. Avengers – tome 3 | Fant'asie
Kameyoko 20/10/2015 0
  • Scénario
  • Graphisme

Avengers - tome 3

Avengers – tome 3 de Jonathan Hickman, Nick Spencer, Mike Deodato Jr, Stefano Caselli…

En attendant Infinity

Le Avengers de Jonathan Hickman, titre phare du Marvel Now poursuit son chemin. Une route menant tout droit vers l’événement Infinity. Et d’ailleurs cela s’en ressent sur ce tome.
Mais du Avengers et du Hickman sont des arguments suffisants pour s’y intéresser.

Petite précision, il y a une coquille sur l’image. Il s’agit bien du bon visuel pour le tome 3, et non le tome 2.

Avengers – tome 3 : Prélude à Infinity de Jonathan Hickman, Nick Spencer, Mike Deodato Jr, Stefano Caselli… est édité par Panini Comics et est disponible à la vente depuis le 29 avril 2015

Résumé d’Avengers 3 chez Panini Comics

Résumé de l’éditeur :

Hypérion et Captain Universe éduquent les enfants de Terre Sauvage et se mesurent au Maître de l’Évolution. Puis, dans le prélude d’Infinity, de mystérieux signaux sont envoyés à destination d’une espèce extraterrestre très ancienne : les Bâtisseurs. Découvrez aussi ce qui est arrivé à Ex Nihilo, Abyss, Starbrand et Nightmask.Infos complémentaires :(Contient les épisodes US Avengers (2013) 12-17, publiés précédemment dans les revues AVENGERS (V4) 6 à 9)

Menaces cosmiques

Le run de Jonathan Hickman continue avec son intrigue sur la durée, avec sa reconstruction minutieuse des Avengers. Le scénariste continue de sortir un peu des sentiers battus pour une équipe de gros bras. Plus que jamais cette volonté d’inclure les plus puissants personnages de l’univers se fait bien ressentir. Ce qui donne aussi l’occasion de découvrir des héros moins en lumière que les classiques Iron Man, Cap’, Hulk et autre Thor.

Je pense notamment à Hyperion qui est bien développé ici. Celui qui s’inspire très largement d’un Superman se voit doter d’un background et d’une caractérisation assez intéressante. Il est présenté comme un être venu d’ailleurs, dernier survivant, mais très mélancolique. De fait, il est placé comme le « chaperon » de nouveaux êtres évolués. D’ailleurs Hickman axe beaucoup son récit autour de deux thématiques fortes : l’évolution (avec ces créatures de la Terre Sauvage et la présence du Maître de l’Evolution) et de l’éducation. Ainsi plusieurs vengeurs vont éduquer ces nouvelles créatures, nouvelles formes de vie évoluée en Terre Sauvage. Mais être « professeur » n’est pas si aisé que ça.

Pour ce qui est de l’histoire, une menace pointe le bout de son nez au quatre coin du globe et projette de terraformer notre planète. Mais la vraie question réside dans le commanditaire de cette menace et de ses buts. L’AIM est également de la partie et ne va pas aider à améliorer la situation. Ils devront peut-être devoir demander de l’aide à certains de leurs ennemis sur Mars, rencontrés dans les précédents tomes.

Mais clairement, ce tome souffre un peu de son ambition. Je veux dire par là que, tout d’abord, l’écriture d’Hickman est complexe avec de multiples ramifications. Il faut s’accrocher pour la lecture et bien se rappeler des évènements précédents pourr ne pas perdre le fil conducteur déjà ténu à la base.
Mais surtout on sent que cet opus est une grosse introduction aux événements d’Infinity. Malgré trois tomes on a encore le sentiment d’être dans une phase d’introduction, et le rythme posé qui va avec. Il y a donc une certaine frustration qui commence à poindre, malgré le talent évident du scénariste.
Et pendant la lecture, on sent bien que tout est construit dans la longueur. Ce qui a ses défauts mais aussi des qualités. On sent vraiment la maîtrise narrative d’Hickman et que la complexité apparente sera justifiée. On est donc en pleine confiance malgré un côté nébuleux toujours présent.

Graphiquement, plusieurs artistes se succèdent parmi lesquels Mike Deodato Jr, Marco Rudy ou encore Stefano Caselli. Cela fait beaucoup pour un tome mais dans les faits ce n’est pas si dérangeant. Déjà parce que tous sont talentueux, mais leur style sont assez proches. Du moins suffisamment pour que ça ne choque pas. Il y a aussi une homogéneité dans l’encrage et la colorisation aidant à donner cette fausse impression de continuité.

Pour conclure, ce Avengers – tome 3 de Jonathan Hickman, Nick Spencer, Mike Deodato Jr, Stefano Caselli… est clairement une transition entre les deux précédents volets et les événement d’Infinity. Ce côté transitoire se ressent tout au long de la lecture, puisque qu’on a encore l’impression d’être dans une grosse introduction. Des menaces mystérieuses présentées, une équipe en train de se constituer, et une dimension cosmique bien introduite, font qu’on sent que tout se met en place pour une une intrigue importante, qui se déroulera sur plusieurs fronts et avec une grosse thématique cosmique. Hickman met l’eau à la bouche, mais de fait, ce tome est un peu frustrant.
Néanmoins, le scénariste est suffisamment talentueux pour nous proposer une intrigue, certes complexe, mais finalement maîtrisée et ambitieuse, sortant un peu des sentiers battus de l’équipe super-héroïque.
En cela, il est aidé par une palette d’artistes de talent, qui mettent bien en image l’ambition du scénariste.

Mais ce Avengers ne se jugera qu’à la vue des événements d’Infinity ! Mais j’ai diablement envie de les découvrir.

Et vous qu’avez-vous pensé de cet opus ? Trouvez-vous l’écriture d’Hickman complexe ? Le côté introductif de cet tome vous a-t-il gêné ?

Laisser un commentaire »