. Before Watchmen – Spectre Soyeux de Darwyn Cook et Amanda Conner | Fant'asie
Kameyoko 30/05/2014 0
  • Scénario
  • Graphisme

Before Watchmen - Spectre Soyeux

Before Watchmen – Spectre Soyeux de Darwyn Cook et Amanda Conner

De Sally à Laurie

Urban Comics continue donc à nous proposer les titres Before Watchmen. Après Minutemen, Compagnon et Rorschach voici le tour du Spectre Soyeux !

On retrouve donc un récit axé autour de Laurie Jupiter, sa relation avec sa mère et comment elle accepte enfin de devenir la nouvelle Spectre Soyeux.

Before Watchmen – Spectre Soyeux de Darwyn Cook et Amanda Conner est édité par Urban Comics et est disponible à la vente depuis le 21 mars 2014.

Résumé de Before Watchmen : Spectre Soyeux chez Urban Comics

Résumé de l’éditeur :

Laurie Jupiter est la fille de la première Spectre Soyeux, membre des Minutemen des années 1940. Quand cette dernière la presse de reprendre le flambeau et de devenir elle aussi une justicière costumée, Laurie décide de s’enfuir avec son petit ami Greg pour le San Francisco du Flower Power. Mais la route psychédélique qu’elle emprunte sera juchée d’embuches en tous genres pour cette jeune fille opiniâtre, et le passage à l’âge adulte ne se fera pas sans coups ni blessures.

Laurie in the sky with diamonds

L’éditeur Urban Comics poursuit ses séries estampillées Before Watchmen, dérivées du cultissime Watchmen d’Alan Moore et Dave Gibbons. Après s’être intéressé aux Minutemen, là on se penche sur le passé de Laurie Jupiter, fille de Sally Jupiter, plus connue sous le nom du Spectre Soyeux. Il est d’ailleurs marrant de voir que c’est le même scénariste qui officie sur ces deux titres : Darwyn Cooke. Ce dernier nous propose un comic bien distinct des autres Before Watchmen avec notamment son atmosphère bien particulière.

On y suit les pas de Laurie, entraînée durement par sa mère Sally, pour reprendre le flambeau de vigilante, et endosser son costume de Spectre Soyeux. Mais cet entrainement intensif couplé à une relation mère/ fille tumultueuse vont pousser la jeune Sally à fuguer avec son petit ami.
Le jeune couple va prendre la route et s’émanciper à San Francisco, en pleine époque du Flower Power, du Peace and Love. Elle va donc se retrouver en plein mouvement hippie avec sa liberté sexuelle, ses aspirations….. et ses drogues.

De part le sujet, le récit est très coloré et très psychédélique. On retombe dans cette époque particulière, ses mœurs libres et les aspirations de toute une génération. Et c’est avec ce mouvement que l’on va voir Laurie s’émanciper, passer d’adolescente à adulte et faire ses propres expériences. Darwyn Cooke parvient très bien à faire évoluer Laurie dans ce milieu à la recherche de son indépendance. Mais dans le même temps, il arrive parfaitement, au travers cette recherche d’identité, à la faire devenir petit à petit le spectre soyeux. J’ai bien aimé la façon dont le scénariste parvient à montrer d’une part comment Laurie cherche à se détacher de ce pour quoi elle a été entraînée, mais comment au final elle devient ce qu’elle fuyait.
De plus, il parvient très bien à exploiter cette époque et nous propose un récit fun, coloré et avec des délires narcotiques. On retrouve bien tout ce qui caractérisait cette période, les valeurs de paix, la liberté, la libre sexualité et l’abondance de drogues. Mais d’un autre côté nous avons notre lot d’action avec une Laurie luttant à coups de poings et de pieds contre des barons de la drogue et leur sous-fifres « funkies ».

Darwyn Cooke exploite aussi très bien la relation difficile entre Laurie et Sally, tout en mettant en avant aussi le passage de l’adolescence (fuite de ce que représente sa mère) à l’âge adulte (prise en compte des problèmes en devenant ce Spectre Soyeux qu’elle voulait laisser derrière elle). Et tout cela en restant dans l’univers de Watchmen en faisant notamment intervenir le prévenant et aimant Holly Mason et le plus expéditif Le Comédien.

Au niveau du rythme, le début met un peu de temps pour démarrer mais la suite s’avère plus dynamique, en s’assombrissant un peu au fur et à mesure.

Graphiquement, le style d’Amada Conner va parfaitement bien au style de ce comic. Elle parvient bien à retranscrire cette ambiance seventies si particulière grâce notamment à des charadesign malins, des planches colorées et des petits détails permettant de s’immerger. De plus son style cartoony donne un aspect encore plus « funky » au tout. Elle a une patte personnelle qui se dégage bien.

Pour conclure, ce Before Watchmen – Spectre Soyeux de Darwyn Cook et Amanda Conner est bien sympathique grâce à son ambiance rétro, très Flower Power. Ca lui confère une atmosphère particulière, qui se distingue des autres Before Watchmen. Et rien que pour ça, ça vaut le coup de lire cet opus. Surtout que le scénariste mêle d’autres thèmes à ça, comme l’émancipation et les liens parfois complexe entre une mère et sa fille. Le dessin est également très agréable.
Mais soyons honnête, bien que sympa et très plaisant à lire, ce Spectre Soyeux reste anecdotique. L’histoire n’a rien d’extraordinaire et cela n’apporte pas grand chos eà la mythologie Watchmen ou au personnage du Spectre Soyeux.

Il s’agit donc d’ne lecture plaisante, avec un récit qui tient la route, maîtrisé et qui se lit bien. Je me demande juste, au final, ce qu’apporte ce titre. Et je n’ai que pour seule réponse : pas grand chose. Et c’est ce manque d’ambition qui m’a gêné. Darwyn Cooke a fait le boulot, mais rien de plus. Et c’est dommage !

Et vous qu’en avez-vous pensé ?

Laisser un commentaire »