. Bride Stories – tome 1 de Kaoru Mori | Fant'asie
Kameyoko 09/09/2011 9
  • Scénario
  • Graphisme


Bride Stories - tome 1 de Kaoru Mori

Bride Stories – tome 1 de Kaoru Mori

Une fresque magnifique

Bride Stories est une des dernières grosses licences de Ki-oon. Elle a d’ailleurs été mise en avant lors de la Japan Expo 2011, avec une exposition assez intéressante.

Ce seinen se déroulant dans les plaines de l’Asie Centrale du 19ème siècle, avec pour toile de fond la Route la soie, promet beaucoup. A titre personnel il m’intéressait énormément. Cette fresque semble être dépaysante, humaine et rafraichissante. Mais est-ce le cas ?

Bride Stories – tome 1 de Kaoru Mori est édité par Ki-oon et est disponible à la vente depuis le 09 juin 2011

Résumé de Bride Stories 1 chez Ki-oon

Amir, une jeune femme de 20 ans vient d’épouser Karluk, un jeune garçon de 12 ans. Ils ne se sont jamais vu avant mais leur clan respectif veulent créer des liens.

Après la cérémonie, Amir va devoir s’adapter à sa nouvelle famille, à ce nouveau mode de vie et apprendre à connaitre Karluk et les autres membres du clan.
Entre chasse, couture, cuisine et découverte des autres, Amir ne chômera pas.

Tranches de vie dans l’Asie Centrale du 19ème siècle

Après s’être intéressé à l’Angleterre de l’époque victorienne avec Emma, Kaoru Mori se penche maintenant sur la route de Soie avec une histoire se déroulant en Asie Centrale (la Mongolie probablement) au cours du 19ème siècle.

C’est au travers des deux personnages principaux, à savoir Amir et Karluk, deux jeunes mariés avec une différence d’âge de 8 ans, que nous allons découvrir ce cadre. Bride Stories va se focaliser sur les us et coutumes de l’époque, les traditions, le mode de vie et de pensée.

C’est d’ailleurs pour ça que personne ne s’interroge ni se formalise qu’un jeune homme de 12 ans épouse une femme de 20 ans. C’était dans les mœurs de l’époque.

Même si tout au long du tome, les relations entre Amir et Karluk se développe via de petites « histoires », on n’est pas, pour le moment, dans une pure histoire d’amour. C’est presque une histoire maternelle ou fraternelle. Amir a un comportement très protecteur envers le garçon. Comme une grande sœur envers son petit frère. Néanmoins, nul doute que cela va se transformer en une relation plus amoureuse à terme.

Le scénario est assez léger puisqu’il ne se passe énormément de chose. C’est une plongée immersive dans le quotidien de cette époque avec les différentes tâches à accomplir. Il y a juste la fin du tome avec l’arrivée de la famille d’Amir qui annonce des évènements plus importants.

Pourtant, même si, dit comme ça, ça ne parait pas très palpitant, c’est pourtant terriblement immersif. On suit des tranches de vie, sans rien d’extraordinaire, mais pourtant on plonge dans ce quotidien avec délectation.

Bride Stories se veut être une grande fresque contemplative, simple et tendre. La mangaka Kaoru Mori prend le temps de s’intéresser aux petites choses de ce quotidien, de dépeindre les us et coutumes de ce clan. Mais tout en arrivant à rendre cela très intéressant. Elle arrive déjà à mettre en place un univers assez riche, détaillé, réaliste, avec une galerie de personnages sympathiques et attachants, et des paysages envoûtants.

Elle a une capacité incroyable à décrire tous ces petits moments avec justesse et le souci du détail. On sent qu’elle aime ses moments simples mais précieux et qu’elle veut nous le faire partager. Et ça marche.

Le lecteur se laisse embarquer par ce manga terriblement attachant.

Il faut dire aussi que l’immersion est aisée tant le graphisme est magnifique.

Bride Stories est l’un des plus beaux mangas que j’ai pu lire. C’est tout simplement magnifique.

Le travail réalisé par Kaoru Mori est époustouflant de minutie, de détail ! Dès la première page on voit que nous avons devant les yeux un travail remarquable, qui a dû nécessiter énormément de travail.

Il n’y a pas une seule case qui ne bénéficie pas d’un travail admirable. Les costumes sont à tomber par terre, tant ils sont remplis de détails, de motif et de finesse. Il en est de même pour les tentures et les paysages.

Il m’est arrivé plus d’une fois de m’arrêter juste pour contempler le graphisme, les détails et admirer le travail réalisé. Même sur des plans larges, cela regorge de détails. C’est réellement impressionnant.

Le travail sur les trames est remarquable. Je sais que j’utilise beaucoup de superlatif, mais c’est justifié. Allez feuilleter pour comprendre.

La mangaka est aussi très doué dans son découpage et sa mise en scène. Pas grand chose à redire. De même, les personnages sont eux aussi bien réalisés et expressifs.

Mon seul petit reproche serait sur la trop grande ressemblance de certains personnages. Beaucoup de femmes du clan se ressemblent, Amir en faisant partie aussi. Parfois, on a du mal à distinguer l’héroïne d’un personnage secondaire.

La faute à ces costumes traditionnels, ces coiffes qui se ressemblent quand même beaucoup en noir et blanc.

Mais sinon, rarement je n’ai lu de manga si finement réalisé. Le graphisme est transcendé et aide à se projeter dans ce quotidien.

Pour conclure, même si au premier abord, l’histoire est simple et qu’on peut penser s’ennuyer, ce n’est absolument pas le cas. Ce premier volume est extrêmement dépaysant, rafraichissant, contemplatif et attendrissant. J’ai pris beaucoup de plaisir à suivre ce quotidien d’un clan de l’Asie Centrale. Je suis rentré rapidement dans le récit, m’émerveillant des paysages, costumes et coutumes.

Le tout est sublimé par un graphisme d’une finesse et d’une qualité rarement atteints. C’est absolument magnifique, avec un souci du détail poussé à l’extrême. Le tout est conjugué à un découpage et une mise en scène maitrisés.

Ce premier tome est un énorme coup de cœur pour moi. Je recommande. Une entrée en matière excellente qui ne donne qu’une envie : lire la suite.

Et vous qu’en avez-vous pensé? Trouvez-vous aussi que c’est l’un des plus beaux mangas jamais édité en France?

9 commentaires »

  1. Yomigues 10/09/2011 at 22:09 -

    Je crois qu’il y a un léger problème dans ta dernière phrase 8D

    Bon pour ma part je n’ai pas encore lu ce seinen, cependant j’ignorais complètement que c’était fait par l’auteur de « Emma », et là forcément, ça m’intéresse au plus haut point.

    Ton article m’a bien donné envie de découvrir ce manga, la route de soie + le côté tranche de vie attendrissant comme tu le décris me font trépigner d’impatience *w*

  2. Kameyoko 11/09/2011 at 15:14 -

    @Yomigues : Merci pour la coquille. Corrigé.

    Le coté Route de la soie est quand même mineure, même si c’est ainsi que le manga est introduit. ON se « contente » de suivre la vie dans les plaines de l’Asie Centrale.

    Mais franchement, ce manga est superbe et très bon. Tu peux y aller les yeux fermés.

  3. Torospatillo 27/01/2012 at 13:17 -

    Je viens de finir le premier tome (ma copine a un peu d’avance), et je dois dire que c’est tout simplement extraordinaire comme manga…

    Merci pour cette recommandation!

  4. Kameyoko 29/01/2012 at 17:51 -

    @Torospatillo : Content que ça te plaise. Les autres tomes sont au moins aussi bon. Ravi d’avoir pu contribuer à faire lire ce manga à des gens 🙂

Laisser un commentaire »