. Ajin – tomes 3 et 4 de Tsuina Miura et Gamon Sakurai | Fant'asie
Kameyoko 26/02/2016 3
  • Scénario
  • Graphisme

601 AJIN T03[MAN].inddAjin – tomes 3 et 4 de Tsuina Miura et Gamon Sakurai

Affronter les humains ou non ?

Ajin a été un de mes coups de coeur de 2015 (même s’il n’était pas dans mon top) grâce une action non-stop et un concept intéressant. Le tome 2 était fort prenant avec notamment la torture de Kei. J’avais hâte de voir l’orientation que prendrait ce manga.

Réponse avec ces 3ème et 4ème volume.

Ajin – tomes 3 et 4 de Tsuina Miura et Gamon Sakurai sont édités par Glénat et sont disponibles à la vente depuis, respectivement, les 18 novembre 2015 et 03 février 2016.

Résumé de Ajin 3 et 4 chez Glénat

Résumé du tome 3 :

Kei Nagai, lycéen devenu immortel, découvre que Sato, premier individu de la communauté ajin qu’il est amené à fréquenter, n’est qu’un terroriste assoiffé de sang. Marqué par les terribles expériences pratiquées sur lui au centre de recherche, Kei décide pourtant de sauver la vie de l’un de ses bourreaux humains. Un violent face à face éclate alors entre lui et Sato…

Résumé du tome 4 :

L’appel de Sato a été entendu. Le premier rassemblement d’Ajin de l’Histoire va pouvoir avoir lieu. Sept d’entre eux, vivant cachés parmi les mortels, ont fait le déplacement. Accepteront-ils de prendre part au projet sanguinaire de ce leader auto-proclamé ?
Ignorant tout de ces tractations, Kei croit quant à lui avoir enfin trouvé un havre de paix de l’autre côté de la baie de Tokyo…

Kei, un gentil garçon ?

Après les séances de tortures subit par Kei, ce dernier parvient à s’enfuir en refusant la voie tracée par Sato. Ainsi, il ne fait pas des humains ses ennemis. Il cherche même à sauver la vie de certains de ses tortionnaires. Ce choix, va le placer sur la voie de l’opposition avec un Sato plus extrémiste.

Le tome 3 débute sur les chapeaux de roues avec un rythme haletant. On y suit la fuite de Kei au travers d’une course-poursuite au rythme effréné, sans temps morts et faisant la part belle à l’action. Ce passage confirme qu’Ajin se place comme un manga jouant la carte du dynamisme et du tempo ultra-rapide. Surtout qu’ici, on a l’impression de faire parti de cette course, de se tenir aux cotés de Kei, grâce à une mise en scène immersive.
L’occasion, une fois encore, de voir tout le potentiel des Ajin et comment leur « immortalité » permet de se sortir de situations périlleuses.
Mais fort heureusement Gamon Sakurai ne se contente pas de nous offrir une simple évasion. Il distille de nombreux points prometteurs et intéressants. On sent qu’il pose les fondations pour la suite, notamment en ce qui concerne les Ajin, les IBM et les différentes façons de les tuer. On voit enfin un combat entre ces créatures bandées. Et ça vaut le détour. Cela permet d’entrapercevoir que chacune semble avoir des spécificités propres.

Le scénariste nous prend aussi un peu à contre-pied en nous dévoilant véritablement le vrai Kei. Et il diffère de son image de gentil garçon effacé. Ces nouvelles révélations donnent plus de densité à ce personnage qui apparait comme moins fade et donc plus intéressant que ce que l’on pouvait croire. On sent qu’il a finalement une personnalité plus complexe et moins manichéenne qu’au premier abord. Ce qui relance l’intérêt du titre.

Ajin - tome 4La suite s’intéresse plus à Sato qui dévoile plus sur ses plans et se pose comme le grand méchant de la série. Surtout que ce dernier semble en savoir beaucoup sur les Ajins et ce qui se trame au niveau politique et dans certaines firmes. D’autres personnages plus secondaires sont développés comme le professeur Ogura ou encore le trouble Tosaki.

Le tome 4 va encore plus loin dans la préparation des sombres desseins de Sato. Ce dernier a des visées terroristes et a fait de l’humanité sa cible. Pour cela, il a recruté des Ajins. Au passage cela montre que le nombre officiel de ces créatures et très sous-estimé. Mais tous les Ajins ne sont pas encore prêt à embrasser sa cause. C’est le cas notamment d’un certain Koh Nakano. Ce dernier va alors devoir s’échapper des griffes de Sato. A croire que les courses-poursuites effrenés sont le passage obligé de tout volet. Malgré le côté déjà-vu et un peu redondant, la maîtrise narrative de l’auteur fait que ça se lit très bien et qu’on suit avec intérêt ce passage.

La suite est empreinte de quelques raccourcis avec un Nakano qui en vient à vite se ranger du côté d’un Kei qu’il ne connait pas. Il va d’ailleurs tomber dessus par un rebondissement bien pratique et qui tombe un peu de nulle part. Toujours est-il que la rencontre des deux Ajins, qui semblent pourtant partager un but commun, ne va pas du tout se passer comme prévu. Le scénariste décide de surprendre son lecteur par le biais de la caractérisation d’un Kei loin d’être gentil. Cela confirme un peu l’amorce pris durant le précédent volet. Il se montre parano, froid, insensible, tendance un peu psychopathe. Il est n’en devient que plus trouble et plus intéressant. On ne sait pas trop à quoi s’attendre avec lui, alors que la menace d’actes terroristes plane sur ce monde.

Mais le gros intérêt de ce tome réside dans le passage à l’acte de Sato qui met son plan à exécution. Et ce dernier surprendra dans son ampleur, son déroulé et l’impact émotionnel sur le lecteur. Car, sans spoiler, ce qui va se passer, ne peut que faire penser à certains événements horribles réels. Mais je vous laisse découvrir en quoi.

En tout cas, le titre n’en devient que plus addictif. On sent que tout s’accélère, tout se développe et tous les personnages évoluent sans perdre le rythme de dingue imprimé par l’auteur depuis le début. La lecture d’Ajin n’en que plus prenante et addictive. Le lecteur tourne les pages sans s’en rendre compte pris par le rythme de narration, cumulé à une efficacité rare. Kei reste un peu en retrait, mais plein de personnages secondaires prennent plus de poids.

Pour conclure, Ajin – tomes 3 et 4 de Tsuina Miura et Gamon Sakurai confirment tout le bien que je pensais de la série. La narration est toujours nerveuse, enchainant les moments forts sans réels temps mort, mais sans perdre le lecteur. Mais au-delà de ça, plusieurs révélations sont de la partie et plusieurs personnages gagnent en consistance. Ajin n’est pas juste un seinen endiablé. Il se dévoile de plus en plus et apparait de plus en solide et maîtrisé. Surtout que la fin du tome 4 ne peut donner envie de lire la suite grâce à des évènements impactant qui semblent marquer une nouvelle ère.

Vivement la suite !

3 commentaires »

  1. Daggett 01/03/2016 at 19:25 -

    Bien d’accord avec ce qui est écrit: « la suite est empreinte de quelques raccourcis » et « un rebondissement bien pratique et qui tombe un peu de nulle part ». J’ai trouvé ça assez maladroit et peu crédible ou alors j’ai mal suivi, d’ailleurs en parlant de ça, c’est pas facile à suivre, je veux dire c’est assez complexe.
    Le comportement de Kei m’a plutôt siurpris et pas spécialement dans le bon sens, je jugerai par la suite, mais ça fait bizarre de la part d’un perso principal…

  2. Kameyoko 02/03/2016 at 15:49 -

    L’astuce qui a permis de trouver Kei sort vraiment de nulle part. J’espère que c’est un truc qui va être expliqué par la suite, mais c’est un peu facile. Surtout que si tous les Ajin pouvait le faire on l’aurait su avant. A voir par la suite, surtout qu’on ne sait effectivement pas trop ce que c’est.

    Pour Kei, on sentait déj le changement de comportement dans le tome 2. Là, il a accepté le fait de pas être le gentil garçon sage qu’il croyait être. Mais j’avoue que ça m’a surpris aussi. Après sa paranoïa s’explique facilement. Et puis il a bien compris ce que tu faire à un Ajin (même si c’est pas très sympa^^)

  3. MMORPG 05/03/2016 at 10:49 -

    Je viens tout juste de le finir et je suis totalement d’accord avec toi. Je suis trop deçu !

Laisser un commentaire »