. Bullet Armors – tomes 1 et 2 de Moritya | Fant'asie
Kameyoko 06/05/2014 0
  • Scénario
  • Graphisme

Bullet Armors – tomes 1 et 2 de Moritya

Bullet Armors est une des dernières nouveautés de Kana. Ce shônen, avec son synopsis, sa couverture semble jouer la carte du shônen classique et qui s’adresse à un lectorat plutôt jeune.

Mais est-ce que cette impression se confirme à la lecture ?

Bullet Armors – tomes 1 et 2 de Moritya sont édités par Kana et sont disponibles à la vente depuis le 07 mars 2014

Résumé de Bullet Armors 1 et 2

Résumé du tome 1 :

Nous sommes à une époque où les humains cohabitent avec les « Tremors », des machines dotées d’une volonté propre.Ion, jeune garçon curieux, franchit le mur de la ville pour partir à l’aventure avec pour seul compagnon Bullet, un Tremor avant-bras droit, tombé du ciel. En route vers le monde des adultes ! Ainsi débute un récit d’aventures, sur fond de science-fiction et de folles machines !

Résumé du tome 2 :

Le jeune Ion est parti à la recherche de son père en compagnie de Bullet, un Tremor. Sur leur chemin se dresse un garçon équipé d’un Tremor géant. La confrontation entre ces deux breeders ne sera pas sans conséquences sur leurs destins…

Un shônen pour garçon (beau pléonasme !)

Bullet Armors est un nouveau shônen à rajouter au catalogue de Kana. Et pour l’occasion, l’éditeur a eu un politique de publication intéressante. Outre la sortie simultanée des deux premiers tomes, technique maintenant classique, les 6 tomes, que fera cette série, seront publiés à un rythme soutenu : moins d’un an !

L’histoire est très typée shônen et est pour l’instant assez basique. On suit les pas de Ion et de son Tremor, un bras mécanique, appelé Bullet, parti recherché son père. Au gré de ses périgrinations, il va rencontrer amis et ennemis dans un univers qui semble vaste. Il s’agit donc d’un shônen d’aventure qui part sur des bases plus que classique. Et à la lecture des deux premiers tomes cette sensation de classicisme ne fera que se confirmer.
Mais qui dit aventure dit forcément un monde qui se doit d’être vaste et sympathique. Ici, nous avons un monde typé fantastique avec pour principale caractéristique, la présence importante de la mécanique, mais surtout des « Tremors« , des « êtres » mécaniques, semblant doués d’une conscience, et qui représentent une menace pour les humains. La thématique de la lutte entre deux « espèces » est, à priori, central. Sauf que toute cette base, cette spécificité propre à ce titre, a du mal à prendre. Outre le problème d’originalité et le manque de prise de risque, c’est surtout que Moritya a du mal à plonger le lecteur dans ce monde qu’il a imaginé.

Les spécificités ne sont pas assez explicitées et développées. On ne sait rien des Tremors, de leur origine, de leurs pouvoirs… De même, le mangaka introduit deux factions : les Breeders et les Bakers. L’idée en soi aurait pu être sympathique, sauf que là aussi c’est introduit aux forceps. On ne sait pas pourquoi les Breeders sont pourchassés ainsi, pourquoi les Bakers ont été créés, où même d’où sortent les Breeders.

Ce qui fait que le lecteur peut avoir du mal à se passionner pour cet univers. Cela donne l’impression que Bullet Armors est un simple récit d’aventures alors qu’il y a matière à faire mieux. Mais nous n’en sommes qu’aux prémices. Et à la toute fin du tome 2 on sent déjà que tout va s’accélerer et que l’univers va se densifier et probablement vraiment nous montrer ce qu’il a dans le ventre.

Pour ce qui est de l’histoire, là aussi le déroulement est assez convenu. Le jeune Ion enchaîne les aventures, rencontrant tantôt des ennemis, un rival, tantôt des alliés, tantôt des amis. Le tout est parsemé de combats soit contre des Bakers, soit contre d’autres Breeders. Mais c’est surtout l’occasion de montrer la relation particulière unissant Ion et Bullet. En effet, ce dernier, bien que Tremor a une relation particulière basée sur l’amitié et la confiance avec son Breeder. Moritya arrive quand à bien exploité Bullet et ses caractéristiques de combat. Il y a du fun, de l’action et un peu d’originalité.

Entre deux combats, l’auteur nous propose quelques passages humoristiques oùle lecteur apprend à faire connaissance avec le personnage de Ion, aussi insouciant, naïf, voir un peu niais, qu’attachant… mais comme beaucoup d’héros de shônen. Là aussi, on retrouve ce problème d’originalité.

Pour ce qui est des personnages, on croisera aussi sa compagnon de route en la personne de Serena, elle aussi Breeder. Elle sera l’objet d’un rebondissement bien senti, en ce qui concerne la révélation du pouvoir de son Tremor. Ils croiseront la route d’Eiblock, probablement rival de Ion, aux motivations diamétralement opposées. Mais le personnage le plus intéressant est celui qu’on voit le moins, celui qui arrive à la toute fin du tome 2. Ce dernier, dont on ignore presque tout, risque d’être le catalyseur de changements salvateurs à venir, et qui me donnent envie de laisser une chance à ce titre. Car, avouons-le, pour le moment, bien que sympathique, ce Bullet Armors manque cruellement de personnalité et d’originalité.

Graphiquement, le trait de Moritya est assez enfantin de prime abord, notamment dans le charadesign assez simpliste. Mais pourtant, une fois habitué au charadesign, on se met à plus apprécier le talent du mangaka. Même si parfois, ces cadrages peuvent paraître hasardeux, entrainant de très légers problèmes de lisibilité, finalement son dessin est de qualité et donne toute sa pleine mesure lors des scènes d’action. Il fait preuve de plus de minutie et un style plus abouti quand il s’agit de mettre en scène les Tremors et les affrontements.

Pour conclure, Bullet Armors – tomes 1 et 2 de Moritya me fait un peu penser à Buster Keel dans le style : un peu enfantin, un shônen d’aventure, un manque d’originalité, l’importance du « bras » du héros… mais sans avoir le même background et la même facilité à plonger le lecteur dans son monde. Pourtant comme pour le titre de Kenshirô Sakamoto, il y a pourtant un capital sympathie qui se dégage de ce titre sans prétention. Les dernières pages des deux premiers volumes me laissent à penser que ce Bullet Armors pourrait s’améliorer dans les prochains volumes et réserver une bonne surprise. Car pour le moment, bien que pas désagréable du tout, ce manga est pour l’instant assez quelconque et manque de saveurs.

 

Et vous qu’avez-vous pensé de ce début ? Croyez-vous au futur de ce titre ?

Laisser un commentaire »