. [Cinema] X-Men : Days of Future de Bryan Singer | Fant'asie
Kameyoko 21/05/2014 4

Critique de X-Men : Days of Future de Bryan Singer

Le X-Men attendu et rêvé ?

Quel geek n’attend pas ce X-men : Days of Future Past ? Nous y sommes enfin, l’heure de voir le retour de Bryan Singer aux manettes d’une adaptation ciné des X-Men. Et pas n’importe lequel.

Ce X-Men : Days of Future Past est d’un enjeu capital pour la 20th Century Fox. Déjà, le succès ou non du film risque de conditionner l’avenir des Mutants au cinéma et notamment les Spin-off annoncés et un futur probable X-Men Apocalypse. Ensuite l’enjeu est aussi financier car le budget de 250 millions de dollars est le 2ème plus gros budget jamais proposé pour un film par la 20th Century Fox.

Ce film est-il à la hauteur des attentes ?

 

X-Men : Days of Future de Bryan Singer avec James McAvoy, Michael Fassbender, Hugh Jackman, Jennifer Lawrence… est distribué par 20th century Fox et sort aujourd’hui 21 mai 2014 dans nos salles française.

Résumé de X-Men : Days of Future Past

Synopsis :

Les X-Men envoient Wolverine dans le passé pour changer un événement historique majeur, qui pourrait impacter mondialement humains et mutants

Le meilleur film X-Men ?

C’est un euphémisme de dire que la communauté geek attend avec impatience ce X-Men : Days of Future Past. Et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, un film X-Men reste un événement, malgré quelques ratés qui ternissent le tableau (X-Men3, X-Men Origins : Wolverine voir Wolverine, le combat de l’immortel). Ensuite, c’est le grand retour de Bryan Singer, qui avait déjà œuvré sur les 2 très bons premiers films X-Men. Cette fois-ci il a eu un budget de 250 millions de dollars et une pluie de guests et de mutants à disposition. Et enfin dernier argument c’est que l’histoire, basé sur un des meilleurs arcs du comic X-Men, à base de voyage dans le temps, de sentinelles… est hyper prometteur.

Pourtant, de nombreux doutes subsistent et font qu’il y a une certaine appréhension. Parmi ces derniers, on peut citer le personnage de Vif-Argent, qui semble ridicule sur les photos, la crainte d’un Wolverine éclipsant le reste et enfin une multitude de rôles, de mutants, de guests faisant penser à X-Men 3 et donc avec la peur de leur présence juste pour faire du fanservice.

Mais rassurez-vous, nous sommes beaucoup plus dans la bonne surprise que la mauvaise. Pour lever certains de vos doutes, Bryan Singer n’est pas tombé dans les pièges cités plus haut.
Wolverine bien que central, car c’est lui qui lie les deux époques, agit plus comme un catalyseur. Ce n’est pas le personnage principal, ce n’est pas lui le héros. L’accent est mis sur le trio Xavier, Magneto, Raven (Mystique). Et ce choix est payant puisque les relations entre eux sont passionnantes, bien construites et centrales. Chaque personnage est bien travaillé, développé et avec une vrai profondeur.

Pour ce qui est de Quicksilver (Vif-Argent en français) on est loin de la mauvaise première impression. Dans les faits, il est badass et s’offre même une des scènes les marquantes du film. Et ce d’autant plus qu’il ne fait pas que de la figuration. Il offre également quelques moments plus légers et de l’humour. Même son design ne choque pas dans le film. Pour les connaisseurs, les petits clins d’oeil à sa filiation ou non à Magneto ou Wanda sont sympas.

Pour ce qui est des guests, il y a effectivement beaucoup de mutants, nouvelle ou ancienne génération. Parmi les nouveaux on peut citer Bishop, Blink, Warpath… Il y a bien sûr un côté fanservice, mais globalement leur présence se justifie ou apporte quelque chose. Je reste néanmoins un peu déçu par Malicia, Colossus et le Crapaud. La bonne surprise est pour moi Blink.

Au-delà de ça, Bryan Singer a réussi son pari et nous propose un film maîtrisé, abouti et qui redéfinit l’univers des X-Men. Il a parfaitement réussi à saisir l’essence des films précédents.

D’emblée, le réalisateur place la barre haute, avec une scène dans ce futur apocalyptique, où les mutants sont traqués par des Sentinelles surpuissantes. Il introduit les enjeux de ce film de façon très convaincantes. Les mutants sont au bord de l’extermination et le monde souffre. Le dernier espoir réside en Kitty Pride et Wolverine. Avec l’aide de la jeune mutante, le griffu doit retourner dans les années 70 pour empêcher ce futur.
L’élément déclencheur sera l’assassinat de Bolivar Trask, créateur des Sentinelles, campé magnifiquement par Peter « Tyrion » Dinklage, par Mystique. A partir de là, on comprendra que tout le futur va être lié à Mystique/ Raven.

Singer va énormément s’appuyer sur ce qui a été fait sur X-Men : Le commencement. La grosse majorité du film repose sur les personnages et acteurs de cette génération. On retrouve donc l’importance du contexte politique de l’époque, avec quelques clins d’oeil à notre histoire, comme l’assassinat de JFK.
Il y développe des thèmes, chers aux mutants, comme l’évolution, l’opposition mutants/ humains, les risques d’extinction, l’opposition de vision de la cohabitation avec les humains entre Magneto et Xavier, l’importance des actes et décisions, les enjeux sur le futur… Et tout ça se révèle extrêmement passionnant. Le réalisateur développe vraiment ces thèmes et ses personnages pour livrer un film plus intelligent que le budget et le casting laissaient supposer. On en viendrait presque à regretter qu’il n’y ait pas plus d’action. Singer est vraiment très à l’aise avec la mythologie mutante et, pour moi, livre un film qui sent bon les X-Men !

Clairement, c’est un très grand film X-Men, passionnant de bout en bout, bien écrit, avec de vrai thèmes et enjeux. En plus, il se permet le luxe de redéfinir un peu la continuité des films X-Men, et d’effacer certaines erreurs des films précédents.

Les personnages sont également bien développés et le trio Erik/ Xavier/ Raven est central et porte le film. Surtout que Michael Fassbender, James McAvoy et Jennifer Lawrence sont excellents. On retrouve ainsi un Xavier en dépression, meurtri par les événements de X-Men : le commencement. Il est bien loin du professeur Xavier que l’on connait. Magneto, lui, est toujours obnubilé par la survie des siens et son opposition idéologique avec Xavier est passionnante. On voit bien que ses convictions lui dictent ses actes et qu’il ne reculera devant rien. Raven/ Mystique est sur le fil du rasoir. Elle est en passe de passer du côté des « méchants » mais tout en étant encore « gentille ».

 

Ces personnages sont donc loin d’être manichéen et sont d’une densité incroyable.
Au-delà de ces protagonistes gravitent toute une galerie de personnages qui présentent tous un intérêt. Que se soit Bolivar Trask, le jeune Stryker, les X-Men du futur, le Fauve/ Hank McCoy, Wolverine, Pietro Maximoff… J’ai juste été un peu déçu par le Fauve. Je ne le trouve pas très convaincant et réussi quand il est en mode « bestial ».

Pour rien enlever à tout ça, la réalisation de Bryan Singer est très bonne. C’est lisible, fluide et avec quelques bonnes idées de mise en scène. Je pense notamment aux passages avec Quicksilver ou encore ceux avec Blink. Je regrette juste un peu qu’on est pas plus de scène dans le futur, qu’on ne voit pas plus que ça ce monde devenu apocalyptique.

Pour conclure, X-Men : Days of Future de Bryan Singer est une franche réussite et est probablement le meilleur film X-Men fait à ce jour. Le pari audacieux est relevé pour nous livrer un film spectaculaire, maîtrisé, avec de vrais enjeux, des personnages profonds, une dramaturgie épique… Le film plaira autant aux habitués du comic (même s’il y a quelques modifications importantes par rapport au matériel de base), qu’aux plus néophytes. En revanche, il est nécessaire d’avoir au moins vu X-Men : Le commencement pour l’apprécier à sa juste valeur.
Le réalisateur a parfaitement éviter les pièges que l’on redoutait. Bryan Singer is back, et ça fait du bien ! Il maîtrise son univers et parvient à nous embarquer avec lui sans aucune difficulté. Le film n’est pas parfait, avec de très minimes longueurs, une envie d’avoir plus d’action, le manque de scènes dans le futur, des petits errements dans le scénario (je pense notamment au pourquoi de l’importance de Mystique ou encore comment Kitty Pride arrive à envoyer Logan dans le passé).

En tout cas nous avons là un vrai blockbuster, dense, geek, jouissif et dans l’esprit de son matériel de base !! C’est le X-Men : Days of Future Past qu’on espérait !

4 commentaires »

  1. F2p Prime 21/05/2014 at 11:16 -

    Bon, maintenant que je sais qu’il est majoritairement considéré comme bon ou très bon, je dois me réserver un créneaux pour bien en profiter.

    Hummm, vais peut être me refaire le précédent d’abord.

    Si j’ai bien compris, toujours pas de Diablo… Il reste l’un de mes x-men préféré. Il mériterait une scène montrant qu’il est un épéiste hors pair …

  2. Dionysos89 21/05/2014 at 15:55 -

    Classe ! Hâte de le voir évidemment.

  3. Del Poyo 02/06/2014 at 22:05 -

    Tout à fait d’accord avec toi ! Le retour de Singer fait du bien à la franchise !

    Attention, à la suite : spoiler possible !!!

    Je ne comprends pas le choix d’utiliser Mystique et pas Malicia pour les Sentinelles. Mystique ne copie que l’apparence, pas les pouvoirs. J’ai trouvé cet aspect un peu troublant. Comme tu l’as dis, il y a quelques points faibles, et celui-là est le principal à mon goût ^^ Qu’en penses tu ?

  4. Kameyoko 03/06/2014 at 11:58 -

    @Delo Poyo

    *****Attention Spoiler inside*******

    Pour Mystique, moi aussi je n’ai pas compris. Je ne vois pas le rapport entre son sang et la possibilité aux Sentinelles de changer et s’adapter. Très franchement, je trouve que c’est même bancal, mais bon, on passe outre. Ca aurait été plus logique de partir sur les pouvoirs de feu Darwyn. Même Malicia ça passait mieux.

    Tout comme pour Kitty Pride, il fauta accepter ce nouveau pouvoir qui sort d’on ne sait où

Laisser un commentaire »