. Attoneen – Tome 1 : Alien intérieur de Pierre Boisserie et Stéphane Brangier | Fant'asie
Del Poyo 09/06/2015 0
  • Scénario
  • Graphisme

Attoneen – Tome 1 : Alien intérieur de Pierre Boisserie et Stéphane Brangier

Comics Cocorico

Il y a quelques temps maintenant, Delcourt a lancé une série de mini-séries françaises, pour beaucoup labellisée Comics Fabric. Ce qui n’est pas le cas pour ce Attoneen, que, personnellement, je range avec les séries Bad Ass, Le Cercle, Nightfall, Fox Boy ou SuperWorld. Tout comme ces titres, Attoneen nous propose une nouvelle série en trois tomes et made in France. Et en plus c’est une histoire de super-héroïne parisienne ! Les super-héros français, c’est toujours quelque chose qui me donne envie d’ouvrir un livre.

Si on regarde ce qui a déjà été fait : Bad Ass, ça déchire, Le Cercle, c’est de bonne qualité, Fox Boy, c’est un petit bijou, Nightfall, c’est moyen, SuperWorld, je n’ai pas lu… Dans l’ensemble, on va dire que le bilan de ces mini-séries est plutôt positif. Alors que peut-on dire de ce Attoneen ? Paris a-t-il un héro à sa hauteur ?

Attoneen – Tome 1 : Alien intérieur de Pierre Boisserie et Stéphane Brangier, édité par Delcourt, est disponible en librairie depuis le 10 Septembre 2014. Le Tome 2 : Projet Lummox est disponible depuis le 20 Mai 2015.

Résumé de Attoneen – Tome 1 chez Delcourt

Le jour, Chloé est pigiste. La nuit, elle devient Attoneen, une super-héroïne capable de maîtriser les éléments. La raison de ces capacités hors-normes : Aleph, un alien qui vit à l’intérieur de son corps depuis que son vaisseau a été avalé par Chloé vingt ans plus tôt. Pas si facile pour la jeune fille de gérer sa vie entre une famille très vieille France et un extraterrestre autoritaire qui joue les seconds pères…

Symbiose (presque) parfaite

Attoneen raconte les aventures de Chloé, jeune parisienne, qui vit chez ses parents et cherche à devenir journaliste. Alors qu’elle n’était qu’un bébé, un vaisseau extraterrestre pénètre au sein de son cerveau. Depuis, le seul survivant du vaisseau, Aleph, communique avec Chloé dans sa tête. Le plus fort dans cette histoire ? Aleph confère à Chloé des pouvoirs surnaturels : le contrôle des éléments Feu, Terre, Air et Eau. Pourquoi un nom aussi bizarre, Attoneen ? C’est presque simple, l’extraterrestre est un attonien.

Dans le Paris de 1966, on est rapidement entraîné dans un tourbillon d’action, alors que l’on découvre Attoneen dans son costume à la Invincible. Le lecteur découvre les pouvoirs de cette nouvelle héroïne : elle vole, elle contrôle l’air, elle intervient dans un incendie, usant de ces capacité pour limiter le feu, puis… récoltant l’humidité de l’air, une cascade d’eau se déverse sur l’immeuble en flammes. C’est dynamique et coloré, on est tout de suite conquis.

Le récit est focalisé sur Chloé, sa vie en tant que jeune femme et sa vie en tant que super-héroïne. Aleph n’est finalement qu’un outil, presque un personnage secondaire qui traîne dans sa tête. Évidemment, ce personnage prendra beaucoup plus d’importance par la suite, mais il n’est pas aussi bien développé que le personnage de Chloé, qui prend une place prépondérante tout au long du livre. D’ailleurs Chloé est bien travaillée, c’est un personnage touchant avec du caractère. Elle doit jongler entre ses soucis de jeune femme qui cherche à s’imposer dans un monde professionnel encore très masculin et ses problèmes de super-héroïne : sauver les gens, avec une opinion publique qui ne suit pas le mouvement, un extraterrestre dans la tête et des pouvoirs qui ne marchent pas toujours comme il le faudrait… Ça en fait des choses à régler.

Attoneen ne réinvente pas le genre. Ça reste léger, sympa, joli. Divertissant. La série a pour avantage de se contenir en trois tomes, ce qui nous encourage à poursuivre ; chose que, personnellement je n’aurai pas fait s’il s’agissait d’une série on going. Il y a des points faibles, et le premier que je pourrai faire est le manque d’enjeu que l’on ressent à la lecture. Il n’y a pas vraiment de grands enjeux auxquels Chloé doit faire face. Les méchants manquent de charisme. Ils sont même ridicules, pour illustrer ça, ce sont les Rapetou façon française. Alors à quoi bon suivre les aventures d’une super-héroïne sexy avec des pouvoirs cool si finalement il n’y a pas vraiment un Némésis qui lui aussi est cool et sexy. Ça va de pair, à mon avis.

Malgré ça, l’histoire tient debout, les personnages, et notamment Chloé, sont attachants et bien construit. Le scénario est bien tourné, le rythme est soutenu. Le dessin est dynamique, agréable. Très peu de plan de Paris, ce qui est un peu dommage. Finalement, le récit pourrait se passer à Marseille que ça ne changerait pas grand chose. Je met une mention tout à fait spéciale pour la génialissime idée des auteurs de nous proposer de fausses couvertures pour chaque chapitre, comme s’il ne s’agissait en fait que d’un TPB regroupant des fascicules déjà parus en kiosque (ce qui n’est pas le cas). Il s’agit là d’une bien belle initiative !

En conclusion, Attoneen n’est pas le comics français de l’année (Bad Ass et Fox Boy étant bien au dessus), mais ça reste une superbe BD, propre, bien travaillée, divertissante. Honnêtement, il n’y a pas grand-chose à lui reprocher, sauf peut être son manque d’ambition. Des méchants pas assez marquants, des enjeux quasi-inexistants. Ce premier volume est clairement focalisé sur le personnage de Chloé, ce qui en fait un comic plutôt intimiste finalement, d’autant qu’on est dans la tête de l’héroïne tout du long. On attend peut-être du second tome de prendre un peu plus de recul, et de nous poser un vrai méchant. On verra ce que la suite nous proposera.

Et vous ? Avez-vous été séduit par ce premier volume ?

Laisser un commentaire »