Kameyoko 24/11/2009 25

Walking Dead - tome 1 : Passé Décomposé

Walking Dead – Tome 1 : Passé Décomposé

Un comic sur la survie face aux Zombies

Walking Dead est un comic en noir et blanc publié en France chez Delcourt. Il a été crée par Robert Kirkman en tant que scénariste et aux dessins Tony Moore puis Charlie Adlard.

Ce titre bénéficie d’une superbe renommée. Sachant que le sujet principal est de suivre un groupe de personnes essayant de survivre dans un monde infesté de zombie, cette série à tout pour me plaire. C’est avec beaucoup d’attente que je me suis lancé dans la découverte de Walking Dead, tome 1 intitulé Passé Décomposé.

Résumé de Walking Dead tome 1 édité chez Delcourt

Rick Grimes exerce la fonction de policier. Au cours d’une intervention, il reçoit une balle et tombe dans le coma.

A son réveil, malgré ses appels, personne ne vient. Il décide de se lever et voir ce qu’il en est par lui-même. Il trouve l’hôpital complètement désert.

Au cours de ses recherches, il tombera sur la cafétéria qui est remplie de corps en décomposition mais pourtant ils sont animés. L’un d’entre eux se rue sur Rick et ce dernier ne doit sa survie qu’à de la chance.

Il retourne chez lui et trouva sa maison abandonnée. Mais subitement, il se fait assommer par une pelle. A son réveil il apprend qu’il a été assommé par Duane, un enfant quil l’a pris pour un zombie. Morgan, son père explique au policier ce qu’il s’est passé durant son coma : le monde a été envahi par les morts-vivants.

Après avoir fait un tour à l’armurerie, Rick décide de se rendre à Atlanta où il pense que sa femme Lori et son fils Carl sont allés.

Une fois arrivé sur place, il constate que c’est la désolation, la ville est en ruine, infestée de zombies. Il ne tarde pas à être encerclé par une horde de monstres. Il ne doit son salut qu’à Glenn, qui l’emmène dans un camp de survivants. Là-bas il retrouvera sa femme, son fils et son meilleur ami Shane.

A partir de là, tous ces survivants vont essayer de survivre.

Walking Dead, un incontournable!

Pour faire simple, j’ai adoré Walking Dead. C’est juste une tuerie. Pour tout amateur de zombies, de survie, de comic bien scénarisé, Walking Dead est le titre à avoir.

Évidemment la thématique des zombies a été maintes et maintes fois vue et revue. On peut citer bien sûr l’incontournable Georges Romero avec ces « La Nuit des Morts Vivants« , « Zombies« , « Le jour des Morts-vivants« … ou « 28 jours plus tard » pour le cinéma, ou encore Resident Evil, Left 4 Dead ou Dead Rising pour les jeux vidéos ou encore Marvel Zombies pour les comics et High School of the Dead pour les mangas.

Ici, le scénariste Kirkman ne nous propose pas de revisiter le mythe du zombie. Il garde les règles pré-établies. C’est à dire que les zombies sont lents, bêtes, se tuent en leur bousillant la tête, et une simple morsure sert de vecteur de transmission.

D’ailleurs il est marrant de constater que le titre fait souvent référence à ses illustres ainés. Par exemple la scène du réveil de Rick fait furieusement pensé à celle du réveil dans 28 jours plus tard. Le coté survival et pillage fait un peu penser à Zombies.

Mais là où un High School of the Dead nous propose un manga fun et divertissant, Kirkman choisit un autre angle d’attaque. Lui il cherche du crédible et du réalisme.

Dans sa vision, les zombies ne sont pas l’intérêt principal.Ce n’est pas à proprement parlé un comic horrifique (même si ça l’est quand même). Je m’explique. Certes cette série n’est pas à mettre entre toutes les mains. Il y a du sang, des morts, des viscères…. Néanmoins on sent que le volonté n’est pas de proposer du gore pour du gore. Celui-ci est avant tout mis en avant pour servir l’histoire.

Le scénariste favorise clairement ses personnages et leur réaction dans le cadre de leur survie. L’intérêt réside bien dans ce groupe de personnes face à l’impossible et face à l’horreur.

L’histoire est passionnante grâce à des personnages forts, charismatiques et terriblement humains. Ils réagissent de façon crédible. Par leur biais le lecteur ne peut s’empêcher de se projeter et de se remettre en question. Que faire-je dans ce cas? De ce point de vue là c’est une totale réussite. Dès les premières pages on s’identifie et on se projette très rapidement. Le tout est servi par une très bonne qualité de dialogues, bien construits et qui vont bien avec la personnalité donnée aux personnages.

J’ai beaucoup aimé le portrait dépeint des protagonistes que je trouve très juste

Par ailleurs il est bon de noter que la traduction d’Edmond Tourriol (qui est sur Twitter) est de bonne facture.

Au niveau du scénario global, il reste classique dans ses grandes lignes : survivre! Mais pourtant, il y a peu de temps morts et les rebondissements s’enchaînent bien et mettent une nouvelle fois les personnages en valeur.

Malgré tout ce premier volume est logiquement introductif. Ce tome 1 pose le décor, et présente les personnages. Pour avoir lu les 2 volumes suivants, c’est encore plus prenant ensuite. De plus on sent, à la lecture, que ce n’est que le commencement de quelque chose de grand. On imagine déjà un univers vaste et une palette de personnages à venir mais aussi des relations qui se construisent entre survivants.

Delcourt nous propose un superbe ouvrage, avec un couverture de qualité et des rabats. Il y a quelques petits bonus souvent sympa. L’édition est de qualité.

Le seul défaut que je trouve à ce petit bijou c’est la qualité du dessin. Personnellement, je ne trouve pas cela top. Compte tenu de la qualité du récit, c’est un peu dommage que le trait ne soit pas plus fin et plus « beau ». Néanmoins, le fait de tout faire en noir et blanc donne un cachet supplémentaire. On se focalise plus sur le visage des personnages et la violence est alors aussi assez exacerbée. Voir de la cervelle giclée en noir et blanc a plus d’impact, selon moi, qu’en couleur.

Pour conclure, c’est un petit bijou que je recommande chaudement. Certes, l’histoire reprend les classiques du zombies, mais il le fait bien. Et puis ce thème en BD/ Comic/ manga n’est pas si répandu ça pour être blasé. Tout comme le faisait Romero, ici ce qui est mis en avant et franchement intéressant c’est les personnages, leurs réactions face à la menace constante des zombies et les liens entre les personnages. Le coté sérieux, réaliste et parfois cru du titre, lui donne une vraie profondeur.
Néanmoins, un pourra regretter un dessin un peu en deçà de la qualité du récit.

Un gros coup de cœur que je ne peux que conseiller. Tous à vos librairies. Satisfait ou remboursé! (je déconne je rembourse rien!)

Et vous qu’en avez-vous pensé? Quand il y a des zombies, préférez-vous le coté survie ou le coté gore?


25 commentaires »

  1. Docslumpy 21/12/2009 at 10:57 -

    Ta critique sur ce premier tome, m’avait vraiment donné envie de lire ce Comics.

    J’ai enfin pu l’acquérir et je l’ai dévoré en moins de 30 minutes.

    Tu as raison, Walking Dead est une tuerie. Le scénario est énorme. La relation entre les personnages est bien mise en avant. Pour laisser penser que le plus grand danger dans leur aventure c’est eux même.

    J’ai vraiment hâte de lire le tome 2 et je te remercie de m’avoir fait découvrir Walking Dead.

    Ma seule crainte est que le récit s’enlise dans une volonté de l’auteur de sortir le maximum de tomes.

  2. Kameyoko 21/12/2009 at 17:38 -

    @Docslumpy : Tu sais que ça me fait super plaisir ce que tu me dis :smile: . Si je fais ce blog c’est justement pour ça. Pour donner envie aux gens de découvrir des titres, en espérant qu’ils aiment.

    En plus, j’adore vraiment ce titre. Donc content de t’avoir contaminé.

    Là où j’en suis, il y a toujours cette volonté de mettre en avant les persos et leurs relations tout en suggérant que le plus grand danger c’est bien les autres.

    Moi aussi je suis curieux de voir comment va évoluer cette série en espérant que kirkman ne rallonge pas inutilement sa série, ni qu’il fasse trop de spin off

Laisser un commentaire »