends tout de suite l’impact que les petites modifications citées plus haut peuvent avoir sur le gameplay, et je n’en garderai que trois mots : facilité, optimisation, fluidité.

Après avoir passé un petit quart d’heure à tenter de battre les meilleurs scores à Drive Club, et à ravaler ma défaite au baby-foot, j’ai également pu tester FIFA 14. Alors autant vous dire que je suis une quiche en jeux de foot, et que avant la sortie de FIFA 14, ma dernière expérience remonte au jeu Coupe du monde 98 sur PSOne, qui m’avait traumatisée. Quand j’ai découvert FIFA 14 sur PS3 j’ai été assez bluffée, déjà parce que visuellement ça changeait pas mal de Coupe du Monde 98, et puis surtout, ça m’a quand même paru beaucoup plus facile à jouer. Même facilité sur la version PS4, avec néanmoins des actions bien plus marquées et vraisemblablement une difficulté accrue pour marquer les buts (selon mon adversaire puisque moi, pour l’instant, je n’en mets pas encore). L’image paraît également optimisée vs la version PS3 (Messi est encore plus beau), et la prise en main de la manette toujours aussi agréable (autant dire que c’est un soulagement). Je pense qu’avec un 4-1 puis un 2-0 je m’en suis pas trop mal sortie.

Un dernier tour pour observer les quelques jeux indépendants Octodad et Contrast et direction la salle où nous est présenté la démo non jouable de Killzone Shadow Fall sur écran géant et en dolby 5.1. Autant dire que c’est impressionnant, sanglant, plein de couleurs, avec des attaques et de nouvelles armes qu’on a bien envie d’essayer, mais la démo nous laisse en suspend trop vite pour pouvoir le différencier des autres FPS sur le marché. Il faudra attendre le test entier avant d’en tirer une conclusion.

En parlant de conclusion, quelques derniers mots pour résumer cette expérience sur la nouvelle console : de belles évolutions sur le design du boitier et des manettes, un line-up prometteur mais à découvrir entièrement car les démos sont bien trop courtes. On regrette de ne pas avoir pu découvrir l’interface de la console et ses autres fonctionnalités comme celle du lecteur Blu-Ray (3D, 4K notamment), le PS Store, ou encore Video et Music Unlimited.

Laisser un commentaire »