. Bride Stories – tome 4 | Fant'asie
Kameyoko 06/03/2013 0
  • Scénario
  • Graphisme

Bride Stories - tome 4

Bride Stories – tome 4 de Kaoru Mori

Toujours aussi excellent !

Avec la qualité affiché des premiers opus, un nouveau tome de Bride Stories est toujours un évènement. Surtout quand, comme ici, l’excellence est toujours au rendez-vous.
Forte de nombreux prix et d’une bonne renommée, cette série est vraiment un manga incontournable à l’heure actuelle.
Ce quatrième opus, un peu plus anodin, que les autres tomes, va délaisser un peu Amir, Karluk et Pariya pour se concentrer sur M. Smith et sa rencontre avec deux jumelles !

Bride Stories – tome 4 de Kaoru Mori est édité par Ki-oon et est disponible à la vente depuis le 13 septembre 2012

Résumé de Bride Stories 4

Résumé de l’éditeur :

Obligé de renoncer à la belle Talas, Smith, qui a enfin trouvé un guide, repart pour Ankara en passant par la Perse. Mais sa route est semée d’embûches… Voilà notre chercheur contraint de faire une nouvelle halte non loin de la mer d’Aral ! De son côté, la famille de Pariya s’apprête à recevoir le père du jeune homme rencontré à Kalaza. Un futur époux en perspective ?

Les frasques de jumelles

Vous le savez probablement, mais Bride Stories est l’un de mes mangas actuels favoris. J’adore ce seinen, son dessin, son scénario, ses personnages…
Lire un nouveau tome est toujours un ravissement. Ce quatrième opus ne déroge pas à la règle en se montrant lui aussi excellent en tout point.

Même s’il diffère un peu des précédents, en délaissant un peu Amir, Karluk ou même Pariya et en étant plus léger que ces prédécesseurs.

Tout commence avec Amir s’inquiétant pour sa famille, menacée par d’autres clans et les Russes. Mais ce passage est assez bref. Puis on quitte celle qui servait d’héroïne, pour faire une courte incartade du coté de Pariya. Cette dernière voit un nouveau prétendant venir pour peut-être l’épouser. Mais son caractère, mélange d’impulsivité et de maladresse, risque une nouvelle fois de lui jouer des tours. Même si ce passage ne représente que quelques pages, il s’avère très plaisant parce que cette jeune fille est très touchante dans son incapacité à se montrer comme une « femme bonne à marier ». Son coté entier, simple et non feint, la rend encore plus attachante.
Kaoru Mori sait comment travailler ses personnages, tout en simplicité et naturel et parvenir quand même à les rendre intéressants et captivants.

Mais rapidement on quitte le cadre et les personnages qu’on commence à bien connaître pour suivre les péripéties de M. Smith, toujours sur la route d’Ankara. On a encore la confirmation que ce personnage, sorte d’observateur ethnologue, va servir de fil rouge dans Bride Stories. C’est par son regard, celui d’un occidental étranger à cette contrée, que le lecteur va apprendre à connaitre ces cultures, peuples, contrées décris avec tant de talent.
Ce dernier, après un accident, alors qu’il approchait de la mer d’Aral, va être sauvé de la noyade par deux jeunes jumelles. Il se retrouvera dans une ville portuaire, où il ne pourra s’empêcher de jouer les médecins et venir en aide à la population locale.

C’est encore par le biais de l’anglais qu’on va faire connaissance avec de nouveaux personnages, comme ce fût le cas dans le tome 3 avec Talas, et en particulier avec les jumelles Layla et Leyli.
Ces dernières sont au coeur même de ce 4ème volet, et je dirais même qu’elles le portent à bout de bras. Elles ont une telle personnalité, une telle pêche avec cette extravagance, cette générosité, ce caractère si trempé, qu’on ne peut pas faire autrement que de s’attacher à elles et de les trouver adorables.

Leur quête du prétendant idéal pour elles deux est très fraîche, drôle et décalée. Les futurs époux désirés doivent répondre à tellement de critères que ça en est marrant.
On s’amuse aussi beaucoup de leur frasques et stratagèmes pour rencontrer des prétendants. De fait, ces passages jouent beaucoup sur l’humour avec une certaine forme de running gag : préjugé sur certains hommes, mise en place d’un plan pour attirer leur attention, échec du plan et remontrances du père. Le schéma est, on ne peut plus classique, mais diablement efficace ici. Tout simplement parce que la bonne humeur, la fraicheur et presque l’innocence sont de mise ici.

Alors qu’elles ont le potentiel pour rapidement être énervantes, voir même horripilantes, elles ne le sont jamais. Bien au contraire. Cela démontre encore plus l’impressionnante maîtrise de la mangaka, qui dépeint comme personne ce type de personnage foncièrement bon et simple.

 

Evidemment cette description des peuples d’Asie Centrale est très flatteuse et enchanteresse, donc sûrement bien édulcorée, mais on ne peut s’empêcher de plonger avec délectation dans ce récit. La magie opère à chaque fois. Ce qui démontre une maîtrise de sa talentueuse mangaka. Surtout qu’ici, soyons honnêtes, ça ne fait en rien avancer le récit et c’est même presque bateau. Il y a un peu moins l’aspect presque ethnologique ou axé sur la description d’une civilisation. Mais Kaoru Mori parvient à magnifier des passages comme ceux-ci, plus basiques, en  mettant son talent, sa bienveillance et son amour pour son sujet, qui transparaît.

 

Graphiquement, c’est toujours magnifique.  Evidemment le travail sur les détails, les décors, l’utilisation de trames est toujours aussi impressionnant, même s’il y a, je trouve, un peu moins de décors. Mais là, le travail sur les visages, les personnages est tout aussi excellent. Les deux jumelles ont des bouilles adorables et sont très expressives. La mangaka arrive, comme personne, à insuffler la vie à son dessin et à rendre son histoire touchante et plaisante à lire.

 

Pour conclure, Bride Stories – tome 4 de Kaoru Mori est encore un excellent tome, même si légèrement inférieur aux précédents. On n’avait pas besoin de cet opus pour se convaincre que Bride Stories est l’un des meilleurs manga de ces dernières années. Mais c’est bon de se le voir, une nouvelle fois, confirmer. Avec un volume moins axé sur la découverte d’un peuple, d’une culture, et plus léger, la mangaka nous montre encore une fois tout son talent narratif et créatif. C’est passionnant, plein de fraîcheur, de vie et de légèreté. C’est un vrai plaisir à lire. On s’évade le temps d’une lecture et on ressort avec un sourire béat. Surtout que graphiquement, il n’y a pas grand chose à reprocher tant c’est magnifique.

Je n’ai plus de superlatifs appropriés pour ce seinen remarquable. Si vous ne l’avez pas encore lu, vous avez le devoir de vous jeter dessus, au risque de passer à coté d’une pépite.

 

Qu’avez-vous pensez de ce tome plus léger ? Bride Stories est-elle une des meilleures séries de ces dernières années ?

Laisser un commentaire »