. [Cinema] L'Odyssée de Pi de Ang Lee | Fant'asie
Kameyoko 13/12/2012 3

L'Odyssée de Pi d'Ang Lee

Critique de L’Odyssée de Pi de Ang Lee

Tiré du best-seller de Yann Martel

Cette fin d’année au cinéma est riche en bons et/ ou gros titres, entre les Le Hobbit, Argo, Les Mondes de Ralph, Les Cinq Légendes, Skyfall nous avons également l’Odyssée de Pi, le nouveau Ang Lee. Le réalisateur oscarisé adapte au cinéma le livre l’Histoire de Pi de Yann Martel paru en 2001.
Cette adaptation a connu quelques déboires, étant passée entre plusieurs mains, pour finalement atterrir dans celles d’Ang Lee. L’occasion pour le réalisateur de s’imposer définitivement comme un des grands réalisateurs contemporains.

Y parvient-il avec ce film ?

L’Odyssée de Pi (Life of Pi en VO) de Ang Lee avec Suraj Sharma, Irrfan Khan… sortira sur nos écrans le 19 décembre. Il est distribué par 20th Century Fox.

Résumé de l’Odyssée de Pi

Résumé :

Après une enfance passée à Pondichéry en Inde, Pi Patel, 17 ans, embarque avec sa famille pour le Canada où l’attend une nouvelle vie. Mais son destin est bouleversé par le naufrage spectaculaire du cargo en pleine mer. Il se retrouve seul survivant à bord d’un canot de sauvetage. Seul, ou presque… Richard Parker, splendide et féroce tigre du Bengale est aussi du voyage. L’instinct de survie des deux naufragés leur fera vivre une odyssée hors du commun au cours de laquelle Pi devra développer son ingéniosité et faire preuve d’un courage insoupçonné pour survivre à cette aventure incroyable.

Une odyssée étourdissante

L’Odyssée de Pi est donc tiré d’un livre écrit par le canadien Yann Martel et réputé inadaptable. C’est le défi que s’est fixé le talentueux Ang Lee (Le Secret de Brokeback Mountain, Tigre et Dragon, mais aussi Hulk, mais ça on va le taire…). Après une conception périlleuse, où le film est passé entre plusieurs mains, c’est au réalisateur taiwannais que revient le loisir de réaliser ce film complexe.

Complexe, car sur le papier, il n’est pas très vendeur : raconter le périple d’un indien en pleine mer, accompagné par un tigre de Sumatra, sur fond de spiritualité et d’image métaphorique, ce n’est pas ce qui emballe le plus. Mais pourtant l’Odyssée de Pi est une réussite aussi bien sur le fond que sur la forme. Un film aussi inhabituel qu’ensorcelant.

Le film se décompose en deux grosses parties, auxquelles on peut rajouter l’épilogue. La première nous présente le jeune Piscine Molitor « Pi » Patel, jeune indien, vivant avec ses parents, qui possèdent un zoo, et son frère Ravi à Pondichery. On y apprend l’origine de son drôle de prénom, pourquoi on l’appelle Pi, sa relation avec le zoo, ses premiers émois amoureux, sa rencontre avec le Tigre s’appelant Richard Parker

Mais on y voit surtout un jeune homme en quête de réponses sur son existence, à la recherche de spiritualité. Il va ainsi adopter 3 religions : l’hindouisme, l’islam et le christianisme. Cette dimension spirituelle et de croyance est centrale tout au long du film. Cette phase n’est qu’un moyen de nous donner les clés de ce qui va suivre.

Le spectateur est plongé dans une Inde colorée qui invite au voyage et à la spiritualité. La galerie de personnages est attachante que ce soit le jeune Pi, sa dulcinée ou encore ses parents. Ang Lee, tout en étant encore loin du coeur du film, parvient à nous envoûter et à placer sur le devant de la scène le monde animal et la spiritualité.

Mais tout va changer quand le zoo et la famille Patel vont devoir déménager au Canada. Sauf qu’en pleine mer, le navire va sombrer !

Et Pi va se retrouver sur un canot de sauvetage, avec pour seule compagnie un Zèbre, une Hyène, un Orang-outan et enfin le fameux Tigre : Richard Parker. Va dès lors commencer un film différent, basé sur la survie en mer. Mais fort heureusement, cette survie, bien qu’étant complètement centrale dans le récit, sert aussi de vecteur pour des thèmes plus philosophiques et plus profonds.

Alors certes, on va voir comment Pi va tenter de survivre durant ces quelques 227 jours, en pleine mer, avec pour compagnie un tigre, mais c’est surtout une quête initiatique, emprunte de questionnements.
Ainsi les thèmes abordés sont nombreux comme le dépassement de soi, le fait de grandir dans l’adversité, la place de toute chose dans l’univers, l’importance de croire, le respect de la vie et la puissance de la nature…

Il m’est difficile de critiquer ce film qui sort des chemins balisés hollywoodiens. Le réalisateur ne prend jamais son spectateur pour un idiot. Il ne lui livre pas sa vérité, ne lui explique pas tout. Il laisse chacun se faire son film, son interprétation. Il laisse le soin à chacun d’analyser et interpréter ce qui nous ai montré. On sent la volonté de plonger le spectateur dans ce cheminement, cette volonté que chacun interprète ce qu’il voit. Ang Lee semble matérialiser la célèbre maxime « Qu’importe l’issue du chemin quand seul compte le chemin parcouru ».
La relation entre Pi et Richard Parker est juste magnifique et ô combien métaphorique. Le tigre ne tombe jamais dans l’anthropomorphisme. Il reste une bête sauvage. Néanmoins, les deux vont apprendre à coexister et survivre chacun de son coté mais ensemble; chacun puisant chez l’autre la force permettant de continuer.

Les évènements sont abordés avec une maitrise narrative et visuelle impressionnante, avec toujours une portée qui va au-delà des images, et une dimension spirituelle et métaphorique enivrante. Pourtant, le tout est fait avec simplicité comme pour inviter le spectateur à plonger corps et âme dans cette dimension. Il n’y a pas de condescendance, ni de volonté d’imposer la vision du réalisateur.

Ce qui est également étonnant avec cette Odyssée de Pi c’est que la forme et la mise en scène sont au service de ce récit onirique et spirituel. Ang Lee nous offre des moments de pures beautés, poétiques et envoûtants. On peut citer les passages avec les poissons volants, avec la baleine, ceux sur l’île ou encore les méduses. Autant de moments contemplatifs qui émerveillent le spectateur. Je suis resté subjugué par certains passages. Tout est mis au service du dépaysement et de l’immersion, que ce soit dans la réalisation ou dans les effets numériques, que dans une utilisation intelligente de la 3D.

Le film se conclue sur un épilogue subtil et intelligent qui est un condensé de ce qui fait la magie de ce film. Tout le film peut être revu différemment par la prisme de cet épilogue. Mais Ang Lee propose des pistes, mais ne donne pas la réponse. Une nouvelle fois, c’est au spectateur de se faire son avis et de combler les trous.
Toute la narration mise en place prend son sens avec lui. Il met en exergue la prédominance de la foi et de la croyance, tout en soulignant l’aspect métaphorique. Cela vient conclure ce voyage initiatique plein de sagesse, d’intelligence et de maîtrise. Magique !

Pour conclure, l’Odyssée de Pi est un film inoubliable, magnifique et envoûtant. Il sort tellement des chemins balisés d’Hollywood, qu’il risque de passer à coté de son public. Pourtant c’est un film rare, d’une maîtrise narrative et technique étourdissante. Sur cette idée de survie en pleine mer, à priori commune, Ang Lee, nous livre un récit peu ordinaire, au multiple niveaux de compréhension et d’interprétation. On se laisse bercer par l’imaginaire de Yann Martel porté à l’écran par ce réalisateur, tel le canot de Pi ballotté au gré du bon vouloir de la nature. Le spectateur n’est jamais pris pour un idiot, car le film invite à la réflexion sur ses propres croyances et sa spiritualité. Sans aucune volonté moralisatrice, sans chercher à imposer une vision, l’Odyssée de Pi est juste rare, intelligent et terriblement passionnant et magnifique !

J’espère qu’il arrivera à conquérir le public, et ce même après le probable raz-de-marée le Hobbit. Découvrez-le !

3 commentaires »

  1. blu ray 14/12/2012 at 09:08 -

    Je vais profiter des fêtes de fin d’année pour aller le voir avec mon fils, on a tous les deux très envie de découvrir cette histoire 🙂

  2. Kameyoko 14/12/2012 at 15:09 -

    @Blu Ray : Il faut y aller. C’est pas si fréquent des films de ce genre.

  3. Isabelle 26/12/2012 at 13:06 -

    Ce film a l’air passionnant, mon prochain cinéma sera pour ce film.
    Je n’entend que des bonnes choses sur L’Odyssée de Pi.
    Une histoire magique entre un homme et l’animal.

Laisser un commentaire »