. [Blu Ray] Le Tombeau des Lucioles | Fant'asie
Kameyoko 19/07/2013 3
[Blu Ray] Le Tombeau des Lucioles

Blu Ray - Le Tombeau des Lucioles

[Blu Ray] Le Tombeau des Lucioles d’Isao Takahata

Le chef d’oeuvre en Blu Ray

Le Tombeau des Lucioles est un film d’animation d’Isao Takahata déjà culte pour beaucoup. Cette production des studios Ghibli  qui date de 1988, est surtout connu pour être l’un des films où il est impossible de ne pas verser sa petite larmichette.

Ceci n’est pas du spoil à proprement parlé, tant ce film est connu pour cela, en plus de son excellence.

Il est déjà disponible depuis de nombreuses années en DVD. Mais Kazé a eu la bonne idée de le proposer, pour la première fois, en Blu Ray. L’occasion parfaite pour revoir ce petit bijou de l’animation japonaise.

Préparez vos mouchoirs !

Le Blu-Ray Le Tombeau des Lucioles d’Isao Takahata est édité par Kazé et est disponible à la vente depuis le 7 mai 2013.

Résumé du Tombeau des Lucioles chez Kazé

Résumé de l’éditeur :

Japon, été 1945. Les bombardiers américains arrosent Kobé de plusieurs milliers de tonnes de bombes incendiaires. Un jeune adolescent et sa petite sœur perdent leurs parents. Ils se réfugient dans leur famille proche mais cruelle. Leur quête désespérée d’un monde meilleur les amènera à traverser autant les ruines du Japon ensanglanté par la fin de cette guerre qu’à affronter l’indifférence et la cruauté des adultes. Pour la première fois en Haute Définition !

Une haute définition qui rend hommage au film !

Enfin, le chef d’oeuvre le Tombeau des Lucioles d’Isao Takahata arrive en Haute Définition. Nous allons pouvoir pleurer mais en HD.

Est-il encore nécessaire de présenter le Tombeau des Lucioles, chef d’oeuvre de l’animation japonaise, maintes fois primés. Je ne vais pas en faire une critique détaillée ou une analyse, car d’autres l’ont déjà fait avant moi, et bien mieux que je ne pourrais le faire.

Pour moi, le Tombeau des Lucioles est un chef d’oeuvre à posséder absolument. Très loin de s’adresser aux enfants, ce film est bouleversant, poignant, tour à tour touchant et triste. Ce titre doit sa réputation, en partie, aux larmes qu’il est capable de faire couler, comme peu d’oeuvres peuvent y prétendre. Et le tout sans surjouer, sans tomber dans le pathos, à grand coup de répliques larmoyantes et d’envolées de notes tristes. Cette fin inévitable apparaît simplement comme le résultat dur, mais logique d’une série d’événements.
Ce n’est pas du spoil que de dire ça, puisque le film commence par « La nuit du 21 septembre 1945, je suis mort« . S’en suit une scène où l’on voit Seita, très faible, mourir dans une gare quelconque, dans l’anonymat et l’indifférence.

Dès le départ cela annonce la couleur. Mais ne s’arrêter qu’à cette dimension serait très réducteur. Le Tombeau des Lucioles mélange réalisme et onirisme. Adapté d’une nouvelle semi-autobiographique de Akiyuki Nosaka.
L’histoire se situe à la fin de la seconde guerre mondiale, dans un Japon ravagé. Les bombardements, la mort, la misère, la survie, les maladies… sont traités avec une extrême justesse, conférant presque une dimension documentaire. Voir évoluer deux enfants, l’un tentant de protéger sa sœur et survivre, l’autre essayant de vivre sa vie de petite fille, est réellement bouleversant car criant de réalisme. Un réalisme dur et froid. Le tout porté par une volonté de ne jamais surjouer les scènes. Elles se suffisent à elle-même. On a presque l’impression qu’Isao Takahata déroule son histoire, avec beaucoup d’attention et de précision, sans cette volonté recherchée de créer de l’émotion. C’est cette retenue, cette pudeur, ce sens de la narration qui donne toute la puissance à ce film.

Surtout qu’à coté, il y a des scènes magnifiques et poétiques, comme celles avec les lucioles, apportant un lueur d’espoir, même si on ne peut s’empêcher de penser à une conclusion inévitable.
Le film fait passer le spectateur, avec beaucoup de fluidité, d’un état émotionnel à l’autre. On passe de l’appréhension à la joie, du malheur aux petits plaisirs simples, de la dure réalité de la guerre à des moments de profondes tendresses. Isao Takahata maîtrise cet ascenseur émotionnel, et là aussi, sans avoir à utiliser des recours grossiers.

Ces deux enfants sont terriblement attachants, surtout la petite Setsuko. Ce qui rend les épreuves encore plus dures à digérer. Surtout que l’on se dit que cette situation doit beaucoup à Seita, qui par son inexpérience, et son orgueil, n’a pas peut-être pas pris les bonnes décisions, au bon moment, même si ses intentions étaient louables.

Le Tombeau des Lucioles n’est pas un film qu’on critique, c’est un film qu’on regarde, qu’on laisse nous emmener dans ce cadre spatio-temporel. Et vous comprendrez pourquoi, je parle de chef d’oeuvre et pourquoi tout le monde pleure dans ce film.

Le portage sur support Haute Définition frôle la perfection. C’est net, profond, avec un magnifique respect des couleurs utilisées (qui donnent son identité graphique au film). La qualité du support se voit surtout avec les scènes avec les lucioles, où le noir ambiant est parsemé de petits points de lumière, sans pixel, tout en finesse.
Le Blu Ray permet vraiment d’apprécier le travail d’animation génial du studio Ghibli et notamment le travail sur l’ambiance, les couleurs et les décors.

Pour le son, là aussi on est proche du sans faute, tellement l’ambiance de Joe Hisaishi est bien retranscrite et donne toute sa splendeur.

Pour conclure, je ne vais pas m’éterniser pour vanter les mérites de ce film. Le Tombeau des Lucioles est un chef d’oeuvre, que chacun se doit d’avoir vu. Mais attention, ce n’est pas pour les enfants.
Pour son portage en Blu Ray, Kazé a effectué un excellent travail, faisant de Blu Ray un indispensable.

 

Comptez-vous vous prendre ce Blu Ray ?

3 commentaires »

  1. Juliette 25/07/2013 at 00:59 -

    J’ai vu et re-vu ce film… j’ai pleuré toutes les fois!! 😥 il est vraiment génial… 😥

  2. Jaycota 26/07/2013 at 17:21 -

    Je l’ai commandé également mais pas encore reçu, Je pense verser une petite larmichette en redécouvrant ce chef d’œuvre ! :’)
    ton article me rassure sur la qualité graphique de la version HD

  3. romain 19/08/2013 at 11:33 -

    Excellent article pour un excellent film. La version Blu-ray est superbe tant dans sa compression vidéo, dans le respect des couleurs et des coups de crayons que dans le menu. Les bonus explicatifs sont aussi un excellent point pour ce Blu-ray.

Laisser un commentaire »