. [Jeu Video] For Honor sur PS4 | Fant'asie
Kameyoko 18/04/2017 0
  • Scénario
  • Gameplay
  • Graphisme

For Honor PS4

Test du jeu vidéo For Honor sur PS4

Samouraïs vs vikings vs chevaliers

Annoncé en grandes pompes lors de l’E3, Ubisoft lance une nouvelle licence sur laquelle il semble bien compter : For Honor. A grand coup de trailer, de vidéos de gameplay et un marketing soigné, ce nouveau jeu débarque sur PS4, XboxOne et PC, avec le statut de jeu attendu.

Mais qu’en est-il ?

For Honor est édité par Ubisoft et est disponible à la vente depuis le 14 février 2017.

Résolument tourné vers le multijoueur

For Honor est une nouvelle licence d’Ubisoft qui croit fort en ce titre. For Honor a tout du titre à priori simplissime mais en fait plus complexe que ce qu’il n’y parait. Le jeu propose un mode solo et un mode multi. Autant le dire de suite, le vrai intérêt réside dans les parties en ligne. Sans cela, le jeu perd toute sa saveur.
Car le mode histoire permet, pour schématiser, d’apprendre et mieux maîtriser le gameplay. Au travers de 3 histoires, le joueur pourra contrôler chacune des factions et apprendre à jouer avec ses représentants. Les histoires sont assez bateaux, mais ont, néanmoins, une narration plutôt efficace, sans être transcendante. Disons que c’est assez classique.

For Honor

Et on ne va pas se mentir, même si Ubisoft tente de donner du fond à son titre, le background est minimum. Il consiste juste en une réunion des 3 factions et donc voir des vikings, samourais et chevaliers se foutre sur la gueule. Mais j’avoue qu’il y a un côté assez jouissif à ça. Même si évidemment la réalité historique fait qu’en fait il n’y aurait pas match. Les chevaliers sont bien mieux armés, protégés et taillés pour l’affrontement que des vikings sans protections réelles et des samourais qui ne résisteraient pas aux assauts d’une lourde épée ou hache. Et même avec leurs katanas, naginata, ils auraient du mal à endommager l’armure des chevaliers. Mais passons ce point de détail puisque le but de For Honor c’est le plaisir de l’affrontement sans volonté de cohérence historique.

Le gros intérêt de ce jeu vidéo, c’est vraiment son multi, taillé pour l’e-sport. Il existe plusieurs modes :
– Le match à mort, consistant en du 1v1 ou 2v2. Seul compte ici la maîtrise du joueur. C’est direct, technique et finalement assez difficile. La maîtrise du gameplay est indispensable (là où pour d’autres modes de jeu, on peut s’en sortir mieux sans cela). De fait, sans être entraîné, on se prend de sacrés roustes. Je ne suis pas passé maître dans la maîtrise du gameplay et je me suis pris des branlées monumentales.
For Honor 3– Les duels, qui sont des matchs à mort par équipe. Dans ce mode de jeu, il est possible de ressusciter ses amis tombés au champ d’honneur. Il faut donc éliminer l’équipe en entier ou atteindre un certain nombre de points empêchant les résurrections. Ici, le travail d’équipe à son importance et les parties sont plus stratégiques qu’un simple duel. Mais là aussi, il faut maîtriser un minimum le jeu, au risque de ne prendre que peu de plaisir à se faire tuer d’emblée.
– Le dominion, est, pour moi, le plus sympa, mélangeant combat à mort en équipe et beat’em all. Là, il s’agit de contrôle de zones, peuplées de fantassins en nombre. Mais le plus grands dangers c’est évidemment les autres joueurs. Ce mélange de dangers entre la masse de la « piétaille » et les joueurs adverses rendent les parties prenantes et rythmées. Surtout qu’on peut vite se retrouver en 2 contre 1 voir plus. Et là c’est difficile.

Chaque partie fait gagner de l’acier, et des équipements vous permettant de personnaliser votre héros et lui donner plus de skills.

Vous l’aurez compris ce For Honor demandera de l’investissement pour être un minimum efficace. Se la jouer bourrin ne sert à rien. Pour tuer, il est indispensable de comprendre les mécaniques de jeu et donc de l’entrainement. Ce qui est frustrant au départ.

Une fausse simplicité dans le gameplay

La maîtrise du gameplay est donc primordial pour prendre un minimum de plaisir. Mais il n’est pas suffisant, il faut également du timing.
Déjà nous sommes sur une vue à la troisième personne. Ensuite, si la tentation du bourrinage est grande, on irait droit au suicide ainsi. Tout la spécificité du jeu tient surtout à la bonne utilisation du mode garde. Cette dernière, en lockant un adversaire, permet de parer une attaque de l’adversaire. L’attaque peut venir de 3 directions: en hauteur, gauche ou droite. Il faut donc lire le mouvement adverse pour y arriver. Et une parade permet ensuite plus facilement d’enchaîner et de lancer à l’offensive.
For Honor 3Chaque classe a ses héros et chaque héros ses compétences particulières. Chaque personnage pourra donc faire des combos dévastateurs qu’il faudra apprendre à connaître et maîtriser. Mais globalement on retrouve des personnages vifs, des gros tanks et des équilibrés. A vous de trouver celui qui vous correspond le mieux. Il y a aussi des compétences particulières que l’on choisit comme la pose de piège, des tirs de flèches, augmentation de la vitesse… Si on rajoute à ça la possibilité d’upgrader son équipement, For Honor montre qu’il est plus complexe qu’au premier abord, avec une légère dimension de RPG. Le joueur a à disposition toute une palette de possibilités de jeu et de coups qui rendent les affrontements plus intéressants et plus complexes.
De plus, cela pousse à essayer tous les personnages

Personnellement, je joue des samourais, par principe ! J’aime beaucoup leur design, leur coups et puis j’ai plus d’affinité avec cette classe. Néanmoins, les autres classes ont de bons petits persos.

Ubisoft a apporté un soin tout particulier au design des différents personnages jouables. Même s’ils ne font pas très historiques, les tenues/ armures sont classes et donnent de la personnalité à chaque héros. Evidemment on reconnait de suite à quelle faction ils appartiennent. Au niveau des décors aussi, il y a un vrai travail pour proposer une immersion dans ce contexte « historique » mais avec quelques libertés. C’est agréable de déambuler dans les décors (même si on a pas le temps de réellement les apprécier). Globalement le graphisme est de qualité, avec une bonne fluidité des animations. Les enchaînements de coups manquent, pour moi, d’un peu de réactivité parfois, mais c’est pour mieux permettre la garde et le contre.
Vu l’aspect beat’em all, on aurait pu avoir peur de la gestion nombre de PNJ, mais le tout reste fluide malgré la présence parfois massive de PNJ.

For Honor 4

Pour conclure, Ubisoft a essayé de proposer quelque chose d’assez nouveau, une nouvelle licence avec ce For Honor. Le jeu est conçu pour le multi et s’apprécie presque exclusivement de cette façon. La campagne solo est sympathique mais ne justifie pas l’achat de For Honor. C’est les nombreuses parties en multi qui le justifieront.
Et pour cela, il va falloir s’entraîner car c’est l’essence même du jeu. Sans un minimum de maîtrise, c’est défaite sur défaite. Mais avec un peu de pratique, on prend beaucoup de plaisir à déambuler dans des environnements riches, à affronter des adversaires en ligne, à essayer de jouer en équipe, à explorer les différentes façon de jouer des personnages.
Il y a un petit côté répétitif parfois, mais qu’on peut aisément casser en changeant de personnage et donc d’approche du combat.
Par contre le matchmaking m’a paru bizarre parfois tant je suis tombé sur des personnes très nettement meilleure que moi et plus avancées.
Après, For Honor doit aussi beaucoup de son capital sympathie à ses factions. Je trouve ça jouissif de jouer des samourai ou viking et de les voir s’affronter. Même si en terme de réalité historique, on ne joue pas la carte du réalisme.

For Honor est plus technique qu’il n’y parait et son aspect bourrin est une fausse impression. Il faut réellement bien savoir manipuler son personnage et notamment sa garde. Mais une fois cela plus ou moins assimilé, le plaisir de combattre est bien là. Une expérience en ligne à tenter. Par contre si vous ne comptez pas affronter des adversaires en ligne, passez votre chemin.

Et vous qu’en avez-vous pensé ?


Laisser un commentaire »