. Bride Stories – tome 5 | Fant'asie
Kameyoko 15/11/2013 0
  • Scénario
  • Graphisme

Bride Stories - tome 5

Bride Stories – tome 5 de Kaoru Mori

L’excellence selon Kaoru Mori

Si vous suivez Fant’Asie depuis quelques temps, vous devez savoir que Bride Stories est l’un de mes manga préférés du moment. Je le trouve tout bonnement excellent.
Même si le rythme de parution est long, c’est toujours un plaisir de retrouver ce seinen dans nos librairies. Et ce tome 5 ne déroge pas à la règle.
Bride Stories – tome 5 de Kaoru Mori es édité par Ki-oon et est disponible à la vente depuis le 12 septembre 2013

Résumé de Bride Stories 5 chez Ki-oon

Résumé de l’éditeur :

Le mariage de Layla et de Leyli approche à grands pas et les préparatifs vont bon train ! Négociations entre familles, organisation des réjouissances, préparation des mariés… Tout le monde s’affaire, même Smith, qui parvient à convaincre son guide de rester jusqu’aux festivités.

Le mariage des terribles jumelles.

Il aura été long le temps d’attente entre le tome 4 et le tome 5. Mais comme à chaque fois, le jeu en valait la chandelle car Bride Stories reste toujours ce petit bijou que j’aime tant.
Cet opus reprend immédiatement après le précédent. On retrouve donc les deux espiègles mais attachantes Leyla et Leyli en passe de se marier avec Sam et Sami.
Kaoru Mori poursuit donc son voyage au sein des coutumes de ses tribus d’Asie Centrale du 18ème siècle. Et comme à l’accoutumée, on sent que la mangaka s’est documentée. On sent les recherches derrière tous ces événements. Elle fait preuve d’une aussi incroyable précision sur ces coutumes que dans son dessin.
Cette fois-ci, on va voir plus en détail comment se passe un mariage. De la préparation des plats, de la négociation de la dot, à comment se mettre en beauté, toutes les étapes (du moins, je l’imagine) sont passées au crible, avec cette incroyable fraîcheur et bonne humeur caractéristique de Bride Stories. Il est marrant de voir comment tout le monde s’implique dans cet événement convivial et comment cela tourne à la grande fête populaire et humaine.
Sauf que pour nos jumelles, ce n’est pas forcément le moment dont elle rêvait. Il se révèle plus contraignant et ennuyant que prévu.

Mais bien évidemment, ce mariage ne va pas assagir les deux sœurs qui vont en faire qu’à leur tête. La mangaka arrive bien à décrire leurs émotions et leur envie de liberté et de ne pas se soumettre trop aux contraintes, notamment à l’immobilité, pendant que les autres festoient.
S’en suit diverses facéties dont elles ont le secret. Et c’est cette espièglerie qui fait que ces personnages nous sont de suite attachants. Cela dynamise le récit et participe grandement à donner ce souffle de bonne humeur.
Dans leurs soif de liberté, elles vont entraîner leur futur mari respectif. C’est un moyen de développer leurs liens.

Cette partie là est donc un véritable plaisir à lire tant la joie et la gaieté transpire des pages. Surtout qu’on ressent une véritable empathie pour les personnages et ce mariage. C’est une oeuvre terriblement humaine et donc addictive.
Mais finalement, cette légèreté laisse place à une petite séquence d’émotion quand les filles vont réaliser que ça marque le début d’une nouvelle vie et donc d’une certaine distance avec leur famille.

Ensuite le récit fait une petite aparté avec Smith qui reprend son voyage, avec pour toile de fond la menace d’une invasion russe. Est-ce que c’est le début d’une trame plus globale ?
Car pour le moment c’est le seul petit défaut de ce manga. Il manque une trame de fond.

La fin du tome revient vers le couple KarlukAmir. Cette dernière est toujours très attentionné avec son jeune mari, attendant qu’il devienne homme.
Nous aurons tout un chapitre sur Amir s’occupant d’un faucon de chasse trouvé. Cela met encore en avant l’amour de la faune et la flore de la jeune femme, et tout le respect qu’elle a pour ce qui vit. Le couple s’en verra encore grandit avec le comportement touchant de Karluk, qui nous rappelle que c’est encore un très jeune homme. Mais d’un autre côté, il va se montrer d’une maturité assez étonnante, avec une décision délicate qu’il prendra.

Graphiquement, c’est du Kaoru Mori, donc c’est juste superbe. Son trait est fin, précis et détaillé. Mais, je mettrais une petite réserve sur ce tome. Peut-être est-ce parce que je suis trop habitué à l’excellence de la mangaka, mais j’ai trouvé la partie sur le mariage un peu moins travaillée que ce qu’elle fait habituellement. J’ai eu l’impression qu’elle a parfois cédé à une certaine facilité inhabituelle. Mais rassurez-vous, ça reste excellent.
Par contre, la dernière partie, j’ai retrouvé la Kaoru Mori que j’adore. Elle nous offre d’ailleurs de superbes planches avec un découpage et des compositions à couper le souffle.

Pour conclure, Bride Stories – tome 5 de Kaoru Mori est encore une fois de toute beauté. C’est attendrissant, divertissant, documenté et d’une justesse incroyable. Bride Stories fait partie de ce qui se fait de mieux en ce moment. Même si j’ai trouvé le scénario et le dessin très légèrement inférieurs aux autres tomes, lire du Bride Stories est toujours un ravissement, un appel à la découverte d’autre culture, d’autres paysage. C’est simple, en tournant la dernière page, j’ai qu’une envie, m’acheter un billet d’avion et voler vers ces contrées !

Et vous qu’avez-vous pensé de ce cinquième opus ? Le trouvez-vous aussi que c’est un tout petit peu (et j’insiste sur le « tout petit peu ») moins fin ?

Laisser un commentaire »