. Black Torch – tomes 1 et 2 de Tsuyoshi Takaki | Fant'asie
Kameyoko 16/07/2018 2
  • Scénario
  • Graphisme

Black Torch - tome 1

Black Torch – tomes 1 et 2 de Tsuyoshi Takaki

Exorcistes et Mononoke

Informations générales sur Black Torch 1 et 2 :
Date de sortie : 08 février 2018 et 05 avril 2018
Scénariste : Tsuyoshi Takaki
Dessinateur : Tsuyoshi Takaki
Type : Shônen
Éditeur : Ki-oon
Résumé de l’éditeur :

Jiro n’aspire qu’à vivre tranquille, et pourtant c’est un véritable aimant à problèmes : non seulement il appartient à une lignée de ninjas, mais il a en plus la capacité de communiquer avec les animaux ! Alors quand il trouve un mystérieux chat noir mal en point, il n’hésite pas une seconde à lui venir en aide.
En fait de félin, il a recueilli Rago, un Mononoke surpuissant ! Ces créatures surnaturelles, capables de dévorer les humains, vivent d’ordinaire cachées… Mais Rago est en fuite, poursuivi aussi bien par des exorcistes que par ses propres pairs ! Un démon ne tarde pas à retrouver sa trace, et un combat épique s’engage. Jiro, imbattable contre de simples humains, ne fait pas le poids face à un monstre… Pour sauver son bienfaiteur de la mort, Rago n’a d’autre option que de recourir à une technique de possession. Un humain et un Mononoke alliés dans un même corps, on n’avait jamais vu ça ! Exorcistes ou esprits, quel camp choisiront-ils ?

Ninja, onmitsu, esprit et autre bretteur

Ki-oon a sorti en ce premier semestre 2018, un nouveau shônen issu du catalogue de la Shueisha : Black Torch. Il s’agit d’une série courte puisqu’elle ne comportera que 5 tomes. Et j’avoue que ça m’inquiète un peu car, sur la base de ces 2 premiers opus, je voyais plus une série d’une durée moyenne d’une quinzaine de tome. J’ai donc peur que la fin soit très précipitée. Mais avant de m’en inquiéter voyons ce que nous réserve ces tomes 1 et 2.

On suit les pas de Jiro, descendant d’une lignée de ninjas, également capable de communiquer avec les animaux, qui se retrouve, après diverses péripéties, à devoir « cohabiter » avec Rago, un puissant chat Mononoke. Sauf que ce dernier est convoité par les autres Mononokés et les exorcistes. Il se retrouve donc au milieu d’une guerre dont il ignore tout.
Black Torch va jouer donc la carte du shônen dynamique utilisant les Mononokes et exorcistes comme toile de fond. On pourrait ainsi à le comparer à des titres comme Blue Exorcist, Shikabane Hime mais il arrive à s’en émanciper, bien qu’utilisant parfois quelques poncifs.
Ainsi, comme tout bon nekketsu, Jiro est impulsif, irréfléchi mais néanmoins attachant et au grand cœur. Son duo avec Rago, au caractère sensiblement différent, est en quelque sorte un « buddy movie ». On retrouve également quelques classiques du shônen, comme son collègue rival, qui plus est binoclard, la fille au caractère bien trempé… Même l’intrigue d’une personne possédant un être ou objet convoité par différentes factions ne respire pas l’originalité outre-mesure.

Black Torch - tome 2La base est donc assez classique mais pourtant fonctionne bien car la narration et le scénario sont efficaces, bien menés et rythmés. On s’attache également rapidement à Jiro et Rago. Si le mangaka pose les bases de son univers dans le premier tome, la suite va s’accélérer. On va mieux comprendre les tenants et les aboutissants de la lutte entre Mononoke et Onmitsu. On perçoit plus les enjeux qui entourent Jiro et son duo avec Rago.
De plus, Takaki développe déjà ses personnages avec quelques révélations sur leur passé, et ce qui les a conduit à rejoindre le service « Black Torch » et donc devenir des Onmitsu (des exorcistes).
Outre l’univers des esprits/ mononokes et de l’exorcisme, le mangaka a décidé de faire de son héros le descendant d’une lignée de ninja. Si dans le premier volet, on le voit « s’entraîner » à la dure avec son grand-père, il est encore difficile de voir à quoi servira ce statut. Pour l »instant, il sert à légitimer la force de Jiro. Mais plein de petits indices nous indiquent que cela aura probablement une importance par la suite. Et sûrement en utilisant la classique pirouette des parents très forts/ connus.

Black Torch promet aussi de ne pas être avare en scène d’action. Le tempérament impétueux du héros et la mission même de l’unité Black Torch risquent de découler sur beaucoup d’affrontements pour la suite. Et ce n’est pas forcément pour déplaire. Les quelques combats d’envergure sont déjà impressionnant avec un bon rythme et des adversaires charismatiques.

Surtout que graphiquement Tsuyoshi Takaki assure vraiment. Son style est peut-être un peu chargé parfois, mais fourmille de détail et paradoxalement de lisibilité. Il use beaucoup de traits fin mais, dans une phase d’action ça donne de l’ampleur et du dynamisme, sans rogner sur la facilité de compréhension. Bien qu’il s’agisse de sa première oeuvre, le mangaka donne l’impression de faire ça depuis des années et d’avoir son propre style.

Pour conclure, malgré quelques sujets et thèmes un peu éculés, l’auteur parvient à nous captiver par une utilisation efficace des ces éléments. Tout se lit avec plaisir, avec un monde dont les bases se dessinent, des personnages, à défaut d’être originaux,  qui s’avèrent attachants et une action effrénée. Deux premiers tomes qui posent bien les bases d’une série qui a un certain potentiel et pourrait s’avérer un très bon page-turner malgré son classicisme.

Et vous qu’en avez-vous pensé ?

2 commentaires »

  1. Yohan 16/07/2018 at 14:26 -

    Il me tente bien celui-ci, je suis un gros fan de takaki !

  2. miri 26/07/2018 at 12:57 -

    Grosse préférence pour le 1 pour moi.

Laisser un commentaire »