. Lockdown – tomes 1 et 2 de Michio Yazu et Nykken | Fant'asie
Kameyoko 31/03/2017 0
  • Scénario
  • Graphisme

Lockdown - tome 1

Lockdown – tomes 1 et 2 de Michio Yazu et Nykken

Lycéens vs Militaires

Ki-oon continue de nous proposer des titres intrigants en ce début d’année. Et ce Lockdown a de quoi susciter la curiosité. Le synopsis, les promesses de l’éditeur font que j’ai eu envie de découvrir ce seinen et ce qu’il cachait.
Et on va dire qu’il y a à des choses à aborder tant tout n’est pas forcément définitivement établi.

Lockdown – tomes 1 et 2 de Michio Yazu et Nykken sont édités par Ki-oon et sont sortis simultanément le 09 février 2017.

Résumé de Lockdown 1 et 2 chez Ki-oon

Résumé de l’éditeur :

Un combat sans merci éclate dans un laboratoire gardé par l’armée… Sous une pluie de balles, les assaillants s’enfuient tant bien que mal avec un échantillon d’une arme biologique ultra-secrète ! Pendant ce temps, c’est le début d’une journée comme les autres pour les élèves de la classe de 1re A du lycée Kaishin… jusqu’à ce que le groupe de voleurs en cavale débarque dans l’établissement ! Ils se barricadent à l’intérieur, prenant professeurs et élèves en otage. Qui sont ces terroristes armés jusqu’aux dents ? Pour quelle cause se battent-ils ? Mystère…
Leur leader, une jeune femme appelée Hozuki, arrive gravement blessée à l’infirmerie. C’est son bras droit, un soldat masqué, qui prend les rênes des opérations. Son message est clair : s’opposer à ses ordres signifie la mort ! Mais les terroristes sont joueurs et, plutôt que de fusiller les rebelles, ils préfèrent manipuler leurs victimes pour les monter les unes contre les autres et ainsi mieux les asservir… La situation dérape quand Hozuki décide de faire usage de l’arme biologique dérobée : le virus se répand, sans espoir de traitement ! Même pour des soldats entraînés, la situation échappe à tout contrôle…

Survival Games, virus, prises d’otages…

J’avoue avoir été partagé avant la lecture de ce titre. Autant il y a des éléments qui me donnaient envie, autant d’autres nettement moins. Ma principale inquiétude réside dans son scénariste Michio/ Miscio Yazu que je connais pour le survival Killer Instinct. Et sur ce dernier, si le début ne m’avait pas convaincu, la suite m’a carrément achevé, tant certains rebondissements étaient aberrants voir vomitifs. Mais j’ai confiance dans les choix éditoriaux de Ki-oon. Surtout qu’ici ce huis-clos, avec ces différentes thématiques, peut être sympathique.

L’entrée en matière est abrupte et rapide. Sans réelle introduction et présentation des personnages, un groupe armé pénètre dans un lycée et le place en confinement. Leur but étant de soigner leur leader, Hozuki, gravement blessée. Les mangakas nous placent volontairement dans le flou sur cette irruption, sur l’identité et les desseins de ces miliaires/ mercenaires. Et pour embrouiller encore plus leurs lecteurs, un virus ramenant les morts à la vie fait son apparition, de même que quelques jeux sadiques, façon survival game. Lockdown multiplie les pistes narratives si bien qu’on a du mal à dégager un style à ce manga. Pour le moment, tous ces types s’accordent plutôt bien, mais ce flou volontaire est déroutant. Et personnellement, j’ai eu un peu de mal à accrocher, ne sachant pas sur quel pied danser. Surtout que le tout manque encore de liant. Néanmoins on sent que tout est rattaché aux zones d’ombres nombreuses. Je ne doute pas que tout va se recouper à un moment ou à un autre. Mais cette entrée en matière est peut-être un peu trop déconcertante.

Lockdown- tome 2En revanche, il y a un parti pris que j’ai apprécié c’est l’opposition lycéens/ militaires. Le scénariste s’attarde plus sur les hommes armés les dotant d’un certain charisme et d’une aura de mystère, là où les lycéens sont banals, stéréotypés et parfois insipides (ou au contraire ridicules parfois). Les liens entre eux sont peu intéressants ou archi-caricaturaux. Entre des amourettes, une franche amitié masculine, une scène étrange autour d’un pervers… ça ne respire pas la nouveauté. La palme du personnage le plus naze est attribué à la racaille Toshiki aussi improbable que ridicule et stupide.
Mais les « méchants », et cette classification pourrait bien être amenée à changer par la suite, ont une certaine classe et suscitent l’intérêt. Entre une Hozuki, ventriloque, un peu flippante, revenue à la vie, un Mask par définition ténébreux et mystérieux et d’autres gros bras intrigants et parfois sans pitié, la galerie de personnage est variée et terriblement prometteuse.

J’avoue également avoir été surpris, et un peu interloqué, sur le choix d’inclure des sortes de mini survival games. Les terroristes jouent avec les lycéens et professeurs avec des jeux et règles pervers et retors. Même si ça dynamise le récit, j’avoue ne pas trop comprendre l’intérêt de leur présence. Pour moi c’est en décalage avec le reste. Et pareil, tout est auréolé d’un voile nébuleux. Le sadisme des militaires semble gratuit parfois, et parfois dicter par un intérêt supérieur inconnu. On a du mal à trouver des justifications/ explications crédibles à certain de leur acte. Par exemple, il y a un moment où des lycéens et profs vont mourir brûlés vifs, noyés ou enterrés vivants. Pourquoi ?

Tous ces éléments font que j’ai trouvé que la lecture manquait de fluidité, prenant des circonvolutions par toujours indispensables. Les mangakas entretiennent volontairement le flou sur l’ensemble de ces points mais au risque de perdre le lecteur avant de les justifier, en attendant que le titre se décante dans le 3ème opus, qui devrait plus loucher vers du pur affrontement entre lycéens et militaires.

Graphiquement, le travail de Nykken est plus que correct. Si les lycéens manquent de charisme, le travail est tout autre pour les « méchants » qui dégagent plus d’aura. Les décors sont bien travaillés, parfois assez finement. La mise en scène et le découpage sont efficaces, avec quelques bonnes idées mais souvent assez classiques.

Pour conclure, Lockdown – tomes 1 et 2 de Michio Yazu et Nykken m’a laissé circonspect. Je ne sais quoi penser de ce seinen. Les promesses sont là, le potentiel est là. Mais cette introduction est bien laborieuse. Les pistes exploitées, les styles utilisés (thriller, zombie, survival…), le flou permanent entretenu, tout ça me laisse dans l’expectative. Je ne sais pas trop ce que cherche à faire les mangakas. Ils sont paradoxaux. D’un côté il y a des personnages charismatiques et mystérieux et de l’autres d’autres complètement inintéressants et fades. Le rythme est soutenu, avec des rebondissements, des morts, des « jeux » mais d’un autre côté on lâche vite le récit faute à un manque de liant.
Tout est ambigu dans ce titre. Ce qui en fait la force mais aussi sa faiblesse. Et au contraire ce qui d’abord est plutôt négatif peut donner une personnalité au titre.
Lockdown est à voir dans la durée, car ces deux premiers tomes ne me suffisent pas pour savoir si ce titre peut m’intéresser ou non. Pour le moment, je suis plutôt déçu, mais je vois du potentiel et je crois au fait que la plupart des points faibles de ce manga sont presque voulus par les auteurs. A avoir par la suite.

Et vous qu’en avez-vous pensé ? Arrivez-vous à vous faire un avis ? N’avez-vous pas été aussi désorienté ?


Laisser un commentaire »