. [Cinema] Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 | Fant'asie
Kameyoko 26/04/2017 0

Affiche Gardiens de la Galaxie 2

Critique du film Les Gardiens de la Galaxie Vol. 2 de James Gunn

La famille des Gardiens de la Galaxie

Avec beaucoup de plaisir j’ai eu l’occasion de voir les Gardiens de la Galaxie 2. La qualité du premier, le casting annoncé : Kurt Russel, Sylvester Stallone…, les personnages annoncés : Ego, Mantis, le retour de Yondu et Nebula… tout cela me donnait très envie.

James Gunn a-t-il su renouer avec le succès ? Propose-t-il quelque chose de nouveau ?

Les Gardiens de la Galaxie 2 de James Gunn, avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista… est distribué par Disney et sort sur nos écrans le 26 avril 2017.

Résumé des Gardiens de la Galaxie Vol. 2

Synopsis :

Musicalement accompagné de la « Awesome Mixtape n°2 » (la musique qu’écoute Star-Lord dans le film), Les Gardiens de la galaxie 2 poursuit les aventures de l’équipe alors qu’elle traverse les confins du cosmos. Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu’ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill. Les vieux ennemis vont devenir de nouveaux alliés et des personnages bien connus des fans de comics vont venir aider nos héros et continuer à étendre l’univers Marvel.

Est-il à la hauteur du 1er ?

Depuis maintenant quelques années, Marvel Studio nous a habitué à sortir plusieurs titres chaque année. Cette années 2017 commence donc avec ce Gardiens de la galaxie Vol. 2. Après un premier volet franchement réussi, qui s’est avéré être une bonne surprise, James Gunn continue de porter cette franchise, en réalisant aussi la suite.
Les ingrédients du succès se trouvaient dans le côté space-opéra, cette ambiance colorée, une cool attitude, du fun et une bande-son rétro. Le tout donnait un côté punchy et surtout donnait une vraie personnalité à ce groupe de super-héros qui n’avait pas la renommée de ses illustres prédécesseurs. Ce n’est pas pour rien qu’on retrouve quelqu’uns de ses ingrédients dans ce que nous donne à voir la bande-annonce de Thor : Ragnarok.

J’avais donc hâte de voir comment Gunn allait réutiliser ses éléments et nous proposer quelque chose de nouveau. Avec toujours la crainte que ce dernier se repose sur ses lauriers et ne tombe dans le piège de la sacro-sainte punchline pour de la puncline, sans fond.
Et paradoxalement, Gunn tombe parfois dans ce piège, tout en sachant l’éviter également. Il tombe dans le piège de la suite qui en propose toujours plus : plus de vannes, plus de persos, plus d’actions, plus de cool, plus de sons… Mais majoritairement, il s’en sort bien.

En fait, il a oublié un élément important : la surprise. Ce qui était frais, assez nouveau dans le 1, ne l’est plus ici. Donc la nouveauté n’est pas là, et on s’attend à ce genre d’ambiance et de style. Et là-dessus, le réalisateur ne se renouvelle pas, préférant s’appuyer sur ce qui avait fait le succès de son précédent volume. C’est assez flagrant sur les blagues et les punchlines. Certaines sont magnifiques et font mouche, comme celle tournant autour de Drax et Mantis, d’autres paraissent forcées et tombent un peu à plat. Il y a parfois ce côté facile et gratuit qui transpire l’ajout pour juste donner du « grain à moudre » au côté fun. Mais quand c’est forcé, ça se ressent et ça manque de fluidité.

Gardiens de la Galaxie 1Ensuite, le film a du mal à se mettre en route. Le film débute rapidement avec une scène assez géniale, voyant le groupe des gardiens de la galaxie affronter un monstre tentaculaire et pas très amical. La scène serait banale si Gunn n’avait pas eu la superbe idée de suivre Baby Groot. Ce dernier va brancher la sono pour balancer le son de Star Lord, et groover desssus, avec en fond l’équipe qui lutte contre cette créature. Ce décalage entre un Baby Groot dansant, alors que les autres combattent, est terriblement bien faite et met en confiance sur la suite. D’emblée, James Gunn nous annonce la couleur de coolitude ! Mais la suite est un peu plus poussive, avec une longue mise en place vers le point d’orgue du film où tout le monde converge. Car avant cela, les différents personnages seront amenés à vivre leurs aventures en petit groupe, en intégrant ou non des nouveaux personnages ou d’anciens personnages secondaires.
Or cette partie, bien que distrayante car fun, avec quelques bonnes vannes, de l’action, des caméos de dingue, peine à convaincre faute d’un véritable enjeu, d’une menace. Il faut attendre la fin pour avoir la révélation de la vraie menace d’envergue contre laquelle devront lutter tous ces personnages. Mais cela n’empêche pas d’avoir de nombreux « adversaires » plus ou moins méchants et de multiples rebondissements. Mais il manque un certain souffle épique dedans.

Surtout que le scénariste/ réalisateur tente de jouer la carte des liens familiaux, d’amitié et autres, mais pas toujours avec succès. Je ne spoilerais rien en ce qui concerne Star-Lord dont sa filiation est centrale dans l’intrigue. Mais il n’est pas le seul à voir ses relations avec les autres et ses racines mises en avant. Gamora, Nebula, Rocket, Yondu… également. Mais si pour certains c’est une réussite, pour d’autres ça l’est nettement moins. Je pense notamment à Nebula qui évolue d’une façon peu convaincante.

Dans le scénario, il y a également un rebondissement qui m’a un peu perturbé, mais je ne peux pas trop en parler sans spoiler des trucs trop importants.

Ces défauts sont abordés car je suis exigeant sur cette licence, et que j’aimerai qu’on s’approche de la perfection. Il ne faut, néanmoins, pas oublier que le film regorge de qualités. Réellement l’univers space-opéra, très coloré, avec des personnages forts est toujours aussi subjuguant. Ce Gardiens de la Galaxie 2 a toujours une personnalité forte et on s’attache toujours autant à ces personnages forts, pas avare en punchlines et en coolitude. Star-Lord a toujours cette tchatche, cet amour pour ses « Awesome Mix« , Rocket est toujours incisif et charismatique, Baby Groot garde son statut de mascotte (j’avais peur qu’on abuse de ce personnage, mais ce n’est pas le cas). Drax gagne aussi en coolitude avec des punchlines d’une redoutable efficacité liées à Mantis. Seule Gamora me parait perdre en intérêt. Au-delà du groupe original, de nombreux personnages viennent compléter la galerie comme Mantis, juste excellente, Ego, Ayesha… Et des connaissances viennent prendre de l’importance dont l’excellent Yondu, Nebula ou encore Kraglin. Et globalement tous ces personnages nouvellement introduits ou réutilisés apportent quelque chose.

null

La dernière partie est passionnante, avec des vrais enjeux, des purs moments d’action, contrebalancés par des phases humoristiques dont le fameux « don’t push this button » de la bande-annonce et des passages plus dramatiques avec au cœur des enjeux les différents liens unissant les divers personnages.

En plus Gunn dissémine un paquet de références, plus ou moins subtiles et des nombreux caméos. Et certains sont succulents ! Mais je vous laisse découvrir en quoi. Les scènes post-génériques sont de la partie, et il y en a pas que 2. Donc restez bien jusqu’à la fin. Par contre, la scène la plus « teasing » ne va être compréhensible que les vrais amateurs des Gardiens de la Galaxie.

Pour conclure, Les Gardiens de la Galaxie 2 de James Gunn, avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista… veut proposer plus de tout ce qui avait fait le succès. mais il perd la spontanéité pour forcer certains points. Pourtant, ça reste un très bon divertissement, plein de charme et de personnalité et un titre vraiment à part dans le MCU. Mais, j’ai trouvé le premier de meilleure qualité. Gunn est un peu tombé dans le piège de la surenchère, qui même si elle fonctionne la plupart du temps, tombe à plat parfois. C’est trop forcé quelque fois.
De plus, je trouve la mise en place un peu longue et manquant de piment. Mais le réalisateur se rattrape sur la fin pour procurer un plaisir proche du premier.
J’ai beaucoup aimé les clins d’œil, caméos mais surtout les personnages utilisés. Yondu et Mantis sont géniaux. Ego est bien travaillé. Nebula reste un peu secondaire mais sans être dénuée d’intérêt.

James Gunn confirme qu’il aime ses Gardiens, son univers mais peine légèrement à se renouveler. Mais il ne faut pas bouder son plaisir car il est réellement présent. Si 3 il y a, espérons que Gunn ne se repose pas sur ses lauriers et apporte un peu de nouveautés.

Laisser un commentaire »